Avant de parler du rapprochement de leur Normandie Le Vern et Duron commandait à leurs CESR le document dont nous avons eu connaissance du contenu. Ils sont passés maîtres dans la manière de vendre du vide pour des faits mais je ne reviendrai plus la dessus.

Je prends la plume suite à l’appel de Yuca à mon bureau de Munich. Il avait la gentillesse de m’indiquer un document émis par nos Présidents de la région dans lequel ils indiqueraient à nouveau leur volonté de penser à la réunification mais sans précipiter les choses… Nous la réunification cela fait plus trente ans que nous savons comment elle devrait se faire et pour des raisons qui n’ont pas changé malgré l’élargissement de l’Europe. La réunification est encore plus nécessaire aujourd’hui qu’hier mais nos diviseurs tiennent trop à leur pouvoir régional.

L’emploi est une réalité première qui passe toujours à la trappe, on parle toujours des coûts de la réunification, de la future capitale normande et de l’aéroport normand. On noie le poisson dans son bocal. L’enjeu c’est l’emploi ; les emplois nous manquent, pour preuve mon expatriation vieille de 26 ans, Yuca qui doit travailler en région parisienne et notre nouveau correspondant Philippe Cléris qui est en Rhône-Alpes. Combien de jeunes ont quitté la Normandie depuis la division ? Quel choix offre t’on aux jeunes de Normandie qui s’ils veulent travailler doivent quitter la Normandie ? Combien d’écoles, combien de classes professionnelles ont disparus de Normandie ?

Le saviez-vous la Normandie est en pénurie de dentistes ? La plupart des dentistes installés dans les petites et moyennes villes en Normandie partent à la retraite sans trouver de successeur. Nôtre consommation de médicaments augmentent, notre population vieilli etc. Tout cela nous le devons aux Garrec, Le Vern, Duron et Le Brethon.

Comment se plaindre alors de la peur des banques normandes à soutenir des projets quels qu’il soit, il semble ne plus y avoir d’avenir en Normandie pour les travailleurs. La Normandie devient la maison de retraites des Parisiens, des nantis d’ailleurs mais elle ne fait plus vivre les Normands.

Chez-nous tout est compliqué car notre entité est divisée. La bataille pour l’emploi se gagnera par la reprise économique de la Normandie. Le comprendront ils `à Caen et à Rouen ?

MHAP