Mais qu'espère t'on découvrir ou que recherche t'on à prouver ?

Le plus marrant serait qu'on nous annonce que J-M Le Pen est de famille avec la Pucelle d'Orléans (test ADN à la clé). Voila qui serait un SCOOP !

A ceux qui ne le savent pas, Jeanne d'Arc est la patronne du FN.

Moi qui apprenait à Rouen que les cendres de la Sainte avaient été jetées dans la Seine (?) quel ignorant j'étais jusqu'à aujourd'hui. Par quel miracle les ossements purent-ils être retrouvés ?

Vous remarquerez que le chercheur sait déjà ce que les tests vont révéler à la Chrétienté, c'est écrit dans le texte.

Quand il aura fini, il pourra peut-être se rendre à Cologne en la Cathédrale où reposeraient les ossements des Rois Mages ?

Oui vous lisez bien !

Pourquoi l'evéché de Tours donnait il l'autorisation de faire des tests sur des reliques de Jeanne d'Arc ? Pourquoi en ce moment ?

Comme pour rallier des Chrétiens en peine de Foie derrière une sainte catholique alors que l'Islam fait des vagues ?

MHAP

Le dernier procès de Jeanne D'Arc

Le Soir en ligne
lundi 13 février 2006, 14:51

Les restes de Jeanne d'Arc, l'héroïne française brûlée pour hérésie en 1431 après s'être battue contre l'occupant anglais, et canonisée cinq siècles plus tard par le Vatican, vont être soumis à une analyse génétique.

Le médecin légiste Philippe Charlier, de l'hôpital Raymond Poincaré de Garches, a annoncé que des fragments de côtes, d'os indéterminés, de bois et de tissus, seront étudiés pendants six mois. Cela n'a aucun objectif nationaliste, aucune prétention ni religieuse, ni politique, c'est simplement un fait scientifique et historique, a déclaré le chercheur.

Après avoir entendu des voix lui demandant de libérer la France, la jeune bergère, née en 1412, avait rassemblé des troupes pour chasser l'occupant avant d'être capturée et condamnée en 1431 pour hérésie au bûcher, à l'âge de 19 ans.

Après l'étude, tout ce que l'on pourra dire, c'est que ce sont les restes d'une femme qui est morte à Rouen, qui avait 19 ans, qui est morte en 1431, aux alentours du 30 mai, et qui a été brûlée trois fois de suite le même jour, a indiqué Philippe Charlier. C'est un faisceau d'arguments tellement fins, tellement rapprochés qu'on atteint quasiment la certitude que c'est bien de Jeanne d'Arc qu'il s'agit, a estimé le spécialiste.

L'utilisation du carbone 14 permettra de déterminer l'année du décès et l'analyse des pollens, le mois.

Au printemps 2005, le même médecin, spécialiste des restes humains, avait découvert qu'Agnès Sorel, maîtresse et inspiratrice du roi de France Charles VII au 15e siècle, était morte intoxiquée au mercure, après analyse de ses ossements. Les restes de Jeanne d'Arc appartiennent à l'archevêché de Tours