Monsieur le Président de la République,

Vous vous rendrez au Havre le 30 mars pour inaugurer Port2000, c’est un grand honneur que vous faites à la Normandie et aux porteurs du projet. Je me rendrai aussi au Havre pour saluer l’évènement. Je le ferai en tant que Fonctionnaire International soucieux de l’avenir de l’Europe mais aussi du déclin de sa région.

Je suis administrateur du Mouvement Normand et corédacteur de l’Etoile de Normandie, comme tels je suis heureux qu’un port normand devienne la porte occidentale de l’Europe mais je ne suis pas satisfait des retards accumulés.

Monsieur le Président, j’aimerais vous suggérer de profiter de votre visite au Havre pour adresser un message aux Normandes et Normands, un message d’avenir. Ce message pourrait être contenu dans votre allocution. Le concept de Port2000 s’étend sur les deux rives de la Seine, Port2000 rayonne sur deux régions de Normandie… Vous trouverez bien une phrase pour saluer la volonté des Normandes et des Normands à vivre en France dans une Normandie réunifiée.

La réunification de la Normandie est une des préoccupations majeures de ses habitants. Le Chef de l’État parlant aux Normands de la Réunification de leur région remplirait de joie toute la population normande. Vous n’êtes pas sans savoir que monsieur Garrec alors Président de la Basse-Normandie, faisait tout pour empêcher la réunification de la Normandie alors que c’est pourtant la seule garantie d’un avenir pour la région en Europe. Maintenant les deux régions normandes sont conduites par des présidences socialistes qui font tout pour calmer les esprits et retarder le processus réunificateur, ils ne veulent pas perdre un de leur siège…

Monsieur le Président, si j’en appelle de la sorte au Chef de l’État c’est que je sais que l’avenir de la Normandie et la réussite de Port2000 passent par la réunification. Nous gaspillons trop d’argent à colmater les erreurs dues à la division. Nous colmatons nos déficits par des pôles de métropoles, des pôles d’éducation, des pôles interrégionaux etc.… mais cela ruine les deux régions de la Normandie et occupent des têtes et des bras qui pourraient être utiles ailleurs, au rayonnement de la région en Europe.

D’avance je vous remercie et vous prie de croire, monsieur le Président, en l’assurance de mes plus dévouées salutations.

                                                            Michel H. A. Patin