• Document publié par l’Institut de Veille Sanitaire concernant l'épidémie de listériose de 1997

    La listériose est due à la bactérie Listeria monocytogenes. Cette bactérie a été décrite pour la première fois dans les années 20, mais ce n'est que depuis la mise en évidence d'une origine alimentaire de l'infection chez l'homme, lors d'une épidémie au Canada en 1983, que la listériose est devenue un véritable problème de santé publique. Cela a conduit un certain nombre de pays à instaurer des systèmes de surveillance de l'infection, basés essentiellement sur la centralisation et la caractérisation des souches cliniques de L. monocytogenes dans un laboratoire [en France, il s'agit du Centre National de Référence des Listeria (CNR)]. En France, depuis mars 1998, la listériose est une maladie à déclaration obligatoire. Infection essentiellement d'origine alimentaire, la listériose est diagnostiquée principalement dans les pays industrialisés. Elle se rencontre préférentiellement chez les sujets dont le système immunitaire est immature ou perturbé, c'est à dire, les femmes enceintes, les nouveau-nés, les personnes âgées et les patients immunodéprimés suite à une maladie ou à un traitement immunosuppresseur. Cette infection se traduit par des formes invasives : bactériémie/septicémie et infection du système nerveux central chez le nouveau-né et l'adulte, avortement chez la femme enceinte. D'incidence peu élevée, moins de 4 cas par million d'habitants en France en 2000, la maladie est caractérisée par une mortalité élevée : 20 à 30% des cas, sauf chez la femme enceinte. Plus récemment, des gastro-entérites à Listeria monocytogenes ont été décrites, mais en France, cette forme de listériose non invasive n'a pas été identifiée

    Je vous invite maintenant à prendre connaissance du rapport de l’Institut de Veille Sanitaire concernant l’épidémie de listériose en 1997 :

  • France, Episode épidémique 1997 (lysovar 2389:2425:1444:47:52:340 +/-108)
    Situation au 19/ 09/ 97

    Répartition géographique des cas

    • Calvados : 4 cas, Eure: 1, Manche : 1, Seine-Maritime : 3, Yvelines : 1, Hauts de Seine : 1, Val de Marne : 1, Somme : 1, Isère : 1, Tarn : 1
    • Neuf cas résident en Normandie. Deux des cas résidant en Ile de France ont effectué un séjour en Normandie et un cas résidant dans le département de la Somme a séjourné 15 jours en Bretagne (à Saint-Malo). Au total, 11 patients sur 15 résident ou ont séjourné en Normandie durant le mois précédant leur listériose.
    • La Normandie semble être la zone de départ de l'épidémie (MHAP).

    Puis à télécharger le nouveau document émis par l'Institut de Veille Sanitaire  concernant l’épidémie de méningites en Seine-Maritime. Menigite.pdf

     
  • Une question s’offre à nous : pourquoi la Normandie semble t’elle toujours plus touchée que d'autres régions voire être à l’origine d'un bon nombre d'épidémies en France ?

    Je ne mets pas ces données en ligne pour affoler les Normands ni polémiquer, je veux seulement les informer que depuis toujours (les archives font état d'une épidémie de choléra au XIXème siècle ayant affecté fortement Rouen et Dieppe) la Normandie fut frappée par les épidémies sans que  les causes soint éclaircies; elles purent même nous être cachées .                                                                 Michel H. A. Patin