etoile  Des groupes de travail, des études et des rapports ces derniers mois ont conclu à une nécessaire réforme de la fonction publique territoriale... Brice Hortefeux a donc présenté un projet de loi relatif à la fonction publique territoriale...

Le constat :
La réforme concerne non seulement le quotidien, mais aussi l’avenir des 1 700 000 agents de la fonction publique territoriale et des quelques 55 000 employeurs. La fonction publique territoriale se trouve en effet face à deux grands défis pour ces prochaines années :

  • Le remplacement des 38 % des fonctionnaires territoriaux qui partiront à la retraite d’ici à 2012 ;
  • La gestion des conséquences de la décentralisation : 93 000 personnels techniciens, ouvriers et de services, les TOS, et près de 130 000 postes d’agents de l’Etat sont transférés aux collectivités.

Néanmoins cela ne permet pas une veille suffisante et efficace, les bureaux centralisés étatiques étant une bulle repliée sur elle-même incapable de gérer le territoire & de le comprendre dans de nombreux cas (comme le montre les réactions tardives sur la méningite en Normandie, le chik à la Réunion).
Dix acteurs territoriaux sur le terrain vivant le quotidien d'une collectivité sont dix milles fois plus utiles que dix énarques à Solférino ou à Bercy !!!

Retrouver de l’efficacité et renforcer l’attractivité de la fonction publique territoriale
Afin de s’adapter aux évolutions de la fonction publique territoriale, des mesures d'efficacité ont été élaborées. Ainsi, le chantier aborde plusieurs questions clés :

  • les seuils de création des emplois de grade ;
  • les quotas d’avancement de grades ;
  • les quotas de promotion interne ;
  • la formation initiale, réduite au profit d’une meilleure formation tout au long de la vie.

Les collectivités auront plus de responsabilités : elles pourront désormais recruter des collaborateurs sur des emplois fonctionnels.

Pour sortir le pays de sa morosité, il faut donner sa chance à la fonction publique territoriale !

Yuca de Taillefer.