2010 à l'horizon et aucune proposition concrète sur la manière de réunifier la Normandie. 2010 les élections régionales et toujours pas d'idée de la part de nos élus.

Aux Normands d'imposer les leurs.

Action normande : Primo, un parti pour la Normandie en lisse pour les régionales dans nos deux demi-régions, un parti réservoir des votes des pro-réunification. Secondo, appeler au boycott des élections régionales si les partis établis ne s'engagent pas solennellement à réunifier la Normandie à l'issue des élections. On pourrait envisager la signature d'une charte réunificatrice.

Durant des décennies nous avons été des spectateurs passifs. A chaque élection nous mettions notre espoir de réunification dans les mains de ceux qui nous en parlaient le mieux. On ne pourra pas dire des Normands qu'ils ne savent pas écouter, nous n'avons fait que cela jusqu'à ce-jour.

On ne pourra pas dire que nous sommes impatients, nous attendons depuis plus de trente années qu'on nous rende notre région.

On ne pourra pas dire que nous ne participons pas au débat réunificateur, nous en sommes les animateurs.

On ne pourra pas dire que nous n'avons pas d'idées sur la manière, les propositions émanent de nous.

Par contre, on pourrait me traiter d'agitateur de conscience et ce serait le plus beau cadeau qu'on pourrait me faire.

La réunification ne doit plus servir la propagande des candidats, elle doit servir les Normands.

Et puis il y a une chose que nous ne pouvons plus accepter : les parachutages, c'était bien pour préparer la libération de l'Europe mais ça ressemble plus à de l'occupation aujourd'hui.

La Normandie restera occupée tant qu'elle ne sera pas réunifiée.

Je ne vous parlerai pas des avantages et des inconvénients de la réunification ni du temps qu'il faudra car quand on aime et qu'on souhaite le mariage on ne réfléchit pas aux avantages ni aux difficultés dans l'union, on se marie parce qu'on aime et qu'on veut vivre ensemble. La réunification c'est une histoire d'amour entre la Normandie et les Normands. Aussi quand on est fraichement marié on ne sait pas où on s'installera définitivement, c'est comme la Normandie réunifiée qui ne saura pas encore où elle s'installera. Ceci pour le souci hypertrophié de certains pour la capitale normande.

Marions-nous une seconde fois et ne laissons plus jamais quiconque nous imposer le divorce.

Assez discuté, il est temps de passer à l'action.

Michel H. A. Patin