Les villes côtières de Hte-Normandie se dépeuplent. Je vous laisse le constater grâce au tableau ci-dessous et vous invite à prendre connaissance des explications  pour le moins incomplètes car elles ne parlent pas de l'épidémie de méningites ni du nombre accru de cancers qui frappent le littoral haut-normand. Quant à la proximité de Paris évoquée, il faudrait que la SNCF et l'Etat jouent avec fair play en Normandie qui semble être destinée à devenir sinon rester la région ferroviairement la plus reculée de l'hexagone.

Que des gens ne veuvent plus vivre dans des zones à risques SEVESO et sanitaires, je le comprends très bien. Qu'ils ne viennent pas s'installer là où il y a très peu de service public aussi.

Tout ne va pas très bien au beau pays de monsieur le marquis Le Vern. Vôtre bilan est terni Môssieur.

Michel H. A. Patin

D_mographie_Haute_Normandie