Découverte d'une chanson écrite au 19e siècle par un certain Ferdinand Huault "Les P'tites normandes".
Un hommage à toutes les femmes de Normandie.
La Voici !

I.

Vingt ans un petit air provoquant
C'est la p'tite Normande de Caen
Parée de ses plus beaux atours
Elle vient des alentours
Qu'elle soit de Bernières
Ses belles manières
Ou bien de Louvigny
Qu'importe le pays
Rien ne la dérange
Elle garde sa fleur d'orange
En cadeau pour son mari
Qui l'aime bien aussi.

Refrain

Les p'tites Normandes, Normandes, Normandes
N'ont rien à redouter
Au point de vue de la beauté
Qu'elles soient de Falaise,
Rouennaises, Havraises
Ou bien de la plaine de Caen
Elles sont toutes belles assurément

II.

Cherbourg, Valognes et Carentan
Ont de jolies femmes assurément
Les petites boulottes d'Isigny
Ont toutes beaucoup d'esprit
Une fois en ménage
Elles sont toutes bien sages
Et ne rendent pas
Leurs maris gagas
Ceux qui les courtisent
Commetttent une bêtise
Car il faut des munitions
Pour gagner leurs Positions.

III.

Dans le pays d'Auge vraiment
Il y a les filles d'Argentan
Gacé, Vimoutiers et Lisieux
Le pays est très amoureux
Dans ces villes les belles
Sont pas rebelles
Leurs yeux langoureux
Allument tous les feux
Elles sont de la France
La sublime espérance
On y travaille cré non
A la r'population

IV.

Pour terminer chantons en coeur
Les filles de la Seine Inférieure
Neufchâtel, Rouen, Yvetôt
Fécamps, Dieppe et Criquetôt
Bolbec et Lillebonne
Fournissent les bobonnes
Qui donnent leur lait
Aux p'tits Havrais
Et la p'tite Havraise
Nous fait pâmer d'aise
De toute la Normandie
Elle clôt la série.