C'est des pans entiers de patrimoine culturel immatériel qui disparaissent de la surface de la planète :
sur les quelque 6 000 langues existant dans le monde, plus de 200 langues se sont éteintes au cours des trois dernières générations, 538 sont en situation critique, 502 sérieusement en danger, 632 en danger et 607 vulnérables. En France, pas moins de 13 langues sont "sérieusement en danger", 5 "en danger" et 5 qui seraient "vulnérables"... (chiffres actualisés 2009 selon L'UNESCO avec un Atlas interactif des langues en danger du monde ).


Légende :
Blanc : vulnérable
Jaune : en danger
Orange : sérieusement en danger
Rouge :  en situation critique
Noir    :  éteinte

Pour le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, « la disparition d’une langue aboutit à la disparition de nombreuses formes de patrimoine culturel immatériel, en particulier du précieux héritage que constituent les traditions et les expressions orales – des poèmes et légendes jusqu’aux proverbes et aux plaisanteries – de la communauté qui la parlait. La perte des langues se fait aussi au détriment du rapport que l’humanité entretient avec la biodiversité, car elles véhiculent de nombreuses connaissances sur la nature et l’univers ».

Le Normand une langue ??

Très sérieusement en danger, la langue normande compte environ 20000 à 30000 locuteurs. Si depuis 1539 (Villers Côterets), un seul français existe (le prêchi de Paris), la langue normande eu ses heures glorieuses.

Du XIIème au XIVème, on parlait la langue normande dans les pouvoirs britanniques, alors que le prêchi de Paris devait se contenter d'être parler qu'entre Reims et Orléans. Sous Henri II, petit-fils de Guillaume le Conquérant, c'est l'apogée, la langue normande est la langue de cours dominant tout l'ouest de la France, l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande (le prêchi de Paris est alors à l'agonie... mais la guerre de cent ans y remis bon ordre). (*cf citation en fin d'article)

Néanmoins, Il est assez étonnant de constater que la langue normande (influences latines, germaniques, scandinaves) est une langue plus proche du latin que le français (ou prêchi de Paris) lui-même  : des exemples :

Latin    normand  français

Vespa      vêpe        guêpe
Cattu        cat           chat
Vacca     vaque        vache
Caminu   quemin      chemin
Calidu     caôd          chaud
Cassanu  quêne       chêne
Gamba    gambe       jambe
Gardine    gardin       jardin
Junicia    géniche     génisse
Dulcia      douche      douce
Tractiare    trachi      tracer
Cauda        coue      queue
 

D'ailleurs une langue, selon les linguistes (et non selon les règles imposées d’une nation), c’est un système de signes vocaux ou scripturaux propre aux membres d’une communauté et leur permettant de communiquer entre eux. Elle peut donc n’avoir que quelques dizaines de locuteurs aussi bien que des centaines de millions. 

* : un peu provoquant, Hyppolite GANCEL a dit que "le français est un "patois" du normand". (le patois étant un terme péjoratif pour désigné une langue devant forcément être considérée comme inférieure à la langue imposée officielle).
[Hyppolite GANCEL, docteur ès lettres, écrivain normand réputé, a aussi publié en français, passionné par tout ce qui concerne l'histoire populaire de la Normandie].
" Plus de 100 ans avant que l'Ile-de-France et Paris devinssent, au 13e siècle, un centre de culture et de haute littérature, le "patois" normand avait produit "La chanson de Roland", "Le roman de Rou", "Le roman de Brut", "Les poésies de Marie de France, cent autres..." (Le CANARD ENCHAINE du 14/8/85)

Excellent Site normand à voir : Chez Magène, le normand ne manque pas de ressources !