Jeune militaire des Forces Françaises en Allemagne affecté à un Escadron de Guerre Electronique à Bad-Lauterberg im Harz, j'ai surveillé le ciel de l'autre coté du mur (die Mauer) ou plutôt de l'autre coté du rideau de fer (Eiserne Vorhang), barrière infranchissable ou presque ne séparant pas seulement les 2 Allemagnes mais bien l'Europe de l'Ouest de l'Europe de l'Est, c'était de 1979 à 1983. A mon retour à la vie civile, je trouvais un autre mur, celui de la honte qui coupe en deux la Normandie. Je n'avais plus pour mission de surveiller un mur mais le devoir moral d'en faire sauter un autre. C'est ce que j'essaie de faire depuis 1984. Aujourd'hui j'ai les cheveux gris, je vie dans une Allemagne réunifiée et participe activement à l'Etoile de Normandie pour faire tomber le mur qui fait de l'ombre à la Normandie.

Le mur de Berlin et son rideau de fer sont tombés le 09 novembre 1989, deux années après mon retour en République Fédérale d'Allemagne. J'ai assisté à la ferme volonté des Allemands de l'Est à vivre libres et autrement, des étudiants, des jeunes couples pour la plupart qui début novembre manifestaient dans les rues de République Démocratique d'Allemagne. En RFA, nous étions les témoins privilégiés de la révolte du peuple de RDA. J'avais peur pour les manifestants, je craignais que cela tourne au bain de sang en parfaite connaissance des représailles encourues. Heureusement il n'y eu pas recours à la force armée ni de tentative de rétablir l'ordre. Quelques temps auparavant, le bureau politique avait destitué E. Honecker de la présidence du ZK (pour Zentralkomitee : comité central) du SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands = Parti socialiste de l'union), et de là même de la Présidence de la RDA. Le nouveau pouvoir voulant sauver le régime, celui qui lui permettait d'exister(*) décidait l'ouverture prochaine des frontières. Les promesses jamais tenues ou toujours retardées le peuple de la RDA les connaissait trop bien, il ne quittait plus la rue. Tenace et bruyant il obtenait du Politbüro (bureau politique) l'ouverture immédiate des frontières et la permission de sortir sans visa dès le 09 novembre au soir.

(*) cela devrait vous rappeler quelque chose

Je n'oublierai pas les images de la télé est allemande ni les Vopos (Volkspolizei = gardes aux frontières) qui se trouvaient soudainement face à des milliers de Genossen (ainsi était nommés les citoyens de la RDA) qui voulaient dans la nuit sortir du pays. C'est qu'étant en service sur la frontière ils n'avaient pas regardé la télévision et personne au bureau politique n'avait pensé à les prévenir. L'euphorie populaire pouvait sur un coup de feu finir en révolution sanglante mais les Vopos n'appliquaient pas les consignes de tirer sur tout fuyard. Une fois la situation éclaircie ils s'effaçaient laissant passer leurs compatriotes à Berlin ouest. 

20 ans après tous les esprits ne sont pas réunifiés, l'ex-RDA s'est vidée de sa jeunesse partie travailler à l'Ouest, les plus âgés sont restés chez eux à regretter l'Etat providence qu'était pour eux la RDA dont le système consistait à accompagner (surveiller) ses ressortissants tout au long de leur vie. J'ai trouvé parmi les Ossis (ainsi sont encore appelés les gens issus de la RDA) une majorité de gens heureux de leur nouvelle existence, tel un habitant de Leipzig devenu berger au Spitzingsee près de Munich, rencontré au détour d'un chemin de montagne et qui porte fièrement le costume traditionnel bavarois, des jeunes de la FDJ (Freie Deutsche Jugend = organisation de la jeunesse) partis trouver fortune à l'étranger etc… Les Allemands originaires de la RDA sont très cultivés, ils ont eu malgré eux quarante années pour cela.

La réunification de l'Allemagne coutait cher aux contribuables allemands. Heureusement il y eu la générosité des voisins européens qui votaient à Bruxelles les aides de l'Union Européenne à la reconstruction de l'Allemagne. Permettre à des familles de se retrouver ou enlever les œillères que porte une population toute entière cela n'a pas de prix.

Aujourd'hui, l'Allemagne réunifiée est la 4ème puissance économique mondiale derrière les USA, le Japon et la Chine et devant la France 6ème. La réunification fut bénéfique aux deux Allemagnes, pardon à l'Allemagne. 

Ce qui paraissait impossible il y a vingt ans le devint par la volonté de trois hommes : N. GORBATCHEV, H. KOHL ET G. BUSH; alors que réunifier la Normandie, une région injustement divisée dans et par une démocratie, continue à nous être refusée alors qu'elle ne réclame aucune intervention extérieure ni de subventions.

LA HONTE EST AUJOURD'HUI SUR CES ELUS NORMANDS QUI N'ONT RIEN FAIT, NE FONT RIEN OU NE FERONT RIEN POUR REUNIFIER LA NORMANDIE.

Michel H. A. Patin