30 septembre 2011

LES EOLIENNES provoquent le STRABISME DIVERGEANT des ELUS NORMANDS

 

NORMANDIE QUI RIT (sur France 3 "Haute" Normandie...)

Fabrication d'éolien off-shore: le Havre choisi

Par Carole BELINGARD / AFP  

 

Areva a décidé d'implanter au Havre deux usines de fabrication de pales.

Une bonne nouvelle pour la région havraise. Le groupe Areva a annoncé qu'il implanterait deux usines, l'une pour la fabrication de pales pour l'éolien marin, l'autre pour l'assemblage de nacelles d'éoliennes. Au total cela pourrait représenter jusqu'à un millier d'emplois. Deux usines qui pourraient voir le jour en 2015.

 

Le Havre choisi par Areva: le maire satisfait

Le Havre choisi par Areva: le maire satisfait.

"Le Havre cumule les avantages d'un quai en pleine mer, de grands espaces disponibles, d'une forte activité logistique pour nos approvisionnements et d'une tradition industrielle", explique Jean Huby, le directeur de l'activité éolienne d'Areva, dans le colonnes des Echos.

 Il faut rappeler que début juillet un appel d'offres a été lancé par le gouvernement pour l'implantation d'un parc éolien marin au large de la côte Ouest française. Dans notre région, les sites retenus sont ceux du Tréport-Dieppe et de Fécamp.


 
NORMANDIE QUI PLEURE... (sur France 3 "Basse" Normandie)

"La Basse-Normandie garde le cap"

Par Catherine BERRA  

Le port de Cherbourg

Le port de Cherbourg

CCI de Cherbourg
C'est ce que déclarent les élus de la région qui prennent acte de l'annonce d'Areva au Havre.

Laurent Beauvais, président de région, Jean-François Le Grand, président du département de la Manche et Bernard Cazeneuve, député-maire de Cherbourg, "prennent acte de l'annonce d'Areva de prévoir une implantation au Havre et restent mobilisés pour une filière régionale des énergies marines renouvelables en Basse-Normandie".

 

Les trois élus, de tendances politiques différentes, s'expriment ce jeudi dans un comuniqué commun.


Selon eux, l'annonce d'Areva qui candidate avec Alstom à l'appel d'offre lancé par l'Etat pour l'installation d'éoliennes off-shore dans la mer de la Manche, "n'est que la première étape d'une compétition aux long cours qui trouvera un premier épilogue en 2012, avec l'attribution par l'Etat d'une première série de champs éoliens".

Pour eux rien n'est donc joué, la compétition ne fait donc que démarrer et la concrétisation du projet dépend encore de nombreux arbitrages.

C'est pourquoi les responsables de la région, du département et de la communauté urbaine de Cherbourg, ainsi que les parlementaires bas-normands "demeurent mobilisés pour que ce projet se concrétise à Cherbourg".


Laurent Beauvais, Jean-François Le Grand et Bernard Cazeneuve se félicitent que Cherbourg "ait été l'un des deux ports en course aux côtés du Havre, démontrant ainsi les qualités et les avantages de ce port géré par Port Normands Associés".

 

Et de souligner les atouts du port du Cotentin : unité des exécutifs, acceptabilité des populations, valeur technique de la proposition portuaire, solution de portage immobilier, présence d'une filière industrielle, dispositif de formation ayant fait ses preuves pour EPR…


Ils l'affirment : le port de Cherbourg "répond aux besoins des entreprises de BTP et de chaudronnerie fabricants les mats, les pales d'éoliennes et les fondations, autant de domaines dans lesquels Cherbourg et le Cotentin ont démontré leurs compétences avec la construction de l'EPR".


Selon le communiqué des trois élus, les entreprises bas-normandes doivent continuer de se obiliser sur le sujet.

 

Ils demeurent convaincus du potentiel du Cotentin pour développer une filière industrielle d'avenir sur les Energies Marines Renouvelables et affirment vouloir poursuivent leur travail de lobby avec les entreprises et l'Etat pour que ces projets se développent en Basse-Normandie.

 

Les élus regrettent enfin qu'Areva "refuse, à ce stade, de conjuguer en un seul lieu une filière nucléaire et une filière d'énergies renouvelables".

Ils considèrent que c'est "un message très négatif  qu'envoie ainsi un acteur majeur de la filière électronucléaire aux populations du Cotentin".


Commentaire de Florestan:
 
C'est consternant la division: le vent de la baie de Seine qui s'ouvre de Cherbourg à Dieppe est plus intelligent que nos élus... et nos journalistes ! (ridicule telescopage entre la TV de la Haute et celle de la Basse...)
 
Si Ports Normands Associés et le GPM du Havre s'étaient entendus pour proposer un projet commun à AREVA on aurait trouvé d'ores et déjà la solution à l'équipement éolien "off shore" du littoral normand... Il y avait vraiment la possibilité technique d'une complémentarité entre Cherbourg (par ex: montage des mâts et des pales) et Le Havre (par ex: nacelles et turbines) sachant que les futurs sites off shore seront implantés au large de Courseulles; Fécamp; Veulettes et Le Tréport...
 
Il y a donc loin de la coupe aux lèvres: on se souviendra que le 7 septembre dernier les deux présidents de région normands (quel luxe d'avoir deux présidents pour une région!!!) affirmaient leur volonté de coordonner une politique commune et globale de l'éolien off shore en Normandie...
 
Diviser pour régner: que pèsent nos gestionnaires publics du déclin normand régnant sur leur demi-carpettes respectives face aux désirs des géants de l'industrie énergétique?
 
Les investissements de ces grands groupes industriels de l'énergie (électro-nucléaire; pétrochimie; gaz; énergies renouvelables maintenant...) sont ARBITRAIRES: l'armoire technique normande (coupée en deux) vit une situation de dépendance et de domination que l'on n'hésitera pas à qualifier de...
 
COLONIALE
 
Posté par Collectif BEN à - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur LES EOLIENNES provoquent le STRABISME DIVERGEANT des ELUS NORMANDS

    risible

    Notre mer truffée d'éoliennes, nos terres trouée par les explosifs et les trous béants des blessures remplies de cataplasme nucléaire. Le tout pour une poignée d'emplois locaux et des subvention pour des stades où il n'y a personne ou des écoles où on n'apprend même plus le normand ni même l'histoire régionale.

    Où est la valeur ajoutée de cette pseudo manne qui nous avilit, nous rend dépendant? Tiens, même nos chers amis parisien ne viendront plus dépenser leur sous chez ses fous qui détériorent terre et horizon. Donnons, donnons de l'énergie pour les trains et les secteurs d'activité des autres et ramassons les miettes en remerciant nos seigneurs et leurs soupirants. Du rêve avec AREVA, de l'édifiant avec EDF, nous avons tellement oublié de réfléchir à un autre avenir que nous nous contentons de faire les chiens chiens à sa mémère! Ecoeurant.

    Posté par crosman, 30 septembre 2011 à 23:09 | | Répondre
  • Très bien dit

    Rien d'autre à ajouter
    Crosman à tout dit

    Posté par gwezou, 01 octobre 2011 à 13:44 | | Répondre
  • oubli

    merci gwezou..j'en ai oublié des S!!!

    Je reviens de Quiberville c'est vrai qu'avec la brume de chaleur de ce tchu dé semanne no veyait brin où louen!!!
    S'il fait 27 en Pays de Caux printemps et été on ne verra pas les moulins à brasser du vent!

    Posté par crosman, 02 octobre 2011 à 22:25 | | Répondre
Nouveau commentaire