Mardi 13 décembre se tenait à Caen, au centre des Congrès, la première réunion thématique du Débat Public consacrée à l’aménagement du territoire…

Le public, environ trois cents personnes a écouté les exposés fort utiles de M. Mignoret et de Mme Dutarte dela Datarà propos de l’impact du TGV sur les territoires et sur les enjeux nationaux et européens d’un Grand Paris doté d’une façade maritime structurée avecla Normandie… A suivi l’intervention édifiante de M. Troin représentant national des usagers du train qui nous a clairement expliqué les limites du modèle du TGV et les alternatives à concevoir qui ne sont pas sans rappeler les objectifs recherchés par le projet de LNPN (grande vitesse de proximité pour desservir un réseau régional de villes à moins de300 kmde Paris).

 En dépit des déclarations volontaristes de M. Lechanoine président du tout nouveau GIC Normandie préfigurant la future CRCI normande qui nous a rappelé l’ampleur du potentiel normand notamment à l’international, du président du GPM de Rouen qui a rappelé que Rouen pouvait participer au 5ème système portuaire européen, en dépit des interventions de Pascal Buléon ou de Mme Brocard parlant au nom du collectif des 12 géographes normands universitaires pour nous rappeler l’importance du potentiel maritime ou d’une métropole normande en réseau de plus d’un million d’habitants, en dépit de la présentation du président de l’agence d’urbanisme de Caen (AUCAME) nous annonçant que les six grandes agences d’urbanisme concernées allaient enfin travailler ensemble pour faire exister l’espace de projet « Paris-Seine-Normandie », en dépit de ma propre intervention, la première de la soirée, au titre du collectif « Bienvenue en Normandie »,  pour rappeler que nous avions à décider, maintenant, de l’architecture et du financement d’un projet ayant un intérêt national, à savoir l’intégration de l’évidence normande dans le cadre d’un Grand Paris doté d’une façade maritime pour faire la 6ème région de France et pour garder en France le premier potentiel maritime du pays dans le but de préparer la sortie de la crise, et ayant informé l’assemblée présente que nous avions interpellé par écrit le candidat  à la présidence dela République François Hollande sur le sort qu’il faudrait réserver après le printemps 2012 à cette ambition d’un Grand Paris maritime et à ce projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie… je suis inquiet, très inquiet quant à la volonté politique de mener ce projet jusqu’à son terme :

LA LNPN EST ELLE DEJA  D’ORES ET DEJA  CONDAMNEE ?

1° Laurent Beauvais, le président de région normand qui s’est battu pour imposer au printemps 2009 un projet ferroviaire normand n'a pas voulu intervenir et reste moins d'une heure à un débat consacré à l'aménagement du territoire. Pierre Mouraret, vice-président du CRBN, pourtant si disert n'a rien dit non plus.

Seraient-ils déjà convaincus de l'échec du projet de LNPN? 

2° Le scepticisme des ingénieurs de RFF grandit puisque c'est actuellement la foire d'empoigne entre élus normands sur les conséquences du nouveau scénario A-B qui peut être encore techniquement amélioré: Duron s'y oppose fermement (même si le maire d'Evreux a fait l'effort de venir à Caen pour se montrer conciliant) mais le plus grave c'est que Destans, le président du conseil général de l’Eure semble vouloir verrouiller le scénario A-B et tirer toute la couverture à lui ! Désormais le torchon brûle aussi avec LeVern, président du CRHN qui serait d'une humeur massacrante depuis l'annonce de ce scénario A-B qui implique de créer une gare supplémentaire sur le parcours Mantes-Rouen. On vous épargnera les détails de la guéguerre habituelle entre Franck Martin (Louviers) et Marc Antoine Jamet (Val de Rueil) pour décider de l'emplacement de la future gare Seine-Eure à partir de laquelle se ferait le débranchement vers la Basse-Normandie: faute d'avoir préparer les choses bien en amont  par un débat et une vraie réflexion sur un projet de territoire normand partagé,  cette réflexion se fait maintenant "sur le tas" de façon brouillonne en plein débat public.

Jean-Pierre Duport, le conseiller d’Etat qui avait présidé le comité de pilotage du débat public, avait pourtant prévenu les élus que l'enjeu essentiel pour réussir le projet était de faire l'unanimité autour d'un scénario avant le débat public.

 

3° Pendant ce temps et sans désemparer, Les Verts continuent leur travail de sape: ainsi Jean-Vincent Placé vice-président du Conseil Régional d’ Ile de France s'oppose-t-il en sous-main à l'idée de construire une LGV dans le Mantois…

 

4° Du côté des cahiers d’acteurs, la désunion normande s'affiche: Le texte du cahier d'acteur du CRHN est fin prêt et j'ai appris que le CRHN avait donc décidé de faire ce cahier d'acteur en commun avec la région Ile de France,la SeineMaritime, les agglos de Rouen, du Havre et la ville de Paris: cela peut se comprendre dans le cadre de l'Axe Seine mais on nous avait pourtant promis autre chose le 7 septembre dernier, à savoir un cahier d’acteurs commun aux deux régions normandes…

 L'Axe Seine sans la Normandie c'est le meilleur moyen de condamner le projet (enjeu insuffisant, donc fusion de Rouen dans la métropole parisienne) ou de faire un projet qui nous condamne (éclatement de la Normandie)

 

5° Enfin on apprend que le projet de Schéma National des Infrastructures de Transports (SNIT) vient d'être révisé pour intégrer les paramètres de la crise actuelle des finances publiques: il évident qu'on ne gardera pas 26 projets pour 110 milliards d'euros (dernier chiffre connu). Selon un récent article des Echos, les projets ne présentant pas un enjeu national suffisant ou n'étant pas assez soutenus seront abandonnés: le projet de LNPN serait sur la liste noire.

 

6° Dernier espoir ? J'ai transmis en mains propres  copie de notre lettre au candidat Hollande à la députée PS de Caen, Laurence Dumont vice-présidente de l’Assemblée Nationale. On sait aussi que François Hollande à qui un certain Didier Marie président du CG76 demande aussi d’être un « ambassadeur-76 »  sera prochainement à Cherbourg sur la question nucléaire: François Hollande, né à Rouen en 1954,  doit nous répondre et doit prendre position en tant que futur président dela Républiquemais aussi en tant que « normand » (l’ambassade seino-marine étant un peut trop sous la ligne de flottaison pour qui voudrait prendre de la hauteur sur la passerelle de commandement…)

OUI ou NON, l’intégration de la 6ème région de France dans le cadre d’un Grand Paris doté d’une façade maritime est-ce un ENJEU NATIONAL ?

 


Ci-après le compte rendu de Ouest-France (édition Caen, Xavier Oriot) 15/12/11

Débat public