France des vraies régions

La France des vraies régions: un jour peut-être, passerons nous nos vacances dans une Normandie, une Bretagne et un Poitou enfin réunifiés... Peut-être aurons nous un jour le plaisir de redécouvrir la Savoie ou le Dauphiné réunifiés au sein de la Région Rhône-Alpes ou de musarder dans une Gascogne réunifiée au sein d'un région Aquitaine avant que d'apprécier enfin un Grand Languedoc étendu de Toulouse à Montpellier comme autrefois... Peut-être qu'un jour sera-t-on de nouveau que les meilleurs abricots viennent du Vivarais (Ardèche) que la Dordogne c'est surtout le Périgord  et que l'Ariège c'est le Comté de Foix... 

ça tombe bien c'est là que votre serviteur va aller vadrouiller quelques jours!

L'équipe du collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie" qui anime aussi l'Etoile de Normandie va prendre à partir de demain quelques jours de vacances bien méritées ... en dessous de la limite "pluie-soleil" durablement installée au sud d'une ligne La Rochelle / Metz!

Durant ce temps de vacances éditoriales, le blog vous reste ouvert et vous pouvez continuer à poster des messages de commentaires sur les billets déjà existants ou à nous envoyer des nouvelles voire des urgences normandes sur la boîte mail du collectif BEN: bienvenorm@yahoo.fr

Avant de partir, néanmoins, un petit rappel de ce qui nous attend à la rentrée de septembre/ octobre 2012...

Du lourd, voire du très très lourd!

Il va falloir plus que jamais nous mobiliser pour la Normandie car c'est en octobre prochain que l'on décidera si oui ou non notre région a encore un quelconque intérêt économique et stratégique pour l'avenir de la France: si la Normandie, en tant que telle, n'avait plus aucun intérêt national alors à quoi bon la réunifier un jour?

Concrètement, une commission nationale d'expertise devra vérifier si le projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie est une priorité nationale à financer ou non...

Il faudra donc rappeler que la Normandie, c'est la façade maritime logistico-portuaire de Paris, premier potentiel maritime de France et que la LNPN est le projet de modernisation ferroviaire qui peut fonder un nouveau modèle ferroviaire en France autour de l'idée neuve de mettre en oeuvre une grande vitesse de proximité pour la desserte d'un réseau régional de villes: plus que jamais, la Normandie ne doit pas louper son entrée dans le XXIe siècle car nous en sommes encore à gérer les conséquences de la Normandie reconstruite de l'Après Guerre autoritairement coupée en deux au nom d'un intérêt national parisien qui ne peut plus fonctionner avec une France désormais intégrée à une Europe ouverte sur le vaste monde: la Normandie devient LE CAS D'ECOLE de la nécessaire REGIONALISATION de la FRANCE pour enfin sortir les territoires français de la caserne où un jacobinisme aussi infantilisant qu'inefficace les maintient enfermés. L'émergence d'une souveraineté régionale (vraies régions sur de vrais territoires respectant la géo-histoire) permettra à notre pays de retrouver énergie, créativité et renouvellement du modèle économique.

Autre urgence à suivre de près: les effets néfastes de la crise du secteur industriel automobile en Normandie qui est l'une des grandes régions françaises de l'automobile... La conjoncture néfaste du côté de Peugeot peut laisser craindre des temps difficiles pour les équimentiers normands (cf. Honeywell à Condé sur Noireau dans le Calvados)

Et pendant ce temps là, la valse des préfets continue en Normandie: dans la Haute, on a regretté il y a déjà quelques mois Rémi Caron, un préfet très apprécié  qui a dû quitter son poste alors que l'on peine encore à définir le financement du contournement autoroutier Nord-Est de Rouen (sur la route des vacances mais aussi du travail, vous avez remarqué que le contournement complet de la région parisienne n'est toujours pas achevé du côté Ouest: Manquent le périphérique de Rouen et la section Nonancourt-Dreux-Chartres-Orléans. Le maillon manquant correspond parfaitement au maillon faible normand...)

En Basse, on vient d'apprendre le départ de Didier Lallement vers le ministère de l'Intérieur (une promotion car la Normandie basse... ): eh bien nous, nous dirons: "bon débarras!" Un préfet qui autorise des éoliennes un peu partout alors que le paysage normand est saturée de zones classées historiques et patrimoniales et qui ne voulait pas de porte-contenaires dans le port de Caen pour éviter 25000 camions par an sur les routes entre Le Havre et Caen, et ce au mépris de ce qu'une certaine directive territoriale d'aménagement commune à tout l'Estuaire normand préconise...

Didier Lallement vient d'être remplacé par un certain Michel LALANDE qui était jusque là en poste à la... Réunion:

De la Réunion au Ploukistan occidental normand, ce préfet aura-t-il l'impression de demeurer en outremer?

La valse permanente des préfets sur un territoire régional c'est pour nous le signe d'un mépris ou d'un déclin, voire les deux à la fois!

 

Et pour finir sur une note positive, l'Etoile de Normandie tient à saluer l'initiative de deux députés et d'une sénatrice de l'Orne qui ont décidé de transcender leurs étiquettes politiques divergentes pour créer un groupe de travail commun pour défendre le plus méconnu et le plus rural des cinq départements normands...

de gauche à droite: Yves Goasdoué, député-maire PS de Flers; Joaquim Pueyo, député-maire PS d'Alençon et Nathalie Goulet, sénatrice centriste de l'Orne

L'Orne a tout le potentiel d'être la porte sud de la Normandie et à promouvoir à l'échelle nationale et européenne une renaissance de l'AXE PLANTAGENET pour donner un hinterland aux ports de l'estuaire normand: Le Havre et Rouen ont besoin de l'Orne tout comme il faut envisager l'Orne comme l'une des possibilités de contournement Ouest de la région parisienne par le rail. Le PARIS-GRANVILLE et le CAEN-TOURS sont les axes ferroviaires dont il faut maintenir l'exploitation et assurer la modernisation. Dans dix ans, si la France se lance enfin dans la logistique ferroviaire comme en Allemagne, ces axes deviendront stratégiques!

Enfin l'Orne, à moins de 200 km à l'ouest de Paris est un laboratoire où s'expérimente un territoire d'un genre nouveau: la RURALITE URBAINE où il faudra concilier excellence du cadre de vie, paysager, naturel, patrimonial et excellence des services pour une population qui, à la fois, vieillit et rajeunit tout en se renouvellant: l'Orne qui accueille de plus en plus de familles de cadres parisiens ne peut pas être à la fois un désert médical et une réserve d'indiens toujours aussi mal desservie tant par la route que par le rail...

Les élus parlementaires de l'Orne font donc preuve d'une belle unité (sauf la nouvelle élue UMP députée du Perche...) car l'Orne est le département normand qui aurait objectivement le plus besoin d'une unité normande!

Cela méritait d'être salué avant de partir en vacances!