Edouard Leclerc, le fondateur d'une marque bien connue de la grande distribution vient de mourir: un grand capitaine de l'industrie française, un grand créatif vient de mourir... Les encensoirs volent. Notamment dans Ouest-France du mardi 18 septembre 2012. Il avait 85 ans, "l'épicier de Landerneau" (Finistère) était devenu grand... L'encensoir du Grand-Ouest salue en dernière page: "la mort d'un infatiguable lutteur"

Qu'en pensent les caissières ?

Et les producteurs et fournisseurs qui ont eu affaire aux centrales d'achat Leclerc?


L'Etoile de Normandie se méfie des concerts de louanges unanimes et préfère ne pas oublier le mot de Beaumarchais:

"sans liberté de blâmer point d'éloges flatteurs".

Bertrand GOBIN, un journaliste breton indépendant travaillant à Rennes a fait son travail en révélant l'attitude plus que douteuse de cet "infatiguable lutteur" pendant l'Occupation allemande et nazie de la France et de la Bretagne, notamment  son rôle dans la dénonciation de jeunes bretons qui partaient rejoindre les maquis de la Résistance...

En avril dernier, le journaliste Bertrand Gobin a été mis en examen pour diffamation après avoir publié un document tendant à démontrer selon lui qu'Édouard Leclerc, incarcéré six mois à la Libération, avait été libéré grâce à un certificat de complaisance. Bertrand Gobin a relaté la protestation de la famille d'un résistant breton fusillé par les Allemands après que Nicolas Sarkozy eut remis à Édouard Leclerc la Légion d'honneur en 2009. La mise en examen est quasiment automatique dans les affaires de diffamation. Édouard Leclerc avait dénoncé une "pseudo-révélation", affirmant avoir été "lavé" par la justice en 1945.

C'était une époque tragique où il fallait choisir son camp:

Celui de la Liberté et de la République ou celui d'une utopie régionaliste compromise avec l'idéologie détestable du pire occupant militaire que notre pays ait jamais connu...

Morvan Marchal, créateur du drapeau moderne identifiant la Bretagne et rédacteur de la revue "Nemeton" dans laquelle il a salué la défaite de 1940, professé un antisémitisme virulent et milité pour "l'Ordre nouveau" nazi et allemand dans lequel une Bretagne indépendante devait se débarasser de tout lien avec la France et ses valeurs républicaines...

Attention! Nous ne faisons surtout pas l'amalgame entre l'attitude du jeune Edouard LECLERC sous l'Occupation et l'action militante du collaborateur pro-nazi Morvan MARCHAL, nationaliste breton...

Mais il y avait un contexte qui permettait de croire, erreur tragique, que les vrais défenseurs de la Bretagne, n'était pas parmi la jeunesse résistante et maquisarde mais du côté d'illuminés défilant au pas de l'oie...