Aéroports

Pour actualiser ce dessin impertinent, rajoutons un 3ème nuage au dessus de la ville du Havre...

 


On lira avec consternation cet article en ligne sur Paris-Normandie.fr:

Affaire de l'aéroport au Havre: « Position incompréhensible »

Publié le vendredi 12 octobre 2012 à 07H53

POLITIQUE. Dans l'affaire de l'aéroport, Laurent Logiou accuse Edouard Philippe de jouer « l'isolement » de la ville.

Laurent Logiou

Laurent Logiou

Décidément, la polémique sur le devenir de l'aéroport ne baisse pas d'un cran. Après Alain Le Vern, le président PS du Conseil régional, qui dénonce la stratégie havraise de maintien « sous perfusion » de la plate-forme locale, Edouard Philippe expliquait mercredi que l'équipement havrais répond à un service à la population. « Si un élu, au Havre, veut fermer l'aéroport, qu'il le dise ! » soulignait Edouard Philippe.

Grosse colère de l'un de ses adversaires politiques, Laurent Logiou. « La position de M. Philippe est incompréhensible, dit-il, puisqu'il faut une trentaine de minutes pour rejoindre l'aéroport de Deauville-Normandie. Cet aéroport est donc aussi l'aéroport havrais. » Selon l'élu socialiste, « rapporté au nombre de passagers concernés (environ 30 000 en 2011, NDLR), le coût de l'aéroport d'Octeville est prohibitif pour le contribuable et l'ensemble de la collectivité ». Selon Laurent Logiou, la Délégation de service public (DSP) attribuée jusqu'en 2015 à une entreprise privée par l'agglomération - propriétaire du site - représenterait un coût supérieur à 2,13 millions d'euros.

« Motifs électoralistes »

Aux yeux de Laurent Logiou, Edouard Philippe n'est plus dans les pas d'Antoine Rufenacht, qui avait plaidé pour que Deauville devienne le cœur aérien de la Normandie. Selon l'élu PS, ce sont des motifs « purement électoralistes » qui auraient conduit Edouard Philippe à se démarquer de son prédécesseur. « Si cela était avéré, explique-t-il, il aurait privilégié ses intérêts personnels et politiques au détriment de celui de l'intérêt général et du contribuable. Ce serait très choquant. »
Laurent Logiou redoute que le maire du Havre soit « en train d'isoler notre ville et notre agglomération sans grand dessein ». « Mais on peut encore se rattraper sur ce sujet comme sur d'autres. Alain Le Vern lui a écrit, ainsi qu'au maire de Caen (PS), pour réfléchir ensemble à l'avenir de l'aéroportuaire interrégional. J'espère qu'il saisira cette perche dans l'intérêt des Havrais. »
A Caen, la ville a décidé d'engager des études pour développer son aéroport, à long terme. « Pour des raisons de petite politique, disait cette semaine Edouard Philippe, Alain Le Vern préfère critiquer le maire du Havre. » Edouard Philippe a reporté à l'après-2015, date de la fin de la DSP, l'examen d'un éventuel rapprochement avec Deauville. En tout cas, en toile de fond de cette affaire plane bien comme un parfum d'élections municipales… Dans une vingtaine de mois.


Commentaire de Florestan:

Localisme de circonscription, querelles politiciennes, cumul des mandats sont les trois grands mots d'une classe politique normande tout juste bonne à parasiter l'avenir de notre région...

Néanmois, il faut admettre que le socialiste Laurent LOGIOU a raison quand il dit que RUFENACHT avait raison (Rufenacht avait peut-être l'autorité nécessaire d'imposer à la puissante CCI du Havre le choix de l'aéroport de Deauville: le jeune Edouard PHILIPPE en est-il capable?)

On dira aussi (et ça nous fera grincer les dents) que notre humoriste demi-normand préféré LE VERN, en tant que président du syndicat mixte de l'aéroport de Deauville, a raison lui aussi quand il préconise une rationalisation de l'offre aéroportuaire normande en faisant de DEAUVILLE-NORMANDIE, le premier aéroport normand: un syndicat mixte "AEROPORTS de NORMANDIE" notamment pour gérer en synergie complémentaire les plates formes de Caen-Carpiquet et Deauville-Saint Gatien serait l'idéal et cet idéal nous le défendons ici depuis longtemps: vous vous souvenez, ici même, sur l'Etoile des débats homériques que nous eûmes avec un certain "Phil 14" (dont la pertinence des billets nous manque...)

Sauf que LE VERN est un humoriste demi-normand qui nous prépare un sketch pas très drôle sur la LNPN qui risque, plus que jamais de rallumer la guerre ancestrale entre ROUEN et LE HAVRE: comme le dit justement le journaliste de PN on sent revenir le CLOCHEMERLE avant les municipales...