Par ordre d'apparition:

Gérard LISSOT, président du CESER Haute-Normandie

Jean CALLEWAERT, président du CESER Basse-Normandie

Jean-Claude LECHANOINE, président du GIP CCI Normandie (future chambre de commerce unique de Normandie)

Jean-Pierre DESORMEAUX, président de la CRCI de Haute-Normandie

Antoine RUFENACHT, ancien député-maire UMP du Havre et toujours haut-commissaire au développement de la vallée de la Seine

Philippe DURON, député-maire PS président de l'agglomération de Caen, président de l'Association de Financement des Infrastructures de Transports Françaises et tout nouveau président de la commission d'évaluation du Schéma National des Infrastructures de Transport qui vient d'être mise en place par Frédéric Cuvillier, le ministre délégué aux Transports...

Laurent BEAUVAIS, président du Conseil Régional de Basse-Normandie

Et bien voilà, ils sont tous nommés là ceux qui ont le pouvoir, le devoir ou l'envie de faire en sorte que la NORMANDIE AIT UN AVENIR: ces derniers jours, suite aux annonces d'un ABANDON éventuel de la Ligne Nouvelle Paris Normandie, en tant que grand projet régional normand ayant un INTERET NATIONAL, ces personnalités ont fait les déclarations nécessaires et ont rappelé leur volonté d'agir jusqu'au bout pour sauver ce grand projet et éviter la MORT DE LA NORMANDIE en tant qu'espace régional ayant un intérêt, voire une utilité pour notre pays...

Il faut avoir le courage de dire ici la vérité, une fois de plus...

Alain LE VERN, président demi-régional en Normandie, ne croit pas (dumoins il fait tout comme) en un INTERET GENERAL NORMAND ayant un INTERET NATIONAL, puisqu'il a décidé de prendre le risque, au nom du réalisme financier (l'argent n'a pas d'idées disait Sartre), de réduire le projet global de LNPN qui s'inscrit pourtant dans le cadre plus large de l'espace de projets PARIS-SEINE - NORMANDIE, à la seule liaison Gare Saint-Lazare / Gare de Rouen: en refusant d'aller chercher 9 MILLIARDS pour un PROJET GLOBAL d'INTERET NATIONAL pourra t-on trouver plus de ... 5 MILLIARDS pour une LIGNE DE BANLIEUE? 

L'urgence de "déboucher" le MANTOIS pour les grandes lignes normandes c'est aussi l'urgence de démontrer EN QUOI LES GRANDES LIGNES NORMANDES... LE SONT!

Sur ce point très précis, nos 7 compères normands sont unanimes: il faut justifier la LNPN par un projet d'envergure national, la NORMANDIE est la façade maritime privilégiée de la FRANCE!


Mais de là à claironner du côté de Lille que Le Havre a tué le canal SEINE- NORD- EUROPE, il ne faut pas tout de même exagérer! 

http://nord-pas-de-calais.france3.fr/info/canal-seine-nord--le-havre-m-a-tuer---75697004.html

Car si ANVERS peut se permettre d'être le PREMIER PORT de FRANCE c'est que l'enclavement routier, ferroviaire et fluvial du Nord-Ouest du Bassin parisien reste fort:

Le Canal Seine-Nord-Europe, la LNPN, le contournement Est de Rouen, le désenclavement ferroviaire par le Sud et par l'Est des grands ports maritimes de la Basse-Seine normande ou encore, l'achèvement du contournement complet de la Région parisienne par l'Ouest et le Sud Ouest, tant par la route (section Evreux-Chartres-Orléans) que par le rail (ligne Caen-Tours) TOUT SE TIENT! 

Et c'est AUX DECIDEURS ET ELUS NORMANDS DE SE MOBILISER pour faire comprendre à PARIS qu'il y a le BASSIN PARISIEN et que la SEINE coule au- delà du PONT de PUTEAUX: un certain Alain LE VERN a été président, il y a peu, de la "C 8 " (non ce n'est pas le dernier modèle présidentiel de Citroën...) c'est à dire la CONFERENCE des HUIT REGIONS du Bassin Parisien...

Qu'a-t-il fait?


Du côté des deux CESER normands ainsi que du côté des chambres de commerce normandes, les choses sont claires: la mobilisation va se poursuivre, jusqu'au bout... En témoigne la dernière lettre du CESER de Haute-Normandie (N°34, octobre 2012)

http://ceser.hautenormandie.fr/

D'ailleurs, du côté des forces vives régionales, on en reste à l'agenda défini pour la mise en oeuvre de l'ESPACE PARIS SEINE NORMANDIE: l'ACTE III du colloque "AXE SEINE" qui doit se tenir à PARIS le 22 NOVEMBRE 2012 est maintenu... Si ce rendez-vous est maintenu, pourquoi vouloir abandonner le projet de LNPN? 

Laurent FABIUS a coutume de dire: "Il y a deux choses impardonnables en France, l'échec et le succès"

Nous lui conseillons d'en parler sérieusement avec un certain Alain LE VERN s'il veut encore paraître dans ledit ... colloque: la crise actuelle rappelle néanmoins que les belles paroles ne suffisent plus. C'est URGENT, monsieur FABIUS, c'est URGENT...

Antoine RUFENACHT a encore une nouvelle fois rappelé que la LNPN correspondait à une ambition nationale, celle de défendre le potentiel maritime français. Tandis que Philippe DURON nommé le 18 octobre dernier à la présidence de la commission chargée de faire le tri dans les projets d'infrastructures laissés par le précédent gouvernement, devra faire en sorte d'épargner la LNPN et surtout de convaincre, enfin, de l'intérêt national du projet: Jean-Marc Ayrault, certes Premier ministre, est capable de peser de tout son poids pour préserver le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, projet contesté et contestable... Pourquoi pas Philippe DURON?

http://basse-normandie.france3.fr/2012/10/18/train-la-lgv-paris-le-havre-en-suspens-122361.html

Philippe DURON est bien obligé de dire qu'il sera impartial... Mais il est d'ores et déjà placé sous très haute surveillance par celui qui rêve de le remplacer à la mairie de Caen en 2014:

Laillier vs Duron

Enfin, Laurent BEAUVAIS, président de région en Normandie (il mérite d'être désigné ainsi...) qui s'était largement impliqué au printemps 2009 lors d'une première bataille du rail normand au sortir de laquelle, le projet actuel en "Y" desservant toute la Normandie a vu le jour, se dit prêt à livrer une seconde bataille du rail pour la sauvegarde d'un projet global qui permettrait de réintégrer la Basse-Normandie en Normandie et partant, qui permettrait l'intégration de l'évidence normande.

Réduire un PROJET NORMAND GLOBAL à un PROJET ROUENNAIS LOCAL n'aurait donc AUCUN SENS ! Surtout à ROUEN qui ambitionne, en toute légitimité, d'être ENFIN une vraie METROPOLE REGIONALE...

Pour mémoire: la couverture du livre d'Yves Guermond paru en 2007 

"Rouen, la métropole oubliée?"

La position de Laurent BEAUVAIS, reste identique:

Pas de solidarité de projet sans solidarité de finances. L'enjeu est de définir non pas une série de travaux dont seule la première phase, la plus urgente, serait financée mais de justifier par un ENJEU NATIONAL SUFFISANT la plus large enveloppe budgétaire possible

L'Etoile de Normandie fait donc une proposition, à bon entendeur...

FINANCER la LNPN en convoquant les futurs fonds européens "Projects bonds" dédiés aux grands travaux d'infrastructures de "sortie de crise" permettant le phasage dans toute sa globalité, d'un projet aussi complexe (fret marchandises et trafic voyageurs) qu'expérimental (desserte d'un réseau régional de villes à 250 km/h) au service d'un INTERET NATIONAL et EUROPEEN (anticiper la saturation de l'axe Lille-Paris-Lyon-Marseille en mettant en oeuvre le projet "CORRIDOR IV")