On va encore parler de lui... hélas!

 

 

L'Etoile de Normandie a reçu le communiqué du Comité de Défense du Pont Colbert de Dieppe: la volonté de saboter ce fleuron du patrimoine industriel et maritime normand est manifeste et il devient de plus en plus difficile au saboteur qui sévit toujours de la cacher! Pour l'instant, il sévit en tant que président du port de Dieppe... Et en 2014 ? Les Dieppois voudront-ils de ce triste sire à la mairie?

Voici le texte du communiqué reçu ce 12 novembre 2012:

Bonjour ,
Le temps est à la pluie et le pont n'est toujours pas entretenu.le SMPD ne respecte pas le règlement sur l'entretien des ouvrages d'art qui supportent les routes départementales, pas une goutte de peinture depuis 2007! cela pourrait s'appeler du sabotage...

Nous avons remis des dossiers complets à la DRAC,à l'UNESCO accompagnés de lettres de soutien (dont celle du professeur émérite Michel Cotte  dde celle d'Eric Delony chief emerite of historic american engineering record, en particulier)

Nous avons fait appels aux présidents Sarkozy,Hollande,aux ministres (ndlr: de la culture) Mitterrand, Filippetti.
A chaque fois l'intérêt patrimonial du pont est reconnu et le dossier est transmis à la DRAC, à la préfecture de Rouen et à la sous préfecture de Dieppe.
Le président du SMPD (syndicat mixte du port de Dieppe) Alain Le Vern a commandé une étude à une filiale de la SNCF en septembre 2011 afin de connaître l'état résiduel du pont, cette étude devait justifier sa destruction,et devait être rendue publique(c'est une obligation car elle est payée par nos impôts) au courant du mois de décembre 2011.
Devant le refus du président du SMPD de publier cette étude , nous l'avons assigné à la CADA afin d'avoir accès à ce document.Le SMPD a répondu que ce document était "stratégique" et qu'il avait demandé d'autres études qui l'empêchait de publier celle-ci.
Par ailleurs Alain Le Vern reconnaissait dans la presse que le pont n'était pas en aussi mauvais état qu'il le disait et que son remplacement pouvait attendre.(il devait le savoir depuis longtemps car responsable de ce pont il laisse passer 12000 véhicules par jour...)
La DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) malgré nos appels réitérés et nos courriers officiels n'a jamais répondu à notre question:-y a t il une procédure de classement d'ouverte?Une réponse affirmative stopperait les projets de remplacement du pont du président du SMPD!.
L'argumentation du président A. Le Vern a étonnamment changé, maintenant celle-ci aborde le sujet du temps des travaux.Selon lui une restauration durerait au moins 2 ans et le changement du pont ne durerait que 6 mois.
Nous sommes en possession de documents qui attestent que les restaurations "lourdes" de 1918 et 1980 n'ont duré que 100 jours et 5 mois et demi.
La reconstruction d'une partie du pont après la guerre elle a duré 2 ans.
Aujourd'hui ,avec les techniques dont on dispose il serait étonnant qu'une restauration du pont dure plus de temps qu'autrefois.
Nous sommes sûrs encore aujourd'hui à l'appui des techniciens et spécialistes qui nous soutiennent qu'une restauration du pont ne coûterait pas plus de 3,5M d'€ et ne durerait pas  plus de 6 mois au lieu d'un changement de pont qui couterait 7Md'€ ,(A.Le Vern est allé jusqu'à 11 Md'€ dans la presse) et durerait plus de temps qu'une restauration.
D'autre part un chantier de restauration ne fermerait pas obligatoirement la circulation durant toute la restauration.
N'oublions pas en cette année d'exposition sur le génial Jean Prouvé, que la cabine est de lui.
Devant la reconnaissance du monde universitaire de l'intérêt patrimonial unique du pont Colbert , et donc touristique (ce qui lui donnerait une rentabilité économique)ce serait une grave erreur de persister à vouloir le remplacer.
Nous serons présent au prochain conseil du SMPD qui aura lieu le jeudi 15 novembre à 17h30 au SMPD à Dieppe.
Hélène Melon
présidente du Comité de sauvegarde du pont Colbert.