Jean-François Millet, arc en ciel après l'ondée sur un verger... (vers 1868). En normand, voilà un beau moment de "ripleure"

  • En réponse à une enquête de Paris Normandie, "La Normandie c’est quoi pour vous?", Mait'Gires (alias Jean Philippe Joly) nous écrit ce beau poème...

 

Cha yest eun couop d’beire, itou eune beurraée 

C'est un coup de cidre mais aussi une tartine bien pleine


Eune achanaée et eune abiosie lenreit                                                        

Une grosse averse et le beau temps tout de suite après


Ch ‘est cachi dauns lé quemin à la trache dé l’horizoun                                

C'est avancer dans le chemin à la recherche de l'horizon


Yete reide seu égaluaé dé la canchoun                                                       

Etre certainement émerveillé par la chanson


Que féchoune la mé ergane o jatile                                                            

Que compose  la mer  en colère ou apaisée


Que lanlure l’vent dauns les rhaies qui gambillent…                                     

Que fredonne le vent dans les haies qui s'effarouchent


Cha yest veire, eune mourie d’chaoses yens,                                             

C'est en fait une quantité de choses  intimes


De qui que vous n’entendaez brin, eune o byi chent !                                  

 Que vous ignorez,que ce soit une ou cent


Coume vos oublyi d’ouï voute loceis                                                         

  Ainsi quand vous oubliez de vous occuper de votre langue


Vos maunquaez d’vei voute countraée.                                                      

Vous laissez tomber votre pays

(Mait’ Gires 2011)