Les deux bannières à la croix de Saint-Olaf: la norvégienne et la normande...

La statue de Rollon (1865, Arsène Letellier) dans le square de l'abbaye de Saint-Ouen à Rouen vient d'être stupidement vandalisée après avoir été restaurée en 2011 pour le 1100ème anniversaire de la Normandie avec une inauguration le 17 mai 2011 (jour de la fête nationale norvégienne) en présence de l'ambassadeur de Norvège en France, de Mme Fourneyron alors députée-maire de Rouen et en présence d'élèves norvégiens scolarisés dans un lycée rouennais dans le cadre d'un jumelage scolaire et culturel entre l'académie de Rouen et la Norvège imaginé en 1911 et ayant débuté en 1918...


 

Laurent FABIUS, ministre des affaires étrangères redécouvre la Normandie (affaire étrange) par le biais de la Norvège (affaire étrangère): on ne pourra que s'en féliciter! Ainsi lit-on ceci (Fil-fax Normandie, 22/11/12, N° 4453)

"La section norvégienne du lycée Corneille de Rouen va bénéficier d'un cadre législatif

"Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a présenté mercredi en conseil des ministres un projet de loi visant à renforcer l'enseignement dispensé en France aux élèves norvégiens et le fonctionnement des sections norvégiennes établies dans les académies de Caen, Rouen et Lyon. Il s'agit d'une part, précise le ministère, de renforcer les liens bi-latéraux entre la France et la Norvège en contribuant à une compréhension mutuelle des cultures, des institutions et de la société des deux pays, et d'autre part, de consolider et d'harmoniser le fonctionnement des sections norvégiennes en France. 

"Trois lycées français, le lycée Pierre Corneille à Rouen, le lycée Alain Chartier à Bayeux et le lycée Edouard Herriot à Lyon accueillent des élèves norvégiens de la seconde à la terminale où ils reçoivent une préparation aux épreuves du baccalauréat français. Le dispositif a été mis en place dans l'académie de Rouen au lendemain de la première guerre mondiale (NDLR: on ne se demande pas pourquoi?) et a été étendu à celle de Bayeux (NDLR: académie de Caen, là encore on ne demande pas pourquoi...) et à Lyon en 1989. A Rouen, une quarantaine d'élèves norvégiens a rejoint pour la première fois la nouvelle section au lycée Corneille en septembre 1918. Après une interruption de 1939 à 1950, la section a repris vie. Huit nouveaux élèves norvégiens entre chaque année en seconde au lycée poury poursuivre leurs études secondaires. Ils sont pensionnaires et sont régulièrement accueillis dans des familles françaises. La renommée de la section amena la visite au lycée du Roi Olaf en 1962 puis de la princesse héritière en 1967"


 

Commentaire de Florestan:

En 2011, 11ème centenaire de la création de la Normandie par un norvégien né à Alesund en 911, le prince héritier du royaume de Norvège n'a pas cru bon venir... Il faut dire qu'un malotru président demi-régional avait  alors un gros trou de mémoire.

Souhaitons donc que Monsieur Fabius puisse aider sa créature à retrouver enfin ses esprits...

Sur le fond, comme d'habitude, la Normandie institutionnelle en mille morceaux passe à côté de son potentiel et de ses intérêts stratégiques:

Malgré de belles initiatives comme ce jumelage (pas sûr qu'aujourd'hui on aurait osé faire pareil...) culturel et scolaire, des études scandinaves encore vivaces notamment à l'université de Caen ou des festivals (les Boréales, en novembre à Caen ou autrefois, le festival du film nordique à Rouen) il n'y a pas de politique publique régionale normande intégrée et partagée entre les deux régions à destination des pays nordiques et scandinaves alors que des liens historiques et culturels évidents nous unissent avec eux.

Ce n'est pas seulement insulter le passé (voir le résultat sur le socle de la statue de Rollon) c'est aussi insulter l'avenir quand on sait que le FONDS SOUVERAIN STRATEGIQUE NORVEGIEN est l'un des plus richement doté du monde: il faudra peut-être y penser un jour pour, par exemple, installer une nouvelle gare sur la rive droite de la Seine à Rouen... Non?