Laurent Beauvais, président de région en Normandie (en l'occurrence le Conseil Régional de Basse-Normandie) fait actuellement une tournée plutôt courageuse de "compte rendu de mandat" dans toutes les villes de la Normandie occidentale:

Cette semaine il était, entre autres,  à Alençon mais dans l'Orne comme partout ailleurs, il y a au moins un citoyen dans la salle qui a le toupet de poser au président de région la question qu'il ne faudrait plus poser sous prétexte qu'elle serait devenue obsolète... Dans chacune de ces réunions publiques où il est question du rôle du conseil régional, du bilan de l'action régionale, contrairement à certains commentateurs médiatiques, la question de l'UNITE NORMANDE hante l'opinion publique normande dès lors que des élus régionaux font l'effort méritoire de s'intéresser vraiment à elle...


Aperçu ce week-end, dans les pages de Ouest-France:

Régions. Difficile de fusionner Haute et Basse Normandie, selon le président Laurent Beauvais

Vie institutionnelle vendredi 07 décembre 2012

Réunifier les régions de Basse et Haute Normandie ? La question a été posée au président du conseil régional, Laurent Beauvais, jeudi soir à Alençon.

 

En tournée dans douze villes de Basse-Normandie, le conseil régional, représenté par Laurent Beauvais et ses vice-présidents, a fait salle comble, jeudi soir à la Halle aux Toiles, à Alençon. L’objectif : rappeler à quoi sert la Région. Parmi les questions du public, l’éventuelle réunification des régions de Basse et Haute Normandie. « C’est vrai que la Normandie est connue, dans le monde entier, comme une seule et même région, souligne Laurent Beauvais. Nous coopérons déjà dans certains domaines. Mais nos territoires restent très différents, au niveau de la démographie, de la population ou de l’industrie. Nous, Bas-Normands, n’avons pas le même poids qu’une région comme la Bretagne ou les Pays de la Loire. Unifier les deux Normandie, on en parle depuis les années 70. Et on n’y est jamais arrivé. »



Le résumé lapidaire du journaliste ne rend certainement pas compte de la position de Laurent Beauvais qui a toujours été un partisan déclaré et convaincu de la nécessité de l'Unité normande, pour preuve, l'intérêt que le président de région "en Normandie" porte aux analyses du collectif des douze géographes universitaires normands... Mais ce constat paru dans Ouest France, journal qui reflète sans complexe la puissance de la Bretagne, a un effet plutôt dévastateur car il n'est pas accompagné d'une explication véritable de la difficulté à unifier les deux régions administratives. En outre, ce constat semble cautionner l'idée que des coopérations structurelles spécifiques et fusionnelles seraient impossibles alors qu'une étude indépendante et sérieuse datant de 2008 (cabinet INEUM-EDATER), commandée pourtant par les deux exécutifs régionaux normands, démontre EXACTEMENT le CONTRAIRE!

COURAGE Monsieur BEAUVAIS ! "Réunifier" la NORMANDIE c'est POSSIBLE!

Oui mais comment?

1)D'abord, IGNORER Alain LE VERN 

2)Ensuite, AGIR en CONTOURNANT Alain LE VERN (D'autant plus qu'il se croit incontournable...)

3) Enfin, FELICITER Alain LE VERN (pour avoir contribué efficacement à l'UNITE NORMANDE)

 

La NORMANDIE CONCRETE, ECONOMIQUE, sur l'ESTUAIRE dans un premier temps en 2013 puis celle des CHAMBRES DE COMMERCE dans un second temps en 2015 SERA REUNIFIEE...

La fusion des CRCI normandes est en cours de préparation (ici MM Désormeaux, CRCI HN et Lechanoine, CRCI BN)

C'est un fait!

Un agenda régional fusionnel normand dans la perspective de rassembler les forces normandes dans l'AXE SEINE existe désormais indépendamment du PARASITAGE POLITIQUE de cette question d'intérêt général depuis 1972:

L'UNITE NORMANDE est une IDEE NEUVE depuis 40 ANS c'est la raison pour laquelle les FORCES VIVES REGIONALES vont la mettre en oeuvre: elles en ont marre d'attendre car la Normandie est en train de mourir en tant qu'espace régional cohérent ayant un minimum de souveraineté économique... Les forces vives régionales normandes ne veulent pas d'un angle mort à l'ombre de la toute puissante région parisienne, première région urbaine d'Europe avec ses 572 MILLIARDS d'euros de PIB (2010), ou d'une marge à la remorque du dynamisme métropolitaine ligéro-breton.

En soutien avec le mouvement fusionnel normand en cours,

L'ETOILE de NORMANDIE DIT NON A LA TENTATION MUNICHOISE D'UNE (DI)-GESTION TRANQUILLE DU DECLIN D'UNE NORMANDIE EN MIETTES!

COURAGE M. BEAUVAIS ! Faites davantage confiance à la société civile normande et RDV en 2015 avec l'UNITE NORMANDE !!!