Mardi 18 décembre 2012 de 20h30 jusqu'assez tard dans la soirée, devant une soixantaine de personnes présentes dans l'auditorium sous les charpentes de l'abbaye aux Dames, siège du Conseil régional de (Basse)-Normandie à Caen, un président de région en Normandie, Laurent Beauvais ainsi qu'un certain nombre de conseillers régionaux nous invitaient à poser des questions sur l'action en cours de mandat (2010/ 2015)...

Crm_caen_18_12_2012_web

Pour en savoir plus:

http://www.region-basse-normandie.fr/index.php/la-region/la-region-communique/agenda-allevent/comptes-rendus-de-mandat-2012


 

Tout d'abord, saluons cette initiative encore trop rare d'un exécutif d'élus régionaux qui accepte de se confronter aux questions des citoyens et des habitants avec le risque de pédaler dans la semoule d'un débat public qui peut hélas sombrer dans le micro-localisme. Une participante à la soirée a d'ailleurs dénoncé, à juste titre, la médiocrité du travail médiatique et journalistique pour informer convenablement les citoyens et construire ainsi un vrai débat public régional sur l'avenir de la Normandie: "des dossiers sur la prostitution on n'en veut plus" a-t-elle lâché... Reconnaissons néanmoins l'effort fait par l'édition caennaise de Ouest-France de proposer chaque jour une page régionale "Normandie" (avec des sujets qui parfois concerne "l'outre l'eau"...) alors que le travail de destruction d'une vraie télévision régionale se poursuit du côté de FR3 plus que jamais  menacé par une reconcentration inter-régionale catastrophique pour une Normandie coupée en deux!

Ensuite, suite aux déclarations de Laurent Beauvais rapportées par Ouest-France justement lors de la soirée d'Alençon le 11 décembre dernier, qui pouvait nous faire croire à un certain découragement du président de région normand le plus engagé depuis longtemps sur la question essentielle qui nous est chère, il fallait à Caen en avoir le coeur net en posant la question de la "réunification", d'emblée comme une figure imposée, rituelle, avant le programme libre du patineur...

Voici le texte de la question que j'ai posé au titre du collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie":

 

Voici quatre remarques impertinentes à prendre comme un encouragement à poursuivre votre action :

 

1)      Vous êtes déjà un conseil régional EN Normandie : on n’a plus les moyens d’hésiter encore entre Normandie ou Basse Normandie quand on parle de l’avenir de cette région, ça fait 40 ans que la Normandie est une idée neuve en Normandie.

 

2)      Il faut espérer que EDF avec son EPR ne sera pas la seule puissance à mettre plus de 8 milliards d’euros dans l’avenir de cette région : 8 milliards c’est au moins ce qu’il faut pour la modernisation ferroviaire de la Normandie.

 

3)      Il ne faut plus confondre la Normandie avec deux conseils régionaux: de la CGT à l’église catholique en passant par  les universités, des dizaines de fédérations professionnelles, associations, institutions, entreprises, la Normandie utile et concrète de la société civile est déjà unifiée ou accélère sa  « réunification » : Hier au Havre, présentation de la CCI et d’un pôle métropolitain de l’Estuaire pour juillet 2013, le 30 novembre dernier à Caen, création d’une fédération normande des Entreprises Publiques Locales et demain, une seule chambre régionale de commerce et d’industrie pour faire la 6ème région de France au 1er janvier 2015...

 

4)      A moins de 200km de Paris, défendre un projet régional normand c’est défendre l’intérêt national mais il faut rappeler la réalité avec les chiffres des PIB régionaux en 2010 : la Basse-Normandie c’est 34,4 Milliards; la Haute-Normandie c’est 47 Milliards mais l’Ile de France pèse 572 MILLIARDS…

 

Question : quelle est votre stratégie pour accompagner MAINTENANT cette Normandie concrète et utile qui se réunifie sous nos yeux et quel est votre agenda pour une gouvernance du projet d’intérêt national « Axe Seine » ?

 


Réponses de Laurent BEAUVAIS, président de région en Normandie:

"Pour se marier il faut être deux" 

Ndlr: allusion assez claire au blocage imposé par Alain Le Vern de toute coopération inter-régionale normande qui pourraît être structurelle ou fusionnelle : les conseils régionaux normands ne sont ni les pilotes et encore moins les moteurs de l'actuel mouvement fusionnel normand...

"Les deux régions normandes ont des caractéristiques économiques et démographiques différentes, la Basse-Normandie qui regarde vers l'Ouest et la Haute-Normandie presque dans la région parisienne..."


Ndlr: Logique! Tant qu'on ne coopére pas, les différences restent stériles alors qu'elles sont complémentaires.

"Pourtant c'est évident pour être plus fort, mieux entendus, il faut s'unir et coopérer mais ça reste difficile, très difficile" (ex: le PRES Normandie université)

Ndlr: on a entendu le cri du coeur et de la raison...

"La réunification est une préoccupation. D'ailleurs à chaque réunion, on m'a posé cette question. C'est parce que cette question est une vraie question mais est- elle si prioritaire aujourd'hui pour les Bas-Normands inquiets pour l'avenir et qui ont peur de tout changement de cadre, d'évolution, la peur d'être mangé par plus riche ou plus gros que soi? La réunification oui mais à condition que la capitale soit à Caen ou à Rouen..."


Ndlr: Raison de plus pour ne plus attendre que tous les Messieurs Jourdain de la réunification normande se réveillent pour faire la réunification!

"Pourtant je crois plus que jamais cette réunification indispensable pour que nous puissions mieux coopérer avec nos voisins. Avec les Bretons il faut être forts et une Normandie réunifiée aurait enfin du poids pour négocier..."


Ndlr: la dérive du demi-drakkar bas-normand dans l'Océan ligéro-breton n'est pas une croisière tranquille...

Ensuite le président de région a voulu revenir sur la création d'un pôle métropolitain de l'Estuaire:

" Je suis favorable à la création d'un pôle métropolitain de l'Estuaire mais il faut un pôle métropolitain en Normandie à la véritable échelle: Caen-Rouen-Le Havre"  avant d'ajouter qu'il espérait que l'agglomération de Caen puisse rejoindre prochainement ce pôle métropolitain de réunification puisqu'il est "à cheval" sur les deux régions administratives

Laurent Sodini, vice-président en charge du développement économique a ensuite pris la parole pour se réjouir lui aussi de cet événement (il représentait le CRBN à la réunion de présentation au Havre le 17 décembre dernier) tout en s'inquiétant du rôle joué par les intercoms du Pays d'Auge dans cette aventure: c'est oublier qu'historiquement, le Nord du Pays d'Auge était un pays Haut-normand qui correspond à la partie de l'actuelle "Basse-Normandie" qui se trouve sur le territoire historique de la "Haute-Normandie". D'ailleurs, on peut dire que pour le Pays d'Ouche c'est le contraire! D'où l'intérêt à ce que des contacts plus forts soient noués entre les collectivités territoriales "bas" normandes et le département de l'Eure (faute d'une vraie coopération structurelle entre les deux conseils régionaux)

Il n'en reste pas moins que le "Pays d'Auge" avec pour capitale Lisieux aurait intérêt à se définir comme "coeur de Normandie" et à maintenir son unité pour valoriser ses intérêts dans le cadre du pôle métropolitain en créant un "syndicat mixte": c'est la position lucide de Laurent Sodini...

Sur la gouvernance de l'Axe Seine, Laurent Beauvais a été cependant plus flou (mais le souhaitait-il vraiment?) en confirmant bien la logique du futur cadre de gouvernance:

un Contrat Etat-Régions pour mettre en oeuvre une coopération inter-régionale en chargeant Jean-Karl Deschamps son premier vice- président  de défendre le point de vue "bas-normand" dans cette affaire de haute importance mais il n'a pas confirmé la nomination imminente d'un "délégué inter-ministériel" par le gouvernement... 

C'est inquiétant car si les grands élus Normands par la qualité de leur savoir-faire exceptionnel en matière de coopération inter-régionale étaient capables de se passer d'un haut-commissaire, ou d'un délégué interministériel nommé par le Gouvernement... ça se saurait!!!

La députée socialiste du Havre, Mme Catherine Troallic, lors du colloque Axe Seine de Paris, a pourtant proposé la solution idéale: créer un GIP Normandie-Axe Seine mais si les socialistes savaient "socialiser" la Normandie... ça se saurait aussi !!!

Il a été question, en outre, des aéroports: Laurent Beauvais a réaffirmé, en toute logique, son soutien à la plateforme aéroportuaire interrégionale de Deauville-Normandie (dont le syndicat mixte est présidé par notre humoriste demi-régional préféré...) en plaidant pour une recherche de complémentarité indispensable avec Caen-Carpiquet. Question rituelle là encore: pourquoi ce qui est enfin possible avec les ports ne le serait-il pas avec les aéroports?

Des ports, il fut question aussi:

Le président de région a confirmé la relance du projet de liaison conteneurs entre le port de Caen et celui du Havre avec la création d'un poste conteneurs sur le quai de Blainville sur Orne qui sera opérationnel au second semestre 2013. Confirmation des travaux d'aggrandissement du terre-plein des Flamands sur le port de Cherbourg pour l'accueil des éoliennes marines et des hydrauliennes (Energies Marines Renouvelables). Confirmation de la mise en place d'une "conférence portuaire normande" associant Ports Normands Associés (Cherbourg-Caen-Ouistreham) et les deux Grands Ports Maritimes du Havre et de Rouen dans le cadre de "HAROPA" (Havre Rouen Paris).

Mais on ne terminera pas ce compte-rendu sans évoquer une urgence sociale et économique qui fait l'inquiétude la plus vive d'un président de région en Normandie.

Cette situation emblématique d'un déclin normand, nous la dénonçons sur l'Etoile de Normandie:

1) La fuite des jeunes normands diplômés (avec l'aveu étonnant de ne pas avoir de chiffres ni d'évaluation précise de ce phénomène inquiétant alors que le Conseil Régional a, au coeur de ses compétences, la formation de la jeunesse)

2) La faiblesse des salaires dans une demi-région marquée par le sous-encadrement (ex: en novembre dernier, la maison des langues de l'Université de Caen osait proposer 1700 euros bruts mensuels pour tenter de recruter un cadre en charge des relations internationales...)

 

BAS SALAIRES BN