Merci de vous intéresser à ce sujet d'intérêt général: il est temps en effet de s'apercevoir que les circonscriptions de Haute ou de Basse Normandie sont des périmètres périmés mais il est encore plus urgent de ne plus confondre circonscription, espace ou territoire quand on parle de "région" parce qu'en France, pays où la culture politique et administrative est dominée par le centralisme parisien départementalisé et localisé, il demeure difficile de penser la région, cet échelon intermédiaire indispensable en terme d'appropriation et de mise en oeuvre efficace des projets, des identités sur un territoire...

Votre bonne volonté et votre lecture attentive du livre des douze géographes normands l'illustre presque malgré elle lorsque vous confondez implicitement espace et territoire, quantitatif et qualitatif, fonctionnel et émotionnel en réfutant sans le faire clairement l'évidente nécessité d'une réunification normande avec un argument hors sujet: celui de la taille qui générerait une perte de proximité préjudiciable à la qualité de vie des habitants

A ce doute que vous exprimez je réponds:

1° la Réunification normande ce n'est pas une simple question pratique et fonctionnelle de taille pour être plus visible dans des classements internationaux ou pour faire des économies d'échelle pour être certainement plus efficace c'est surtout parce qu'une région ne doit pas être un "machin", parce que le Vatican certainement plus petit qu'un département haut ou bas normand n'est pas coupé en deux, parce que l'Allemagne a souhaité et réussi sa réunification...

Un bien public normand légué par une géo-histoire séculaire existe en tant que tel: il permet le développement d'un potentiel économique et un sentiment de fierté ou d'appartenance réel chez les habitants qui ne faut pas confondre avec l'absence d'intérêt ou de communication normande entretenue par certaines institutions (le conseil régional de Haute-Normandie pour ne pas le nommer)qui ne souhaitent pas, par principe, voir chambouler périmètres et compétences.

2° Vous ignorez surtout le plus essentiel: la Normandie unie ou réunifiée existe déjà et elle existe de plus en plus. Il ne faut plus confondre la Normandie avec deux conseils régionaux récalcitrants. Il ne faut plus confondre les Normands, acteurs sociaux, forces vives, avec leurs élus. De la CGT à l'église catholique, de la fédération de chant choral aux gays et lesbiennes, des cours de tennis aux parcs et jardins, du tourisme à l'agriculture, du conservatoire du littoral à la surveillance nucléaire, des universités et leurs laboratoires à la caisse d'Epargne, en passant par l'établissement public foncier de Normandie, des dizaines de fédérations patronales, l'ensemble des associations culturelles régionales, on ne compte plus les structures, organisations, fédérations, institutions qui en Normandie sont à l'échelle normande...

Il ne se passe pas un mois ces dernières années sans qu'on apprenne la fusion normande de telle ou telle structure: 
par exemple en 2011: la cour régionale de comptes, le bassin laitier normand, le Pres universités Normandie. En 2012: fédérations professionnelles comme par exemple la fédération normande des entreprises publiques locales. En 2013: création d'une fédération normande des transporteurs routiers, lancement d'une marque identitaire normande "buy normandie", d'une chambre de commerce unique sur l'Estuaire. A l'horizon 2016 c'est la création d'une seule crci pour la Normandie.

Car il faut cesser de méconnaître le mode d'emploi de la géographie normande qui devient abscon dès lors que l'on veut y appliquer, comme un mauvais fer sur le sabot d'un cheval récalcitrant, la vulgate française jacobine du petit Paris de province régnant sans partage sur un périmètre local d'autant plus spécialisé qu'il demeure sous-encadré: la Normandie, région aux subtils équilibres, mosaïque de différences complémentaires, interface entre terre et mer, Paris et province, ville et campagne, nature et industrie, traditions patrimoine et modernité est même le cas d'école d'un aménagement du territoire qui puisse enfin, en France, mettre en valeur les réseaux, la polycentralité, les différences complémentaires, plutôt que le zonage, l'hyperspécialisation ou l'excès de métropolisation qui accentuent la ségrégation entre les territoires.

La Normandie est une "région douce", où les villes peuvent se permettre d'être à la campagne comme l'a prophétisé le Honfleurais Alphonse Allais et où un petit Paris de province à moins 200km à l'Ouest du Grand Paris est heureusement impossible: De Bayeux à l'Ouest à Vernon à l'Est jusqu'au Havre au Nord, en passant par les agglos de Caen et de Rouen et la côte Fleurie, nous avons ici en Normandie l'équivalent d'une véritable "Randstad" de plus de 1,3 millions d'habitants...

Pour finir:

Ce n'est pas parce que la géographie normande n'est pas "jacobine" qu'elle n'existe pas!

Quand la plupart des acteurs et des décideurs régionaux auront intégré l'évidence normande, les doutes et les débats sur l'utilité ou non d'une seule région normande apparaîtront comme bizarres, byzantins, inutiles: interrogez vous d'ailleurs sur les causes et les conséquences de la marginalisation en cours de la classe politique régionale dans les deux actuelles circonscriptions normandes, en terme de pilotage d'avenir. Le monde consulaire, les CESER n'en sont plus à discuter du sexe (haut ou bas) des anges!

Enfin, il serait peut-être temps que la France achève sa décentralisation avec une régionalisation assumée qui implique une réconciliation des géographies françaises: celle issue de la Révolution (les départements) et celle d'avant, les provinces qui n'ont jamais véritablement disparue pour que nous ayons enfin de vraies régions en terme de finances et de compétences assises sur de vrais territoires connus et reconnus par leurs habitants, en France et à l'Etranger: cela vaut pour l'évidence normande (connue et reconnue dans le Monde entier, partout en France... sauf encore en Normandie!) mais aussi pour d'autres régions françaises qui ont soit la chance d'avoir une identité forte (ex la Bretagne réclame aussi sa réunification) soit qui ne sont que des machins informes (ex: la région "Centre" alors que Val de Loire est un site reconnu par l'UNESCO...)

Bien cordialement à vous,
Florestan
collectif "Bienvenue en Normandie"