Il a fallu que la justice s'en mêle! Mais les fils de la pelotte de laine normande étaient en bon ordre. Le gendarme français aura donc droit à son tricot Saint James: le coup de griffe du léopard dans la blanche hermine?

VS

A lire sur le site de la Manche Libre:

http://www.lamanchelibre.fr/avranches/actualite-43287-saint-james-les-tricots-crient-cocorico.html

Saint-James : les Tricots crient cocorico

Luc Lesénécal, président du directoire des Tricots Saint James.

Saint-James : les Tricots crient cocorico

Le marché des pulls de la police nationale était depuis quinze jours dans les mailles de la justice après le recours déposé par Armor-Lux. Principal concurrent du normand Saint James, le fabriquant breton a été débouté lundi 13 mai par le tribunal administratif de Paris.

Armor-Lux contestait l'attribution du marché des uniformes de la police nationale au groupement Ineo, filiale de GDF-Suez qui regroupe plusieurs PME du textile dont Saint James. L'entreprise bretonne était jusqu'ici le principal fournisseur de la police nationale. Les pulls ne seront plus fabriqués en Finistère mais dans le sud-Manche à Saint-James où les Tricots sont installés depuis 1889.

Le contrat avec la police nationale est de 25 000 pulls par an pendant quatre ans. "Ce marché nous permet de maintenir une quinzaine d'emplois directs en France et surtout d'oser", confie Luc Lesénécal, président du directoire des Tricots Saint James, actuellement en déplacement à Moscou.

"Ce contrat donne de la visibilité à l'entreprise." Saint James vise les marchés russes et sud-américains. "L'export représente plus de 30 % de notre chiffre d'affaires. C'est un marché qui se travaille sur le long terme. Il faut compter environ deux ans avant d'avoir les premiers résultats."




Publié par N.T le 14/05/2013 à 17h07