21 mai 2013

Depuis 2008, l'EVIDENCE NORMANDE réussit à la CAISSE D'EPARGNE...

Un article récemment paru dans les pages caennaises et normandes de Ouest-France donne abondamment de l'eau à notre moulin: tant pis pour les ânes qui ne veulent pas boire! Ils auront toujours soif...

 

A lire sur Ouestfrance-entreprises.fr:

 

Entreprise du jour
Lundi 20 mai 2013

« Fusion réussie » pour la Caisse d'Épargne Normandie

Regroupées en 2008, les Caisses de Basse-Normandie et Haute-Normandie sont « plus solides qu'il y a cinq ans ».

 

Seul établissement bancaire couvrant exclusivement le territoire normand, la Caisse d'Épargne Normandie, 1 950 personnes et 235 agences, est née il y a cinq ans d'une fusion des caisses de Basse-Normandie et de Haute-Normandie. « Nous sommes l'exemple d'une fusion réussie. Nos bases sont plus solides qu'il y a cinq ans. Les fonds propres ont cru significativement »,commente Joël Chassard, président du directoire.

En cinq ans, les sociétaires ont augmenté de 27 %, 217 000 en 2012 pour 1,5 million de clients. « De plus en plus de Normands s'associent à la gouvernance de notre banque. Notre raison d'être est de collecter auprès des Normands et financer des projets normands », insiste Nicolas Plantrou, président du conseil d'orientation et de surveillance, venu de Rouen à Caen avec son équipe, présenter les « bons » résultats.

Leader du livret A

La rivalité Caen-Rouen ? « Franchement, ce n'est pas un sujet chez nous », sourient les deux dirigeants. « II y a 5 ans, notre activité était de 35 en Basse et 65 en Haute. Nous sommes maintenant à 40-60. Les projets bas-normands sont nombreux, tel le futur tribunal de Caen que nous finançons à hauteur de 35 millions d'euros. »

Après Caen-Louvigny, la banque ouvre un nouveau centre d'affaires à Saint-Lô. Sur un an, à mi-mai, les demandes de crédits immobiliers ont augmenté de 37 %.

Leader incontesté du Livret A - le taux devrait baisser cet été -, la Caisse d'Épargne Normandie vise aussi les entreprises et les professionnels. Et s'affiche sur une niche à laquelle elle tient beaucoup : le micro crédit (crédit de 300 à 3 600 € sur 36 mois à 2 %). « Avec un micro-crédit sur deux, nous sommes les acteurs de référence en ce domaine en Normandie. »

 

Jean-Jacques LEROSIER.

Commentaires sur Depuis 2008, l'EVIDENCE NORMANDE réussit à la CAISSE D'EPARGNE...

  • Fusion réussie sans doute sauf pour les employés, les cadres de l'ex siège caennais de l'ex caisse d'épargne de "basse" Normandie (voir l'article dans "Liberté"). En parallèle à l'hégémonisme "grand-ouestien" nous assistons à l'hégémonisme rouennais qui peu à peu s'approprie tous les sièges des fusions normandes en tous genres (cour des comptes, caisse d'épargne, etc). A ce rythme là sur l'autel de la fusion on sacrifie Caen qui voit partir à l'ouest et à l'est le peu de pouvoir dont elle jouissait. Si réunification il y a, il est évident que les Caennais ne pourront assister passivement au déménagement de tous les services régionaux (et des emplois) à Rouen. Plus que jamais Caen doit se positionner comme capitale normande sinon son avenir risque d'être bien sombre.

    Posté par Sadviking, 24 mai 2013 à 15:23 | | Répondre
  • @Viking triste: j'ai lu aussi le papier de Monsieur Fouda sur la Caisse d'Epargne dans la dernière livraison hebdomadaire de Liberté Bonhomme et je le trouve orienté comme d'habitude avec un angle localiste caenno-caennais dès qu'il s'agit de la Normandie et de la question de l'unité de notre région. Quant à la CGC qui représente les cadres de la Caisse d'Epargne à Caen, sa réaction c'est du corporatisme. Je préfère me réjouir qu'une banque enfin couvre l'ensemble de la Normandie et développe une stratégie normande (qu'on peine encore à voir du côté des politiques) avec 9 MILLIARDS à mettre sur la table pour la mettre en oeuvre au moment où on crée deux banques publiques d'investissement en Normandie: plus que la guéguerre qui n'intéressent que quelques Caennais ou quelques Rouennais, le véritable enjeu est celui-là: quid du maintien de deux politiques publiques régionales en Normandie alors que la Normandie économique est en train de réaliser sa réunification?
    Enfin, pour vous répondre quand même sur le fond, je pense que Caen doit jouer sans vergogne la carte d'être la technopole (pôle scientifique et universitaire régional principal) de la future Normandie: à ce titre Caen doit réclamer le siège définitif du PRES Normandie Université puisque Rouen envisage d'être "métropole régionale" du Nord Ouest...
    La Normandie est le territoire laboratoire où peut s'articuler un réseau urbain régional et une métropole régionale...

    Posté par Collectif BEN, 26 mai 2013 à 23:45 | | Répondre
  • Métropole régionale ne signifie pas capitale régionale. Du Nord-Ouest? Quel Nord-Ouest? Où commence-t-il, où finit-il? Réclamer le siège du PRES? mais cette structure est vouée à disparaître dans la nouvelle loi sur l'université. Aussi Caen doit être capitale normande et ceci n'intéresse pas que quelques-uns à Caen.. Mais aussi les centaines d'employés des services et organismes régionaux qui n'ont pas forcément envie de quitter Caen pour Rouen. Sans compter la perte d'image et de lisibilité que cela induit. Rouen concentre suffisamment de structures régionales normandes et d'emplois d'encadrement tertiaire supérieur pour laisser à Caen la capitale régionale. Caen ne se remettrait pas de la perte de son rôle de capitale régionale, tout le monde le sait. Alors inutile ici de faire comme si et on verra après.

    Posté par Sadviking, 27 mai 2013 à 16:13 | | Répondre
  • @ Sadviking: vous anticipez sur le prochain billet à paraître sur l'Etoile de Normandie. L'affirmation du Grand Rouen en tant que métropole du Nord-Ouest qui est prévu dans l'actuel acte III de la décentralisation ne pourra pas se faire dans le cadre étriqué de la Haute Normandie qui est menacée d'éclatement car il n'y a pas que Caen qui s'inquiète, il y a Le Havre Evreux et Dieppe ou Cherbourg sans parler des présidents de départements: Calvados Eure et Seine Maritime... La future loi de décentralisation prévoit la création d'une Conférence territoriale de l'action publique représentant les grandes collectivités de la région concernée co-présidée par le président de région et le préfet de région avec un couple prioritaire Métropole-région... Sauf qu'en Normandie on aura deux conférences avec trois agglos qui prétendent au titre de métropole avec une agglo qui va l'être déjà dans une demi-région trop petite à deux pas de la première métropole européenne: Paris et ses 11 millions d'habitants.

    ça ne peut pas marcher, ça va éclater: guerre entre Rouen et Le Havre notamment ou dislocation de l'Eure Calvados aussi et le reste de la BN en dérive vers l'ouest breton déjà métropolisé...

    A moyen terme (après 2014) il faut une alliance Caen -Le Havre dans un pôle métropolitain de l'ESTUAIRE qui ira jusqu'à Caen.

    En 2015 s'il doit y avoir enfin un vrai débat régional ce sera plus que jamais celui du périmètre normand et de son unité car la métropolisation bouscule tout (tant mieux!)

    La seule solution c'est un vrai réseau des collectivités normandes pour accompagner et dialoguer avec Rouen: un G10 des collectivités pour que le Grand Rouen soit sur une région à sa mesure: la vraie Normandie. Dans le cadre de ce réseau, les fonctions supérieures de commandement pourraient être distribuées ainsi:

    Rouen métropole préfecture régionale capitale économique et financière
    Caen technopole capitale politique avec le siège du conseil régional
    Le Havre port international

    ça existe déjà en Europe et c'est aux Pays Bas: la RANDSTAD La Haye Amsterdam Rotterdam à 80km de distance environ...

    Randstad les intérimaires normands au chômage connaissent... Les élus non! Comme d'habitude ils sont à la traîne c'est pourquoi la fusion normande se fait
    d'abord et surtout sur le terrain concret de l'économie... En 2016 il n'y aura qu'une seule CCI en Normandie: que vont faire les politiques?

    Posté par Collectif BEN, 28 mai 2013 à 12:17 | | Répondre
Nouveau commentaire