Au début de ce mois de mai, Laurent BEAUVAIS, président (PS) de région en Normandie a fait une tournée complète des îles que l'on nomme "anglo" normandes mais qui avec 165 000 habitants forment un véritable outremer de la Normandie continentale française que cette dernière ne doit plus ignorer...

Par ordre d'apparition: drapeaux de Jersey, Guernesey, Sercq, Aurigny et de la Normandie continentale française... réunifiée


En compagnie du président DVD du CG50 Jean-François LEGRAND, Laurent BEAUVAIS s'est donc rendu successivement à Jersey, Aurigny et Guernesey. La dernière visite d'un élu de région normand dans les îles remontait à 1995. "Ces îles sont très proches et nous avons beaucoup de sujets d'intérêt commun" assure Laurent BEAUVAIS. Les échanges ont aussi bien porté sur les moyens de transport aériens et maritimes jugés insuffisants entre les îles qui comptent 165 0000 habitants et la Normandie continentale que sur la politique culturelle avec l'hypothèse de la venue à Jersey et Guernesey de l'ensemble instrumental de Basse-Normandie.

A Jersey, une déclaration d'intention de coopération portant sur le développement économique, l'éducation, la culture et la politique de mémoire a été signée entre Laurent BEAUVAIS et le bailly Mickael BIRT et son premier ministre Ian GORST. A terme, ce rapprochement pourrait se traduire par l'ouverture dans l'île d'une école bilingue français-anglais (ndlr: quid de la langue normande, le jerriais?). Dans l'immédiat, le premier ministre de Jersey se rendra à Caen, le 6 juin prochain où il signera le manifeste de soutien à la candidature des plages du Débarquement au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

A Guernesey, Laurent BEAUVAIS a rencontré le premier ministre Peter HARWOOD et le bailly Richard COLLAS qui lui ont rappelé que les juristes et avocats d'affaires de l'île ont encore l'obligation de se former au droit normand à l'université de Caen...

Enfin, avec le président des Etats d'Aurigny, Stuart THROUGHT, Laurent BEAUVAIS a évoqué les énergies marines renouvelables que cette île comme la partie occidentale de la Normandie continentale française souhaitent voir développer en profitant des puissants courants marins du Raz Blanchard et du Singe (à l'ouest d'Aurigny entre l'île principale et l'îlot de Burhou).

Sur ce site marin parmi les plus prometteurs au monde en ce domaine, plusieurs acteurs dont le britannique Alderney Renewable Energy et le français DCSN (Arsenal de Cherbourg) se sont positionnés pour immerger des hydroliennes prototypes. Expérimentaux dans un premier temps, ces engins regroupés dans des fermes marines pourraient produire de l'electricité d'ici 2020. Les besoins d'Aurigny seraient satisfaits et le courant excédentaire pourrait être transporté par câble sous-marin vers le Cotentin.

(source: fil-fax Normandie, 4/05/13 N°4561 p.2)