Décidément, les nouvelles habitudes ont toujours l'habitude de déplaire! Une fois de plus, les marchands du temple Montois sont descendus du rocher pour dénoncer les nouvelles conditions d'accès au Mont Saint Michel dans le cadre du rétablissement du caractère maritime. Le fermier général VEOLIA a accepté de transférer le départ des navettes depuis le fond du parking avec à terme, une promenade pédestre obligatoire réduite à 300 mètres mais un tarif relevé à 12 euros pour une voiture... mais une gratuité des parkings le soir de 19h à 2h00 du matin. Les cyclistes sont, quant à eux, en passe d'obtenir l'accès au Mont toute l'année, ils l'ont déjà obtenu pour la "basse" saison...

Mais pour les marchands du temple toutes ces concessions ne sont pas suffisantes.

Il est vrai que le syndicat mixte a décidé de supprimer la "montoise" la traditionnelle navette quotidienne du matin réservée aux centaines de salariés qui travaillent durement dans les boutiques du saint rocher. avec à la clef, une économie de 500 000 euros par an pour le syndicat mixte et une concurrence de moins pour les navettes de Véolia. On peut donc comprendre la colère des salariés usagers de la défunte navette "montoise"...

Cependant, à l'occasion du rétablissement du caractère maritime, les marchands du temple n'ont pas prévu de revoir les conventions collectives pour améliorer les conditions de travail et les salaires des domestiques accrochés au rocher pour le service exclusif des quelques 2 millions de visiteurs du Mont et de son abbaye. On entend crier les Ternardiers mais qu'en pensent vraiment les Cosette?


Lire ci-après le papier de Xavier Oriot paru dans l'édition de Ouest-France Caen en date du 4 juin 2013:

grogne anti véolia Mt St Michel