Paris-Normandie ce jour titre: "Au Bourget, la Normandie se donne des ailes"... Que dire de plus? L'évidence normande s'envole sur ses deux ailes et pendant ce temps-là les hémiplégiques basse et haute Normandie se traînent clopin-clopant sur les chemins du chômage de masse...

 

L'évidence normande s'envole, mais...

 

 

Fauteuil roulant Bas-Normand (qui roule vers Rennes)

 

Fauteuil roulant Haut-Normand (qui roule vers Paris)


http://www.paris-normandie.fr/article/eure/au-bourget-la-normandie-se-donne-des-ailes

Au Bourget, la Normandie se donne des ailes

Publié le 22/06/2013 à 08H00

La filière aéronautique et spatiale de Normandie est fortement présente au salon du Bourget.

12
Airbus, ici avec son plus gros porteur, l’A380, est un grand donneur d’ordres pour les PME normandes

Airbus, ici avec son plus gros porteur, l’A380, est un grand donneur d’ordres pour les PME normandes

Allez, ne boudons pas notre plaisir. Alors que l’automobile patine, que le raffinage est plutôt plombé, que le bâtiment peine à sortir de terre, le secteur normand de l’aéronautique et du spatial décolle au Bourget et confirme son intention d’embaucher 2 000 collaborateurs, dont 400 cette année.
Devenue en dix ans la 3e région française impliquée (après Midi-Pyrénées avec Toulouse puis l’Île de France), la Normandie prend jusqu’à demain son envol au salon international du Bourget. Pas moins de 27 PME ont fait le déplacement, courtisant les grands donneurs d’ordres comme Aircelle, Safran, également présents en terre normande. Le secteur innove, forme, embauche, veut attirer davantage.


Les petits poucets sont partout en réalité


À se demander alors pourquoi Philippe Eudeline, président de la filière Normandie AeroEspace (NAE) bougonne quelque peu. « Ici, les grandes compagnies annoncent des commandes d’Airbus, de Boeing… Et en Normandie, on travaille pour ces avions. D’ici 2030, il faudra construire 30 000 avions. Les carnets de commandes sont pleins pour les PME normandes, le niveau d’activité très fort. Mais la difficulté se situe au niveau du recrutement parce qu’on peine encore à trouver les ressources nécessaires, dans les domaines électroniques, mécaniques… »


Opérateurs, tourneurs, fraiseurs, ajusteurs mais aussi techniciens, techniciens supérieurs dans les domaines de la qualité, de la maintenance, ingénieurs pour les aspects recherche et développement, en production… Philippe Eudeline égrène les besoins en main-d’œuvre. Malgré une attractivité grandissante de la filière, des niveaux de salaires stimulants, une formation continue à la hauteur, les spécialistes manquent. « Nous avons déjà mis en place six formations en région, bientôt une septième en mécanique, argumente le président. 100 % des étudiants sont embauchés à l’issue de leur formation. Mais elles ne suffisent pas. On y travaille avec la Région, le rectorat. Ce samedi, 200 jeunes viennent découvrir l’avion des métiers. Nous allons former des Normands pour qu’ils restent en Normandie ! »


En attendant, les Normands mettent le paquet au Bourget. La nouveauté, la grande fierté aussi, c’est 430 m² dans le hall 2B, « parmi les grands ».

Beaucoup plus de passages à la clef. « De 9 m² il y a deux ans, les PME sont passées à 45 m² parfois pour montrer leur expansion. Plus de cent rendez-vous d’affaires sont calés par NAE en direct, et entre 400 et 500 se tiennent sur la semaine, souffle Philippe Eudeline. Avec eux, sous-traitants, équipementiers, avec les donneurs d’ordres, la filière normande revendique un rôle majeur dans les grands projets d’avenir. »


En arpentant les allées pleines du hall, on se rend vite compte que les petits Normands ne sont plus des petits joueurs.

Aircelle affiche certes ses nacelles pour moteurs d’Airbus (Le Havre), Snecma ses moteurs d’Ariane (Vernon), mais Masselin à Petit-Quevilly exhibe aussi ses ressorts techniques cachés dans l’A380. Révima rappelle qu’il va beaucoup mieux, que pour la maintenance des trains d’atterrissage, il faut compter sur son site de Caudebec-en-Caux. Groupe PG à Dieppe met en avant ses capteurs de pression, sa connectique, son hydraulique que l’on retrouve aussi au cœur de l’A 380.


L’innovation déploie aussi ses ailes, le Bourget étant pour Normandie Aérospace (NAE) l’occasion de présenter cinq projets d’entreprises.

À Rugles dans l’Eure, CMA réalise des maquettes de soufflerie pour l’aéronautique. Le but étant de diminuer les émissions de tous ordres des avions et hélicoptères de demain. Dans le même ordre d’idée, MN Proto, venue de la vallée de la Bresle, fabrique des pièces métalliques par microfusion laser, ouvrant des perspectives de réduction de poids et de coûts. Le nouvel Airbus, l’A 350, illustre à lui seul cette quête du poids limité, avec une moindre consommation de carburant à la clef.

200 jeunes et l’avion des métiers


La filière Normandie AeroEspace organise ce samedi le déplacement de 340 personnes, dont près de 200 jeunes issus de toute la Normandie, pour découvrir les 50 métiers de la filière.

Huit cars partent de Cherbourg, Caen, Le Havre, Rouen et Évreux, mêlant 150 salariés des entreprises de la filière à une cinquantaine de jeunes en formation aéronautique et 140 collégiens de la 6e à la seconde.


11 500 salariés haut-normands dans la filière
La filière Normandie AeroEspace (NAE), constituée en 1988, compte aujourd’hui 90 membres, dont 14 grands industriels (Aérazur, Aircelle, Paulstra, Thales, Snecma, Hypertac…), 55 PME, 6 acteurs de la recherche et de l’innovation, 9 partenaires académiques. Elle revendique 11 500 salariés, un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. Elle est largement soutenue par la Région, chef de file du développement économique.

dossier réalisé par Marc BRAUN
m.braun@presse-normande.com


Commentaire (enthousiaste) de Florestan:

BRAVO!

Mais quand cet excellent journaliste précise que la filière aéronautique "est largement soutenue par la Région", on aimerait un jour pas trop lointain qu'on ne soit plus obligé de se demander: laquelle?

Et on aimerait surtout que l'on ne soit plus obligé de corriger l'excellent journaliste pour rappeler que le chiffre de 11 500 salariés concerne toute la Normandie (en Basse aussi: à Dives sur Mer, Caen, Mortain, Coutances ou Cherbourg où on trouve des équipementiers spécialisés travaillant pour Airbus voire... Boeing!)