Lundi 24 JUIN dernier, un satrape demi-régional bien connu réunissait le ban et l'arrière ban de sa basse-cour de Hot Normandy pour expliquer à ses manants la vision d'avenir que le seigneur de ce demi-fief prétend délivrer entre une grosse métropole qui monte (Rouen) une demi-région qui stagne entre la mer et la Région parisienne, entre un gros département industriel qui explose ses records de chômage et un département plus petit et plus rural qui n'a jamais caché ses affinités avec le ... reste de la Normandie.

 

 

Ce 24 juin, le satrape pensait pouvoir causer du rapport sur l'avenir des infrastructures de transport remis par la commission nationale "Mobilités 21" présidé par son collègue socialiste député-maire de Caen, Philippe Duron qui a le malheur d'être trop bas pour mériter l'intérêt (le syndrome Le Vern outre le risque d'escarres à force d'être assis sur un fauteuil de direction ça doit être aussi le risque de lombalgie: pour causer avec les Bas-Normands, il faut plier les genoux... La pratique du vélo, en principe, délie pourtant les articulations... Non?)

Mais Philippe Duron ne causera que le 27 juin: le fanfaron tartarin de Hot Normandy n'aura pas, pour une fois, le dernier mot!

Mais, en attendant, le personnage se montre toujours aussi peu accomodant dès qu'il s'agit de la réalité, sinon de l'évidence territoriale normande:

le déni de réalité est un véritable syndrome psychologique que l'on trouve généralisé chez les gouvernants qui restent trop longtemps au pouvoir...

Pour ne pas être trop désobligeant, nous n'en dirons pas davantage et nous laisserons le soin à nos lecteurs de trouver par eux-mêmes les comparaisons historiques qui s'imposent hélas!

En attendant, voici un petit florilège des saillies aigres douces balancées à la presse par le satrape Le Vern, un médiocre qui se croit important:

Paroles recueillies lors de la présentation à la presse, de la session budgétaire du conseil régional...


 

Sur la commission Duron: "Ce qui va jouer dans la hiérarchisation est la capacité des collectivités à porter leur part"

Notre commentaire: et surtout la capacité à coopérer, à travailler ensemble et à partager une vision commune d'un territoire commun, la Normandie, le nom propre que porte ici l'intérêt général... Si ce n'était pas aussi grave pour notre avenir à tous, le fait qu'un responsable socialiste normand demeure incapable de socialiser un intérêt général normand avec d'autres socialistes normands serait un spectacle assez amusant... pour l'opposition de droite!

Sur la décentralisation et la répartition des compétences Métropole/ Région: "je suis mécontent car la loi n'est pas sortie. Ils n'ont pas été capables de se mettre d'accord pour répartir les compétences".

Notre commentaire: il y a pourtant une solution radicale. Que Le Vern devienne omniprésident de tout en Hot Normandy et cela sera réglé! Quant à la métropole rouennaise, son vrai territoire d'influence régionale, cela ne peut être que la Normandie toute entière. Laurent Fabius en est conscient: Rouen ne peut être la capitale d'un "territoire interstitiel" entre Paris et la Mer (déclaration de Laurent Fabius au premier colloque Axe Seine du Havre le 4 mai 2010)

Sur les relations entre Haute et Basse Normandie: "notre relation avec la Basse Normandie est toujours entachée du syndrome de la Grande Région. Alors qu'il n'y a aucune arrière-pensée avec le Centre ou l'Ile de France par exemple... Notre intelligence collective (sic!) doit être capable de travailler en réseau"

Notre commentaire: eh bien, le voilà le syndrome! Le flagrant déni du réel, le mépris cinglant de l'évidence, le refus de considérer la spécificité structurelle de la coopération particulière entre Haute et Basse Normandie vis à vis de toutes les autres coopérations interrégionales...

L'aveuglement désormais du borgne Le Vern est patent: la coopération privilégiée avec la région parisienne aggrave le sous- statut de banlieue industrielle de la région parisienne pour la Normandie pas si haute que cela, l'accélération de la désarticulation du territoire départemental de l'Eure écartelée entre Ile de France et région "Centre" (si ce nom veut dire quelque chose)... Alors que sur le terrain, dans la réalité des acteurs régionaux économiques, l'évidence normande progresse à pas de géants:

Normandie aérospace triomphe au salon du Bourget, les chambres de commerce d'Alençon et d'Evreux fusionnent, un pôle métropolitain se structure sur les deux rives de l'estuaire de la Seine, les universités normandes coopèrent, il n'y a déjà qu'une seule chambre d'agriculture normande, qu'une seule cour des comptes, qu'un seul bassin laitier, qu'une seule agence régionale de sûreté nucléaire, qu'un seul comité régional de tourisme, etc, etc...

La Normandie réunifiée (la "grande" région qui fait peur au médiocre satrape demi-régional) existe déjà et existera de plus en plus, que cela lui plaise ou non!

 

La vraie région normande (ni grande ni petite d'ailleurs) va s'opposer, de plus en plus, à la fausse demi-région (haut) normande: voilà la réalité!

Voilà l'avenir si Monsieur Le Vern reste au pouvoir après 2015: et le cas d'école normand illustre à lui tout seul, le syndrome français... Une caste politico-administrative qui refuse de changer et qui parasite l'avenir du pays au point que les porteurs de projets, les acteurs de terrain préfèrent désormais agir en ignorant plus ou moins complètement ladite caste...

En 2016 avec la fusion des chambres régionales de commerce et d'industrie, la Normandie, de fait, existera:

Espérons donc que Le Vern ayant enfin libéré des bras de son fauteuil, pourra alors venir nous visiter en tant que touriste venu de l'extérieur et apprécier ainsi l'évidence normande "sans arrière pensées" politiciennes!

Sur le canal Seine-Nord: "ce projet est mauvais pour la Haute-Normandie: je ne le soutiendrai pas".

Notre commentaire: Propos marqué manifestement par l'incohérence dudit satrape, par ailleurs président d'un port régional (Dieppe en l'occurrence) qui s'apprête à accueillir des professionnels venus... d'Anvers pour faire directement en Normandie avec des camions ce que le futur canal Seine-Nord pourrait permettre avec des péniches dans 10 ans: faire d'Anvers, le premier port de Paris. Cherchez donc l'erreur! Pas sûr que le GIP Haropa (ports du Havre, Rouen et Paris) soit d'accord avec cette position absurde puisque les péniches sur le canal Seine Nord entre Gennevilliers et Anvers pourront circuler dans les deux sens...

Sur l'annulation de la fusion Bihorel-Bois-Guillaume: "Il faut que les élus arrêtent de faire n'importe quoi!"

Notre commentaire: Oui monsieur Le Vern, vous avez raison! Nous sommes pour une fois entièrement d'accord avec vous (rires!)

(source:Chronique de Normandie, 24/06/13 n°323)