Petit à petit, les acteurs de la société civile normande, les décideurs économiques, les ingénieurs, les chercheurs, les scientifiques prennent conscience du magnifique potentiel de la Normandie qui se placerait, si nous avions une présentation clairement normande des statistiques du côté de l'INSEE, à la première place des régions maritimes françaises, ne serait-ce que par la longueur en kilomètres du linéaire de côtes de la baie du Mont Saint-Michel au Tréport (plus de 600 km) ou par l'extrême variété ou la puissance des activités économiques normandes liées de près ou de loin à la mer (du bain de mer au Grand port maritime international en passant par la conchyliculture, la construction navale, la pêche, la plaisance, la formation supérieure aux métiers de la mer, les énergies marines, le pilotage des navires, la logistique portuaire, la recherche scientifique marine, la sécurité maritime, le patrimoine maritime, liste non exhaustive...)

Tous les ports normands de la façade maritime normande, première façade portuaire de France et 5ème d'Europe (HAROPA)

D'Ouest en Est:

Granville, Cherbourg, Port en Bessin, Caen-Ouistreham, Deauville-Trouville, Honfleur, Rouen, Le Havre, Fécamp, Dieppe et Le Tréport

Une liste que certains cancres professionnels d'eux-mêmes en politique devraient apprendre par coeur!


Les bonnes nouvelles normandes viennent toujours du large comme l'air frais qui nous fait, en ce moment, tant de bien...

Et en ce moment, les bonnes nouvelles normandes se font plutôt rares...

Ainsi, la lettre de la Haute-Normandie (n°1361 - 28/06/13) nous apprend que la recherche universitaire normande, dans le cadre actuel du PRES Normandie Universités, vient de créer un réseau de recherche académique transdisciplinaire pour étudier le milieu marin, à commencer par celui de l'estuaire et de la baie de la Seine. Ce réseau va fédérer une quinzaine de laboratoires issus des trois universités normandes (Caen- Rouen - Le Havre) et devrait faire rougir de honte notre médiocre et mesquin personnel politique régional, à commencer par un satrape demi-régional bien connu!

En effet et pour une fois en Normandie on se dit enfin (question de survie...):

"mieux vaut un grand avec les autres qu'un petit chez soi"

AINSI CE SONT 300 CHERCHEURS NORMANDS qui vont travailler de conserve sur les questions maritimes (halieutique; sédimentologie; écotoxicologie; chimie marine; microbiologie marine etc...)

Mercredi 26 juin dernier à Rouen, c'est même le président de l'IFREMER en personne, M. Yves PERROT qui s'est déplacé pour signer avec Normandie Université, un accord-cadre portant sur la mise à disposition de moyens techniques (notamment des navires de recherche) et financiers. "Je suis très impressionné par le râteau de compétences présent ici" a déclaré, enthousiasme, le patron de l'IFREMER qui jusque-là avait tendance à ignorer la Normandie au profit de la... Bretagne.

Tiens! au fait! Il en pense quoi le homard breton de Hot Normandy du "râteau de compétences" de Normandie Université? C'est vrai qu'à la pêche à pied, faut faire gaffe au coup de râteau surtout quand on est un crustacé incrusté...

 


Ainsi, pendant que Normandie Université met son beau drakkar scientifique à l'eau, une autre embarcation (demi)- normande court résolument vers son naufrage...


     +     =

 

 

Depuis trois ans une coopération interrégionale stratégique sur le thème de valoriser le potentiel maritime lie la région Basse-Normandie à la région Bretagne dans le cadre du pôle de compétitivité "MER BRETAGNE" faute de pouvoir mener à bien cette coopération stratégique essentielle avec la région Haute-Normandie, à cause de qui vous savez...

Il y a peu, ce Pôle Mer Bretagne a ajouté le domaine portuaire à sa liste de "domaines d'actions stratégiques" et sous l'égide de Monsieur Laurent Beauvais, président de la demi-région Basse-Normandie, les Bretons ont conclu récemment un partenariat stratégique (décidément!) avec le pôle Transactions Electroniques Sécurisés de Caen (TES), l'un des deux seuls pôles de compétitivité innovants à l'échelle mondiale présents en Normandie...

Il y a quelques semaines, a eu lieu une opération de charme à l'égard des acteurs bas-normands de la filière de l'économie maritime (une dizaine de réunions publiques organisées par le conseil régional et le pôle Mer Bretagne coordonnées par une chargée de mission installée au CRBN et payée par les partenaires pour promouvoir l'implantation du Pôle-Mer Bretagne chez nous...): un ami de l'Etoile de Normandie a assisté à plusieurs de ces réunions dont celles qui furent organisées sur le site du pôle TES à Caen, le campus Efficience à Colombelles.

Cet ami, sous réserve de vérifications futures et définitives que nous ne manquerons pas de publier sur l'Etoile de Normandie, en a rapporté la claire conviction que les Bretons du Pôle Mer-Bretagne sont là pour siphonner pour ne pas dire, piller les bonnes idées des entrepreneurs, des ingénieurs, des techniciens et des scientifiques qui travaillent sur la filière marine en Basse-Normandie!

Puisque les porteurs normands de projets les plus innovants étaient invités à chaque réunion à se mettre en rapport avec le Pôle Mer Bretagne de Brest, sur le mode de :" venez donc chez nous pour développer votre idée, votre innovation... " Et les cartes de visite bretonnes sont largement distribuées aux développeurs normands de la recherche-développement marine pour renforcer ce qui existe déjà... en Bretagne!

Quant aux nouvelles technologies numériques appliquées à la logistique portuaire (par ex: le portail unique pour les formalités sous douane) on explique aux développeurs normands du pôle TES que le port de... Roscoff est à la pointe de la technique sans dire que le même dispositif existe au Havre depuis des années !

Il  va sans dire que ce prosélytisme du Pôle Mer Bretagne en Basse-Normandie a rendu perplexes certains acteurs bas-normands de la filière marine: ils s'en  sont ouverts à notre correspondant au moment toujours très attendu dans ce genre de réunions de "l'apéritif dînatoire" servi aux frais du contribuable... normand !  Ainsi cet ingénieur spécialisé dans l'électronique marine dans le Nord-Cotentin: "Il faut faire attention dans ce type de structure, faudrait pas tout leur apporter..."

Chose curieuse, cette opération de charme n'était accompagnée d'aucun bilan, d'aucune évaluation des activités du Pôle Mer Bretagne d'où cette question (im)pertinente posée lors d'une réunion consacrée au pôle Mer Bretagne à l'abbaye aux Dames de Caen, siège du CRBN, réunion présidée par Stéphane TRAVERT vice-président du Conseil régional de Normandie... basse:

"Peut-on savoir le nombre de projets validés par le Pôle Mer Bretagne depuis qu'existe cette coopération avec la Basse-Normandie?"

- Pas de réponse -

"Puisque vous ne le savez pas, je vous donne la réponse: 163 " (chiffre en date de mai 2013)

"Mais sur ces 163 projets labélisés et validés par le Pôle Mer Bretagne, combien de projets bas-normands?"

-Pas de réponse-

"Trois, sachant que les 32 membres du comité de validation sont tous Bretons si l'on en croit le site internet du Pôle Mer Bretagne"

Et Stéphane Travert d'intervenir alors:

"Vous ne pensiez pas sérieusement que nous allions appeler ça le Pôle Mer Bretagne-Normandie?" (sic!!! et re sic!!!!)

Devant ce lapsus confondant de vérité, notre correspondant a préféré prendre ses affaires et quitter ostensiblement l'auditorium où avait lieu cette réunion devant une assistance médusée!

Bref! Il n'y a pas que les Américains. Il y a aussi les Bretons!

Doit-on attendre une "affaire Snowden" normande pour agir?

Pour vous faire une idée, en attendant de notre correspondant un dossier critique complet sur cette affaire gravissime pour l'avenir économique et industriel de la Normandie, un lien vers le site du Pôle Mer Bretagne pour vous faire une idée par vous-mêmes:

http://www.pole-mer-bretagne.com/

 


Commentaire de Florestan:

Sur cette affaire essentielle, Laurent Beauvais président de région en Normandie et favorable à l'idée d'unité normande nous déçoit beaucoup!