Ce 9 juillet 2013, le Premier ministre a annoncé un mini plan de relance de 14 milliards à investir jusqu'en 2020 en portant l'effort sur l'innovation technologique et numérique, la transition énergétique et le développement durable. Sur ce dernier point, le rapport Duron (commission "Mobilités 21") a été repris intégralement ce qui implique que la Ligne Nouvelle Paris Normandie pourrait être enfin considérée comme un projet d'intérêt national pour inventer en Normandie le nouveau modèle ferroviaire français autour de la revalorisation des dessertes intercités qui sur de nouveaux matériels roulant à 200 / 250 km/h permettraient de proposer une alternative enfin crédible à l'automobile... Le collectif BEN avait écrit dès l'hiver 2011 un cahier d'acteurs dans le débat public sur la LNPN précisément avec le même argumentaire autour de la promotion de la "grande vitesse de proximité"...


La LNPN pour une "grande vitesse de proximité": un nouveau modèle ferroviaire français?

 

Avec la LNPN, la gare de Rouen, le contournement Est de Rouen, la mise en 2x2 voies entre Nonancourt et Allaines, c'est aussi la rocade Ouest de la région parisienne qu'on attend depuis 30 ans qui sort enfin des limbes... Enfin, faute de mieux, le port du Havre va se voir doté d'une ligne ferroviaire dédiée au fret même si le budget du Serqueux- Gisors était quasiment bouclé et les travaux déjà en cours sinon en voie d'achèvement...

La Normandie grâce à Philippe Duron a donc échappé au grand coup de rabot:

Le bas-normand a bien bossé pour toute la Normandie! On aimerait que les grands élus socialistes haut-normands soient davantage socialistes et moins... égoïstes avec d'autres socialistes normands!

Le 12 juillet prochain Philippe DURON sera donc entendu par l'association de promotion de la LNPN dans les locaux de la CCI de Caen:

ce sera l'occasion de vérifier si nous avons bien toujours la LNPN pour objectif final pas trop lointain (2030 ?) ou si hélas, il faudra nous contenter d'une... LNPM (Ligne Nouvelle Paris Mantes)


A lire sur Paris-Normandie:

http://www.paris-normandie.fr/article/rouen/investissements-davenir-ayrault-place-la-haute-normandie-sur-la-bonne-voie

Investissements d'avenir : Ayrault place la Haute-Normandie sur la bonne voie

 

 

Publié le 09/07/2013 à 15H58

 

Pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, un nombre « très limité de familles » est concerné (archives B. M.)

PHOTO BORIS MASLARD

 

ROUEN (Seine-Martime). Jean-Marc Ayrault est passé, ce mardi 9 juillet, à la vitesse supérieure, en dévoilant le nouveau projet du gouvernement "Investir pour la France".

D'abord face à des journalistes de la presse quotidienne régionale puis ensuite lors d'une conférence de presse tenue à l'Université Pierre et Marie Curie de Jussieu à Paris, le premier ministre a détaillé les enjeux de ce plan d'investissements qui constitue l'acte II du quinquennat de François Hollande.

S'il a annoncé des mesures dans le cadre de la transition énergétique, de la recherche et de la modernisation des hôpitaux, Jean-Marc Ayrault se savait très attendu sur le sujet de la mobilité.

Car c'est ce mardi 9 juillet qu'il avait prévu de donner l'arbitrage du gouvernement sur le rapport Duron. Fin juin, le député-maire socialiste de Caen (Calvados) avait rendu son rapport dans lequel il avait hiérarchisé les projets de développement des infrastructures routières et ferroviaires en France.

Le rapport Duron repose sur différents scénari liés essentiellement à la capacité de financement de l'Etat.

Si toutes les régions françaises ne crient pas victoire ce mardi 9 juillet, la Haute-Normandie s'engage sur une voie (presque) royale. Déjà bien servie dans le scénario 1 du rapport Duron, elle gagne encore des km de rails et même d'autoroute puisque Jean-Marc Ayrault a retenu comme base de travail et d'investissements pour la période 2015-2030 le scénario 2.

Un scénario 2 qui va beaucoup plus loin que l'indispensable traitement du noeud Paris-Saint-Lazare-Mantes puisqu'il intègre le projet de la nouvelle gare de Rouen.

Figure également dans le scénario 2, le serpent de mer de la Haute-Normandie : la liaison A28/A13 plus connue sous l'appellation de "contournement Est de Rouen".

Ce scénario 2 s'inscrit dans le "même état d'esprit", dixit Jean-Marc Ayrault, que la nomination d'un délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine.  « J'ai une seule ambition : la mobilité durable sur l'ensemble du territoire », martèle le premier ministre qui rappelle que l'Etat se doit de "garantir des moyens de transports rapides, réguliers, sûrs".

Jean-Marc Ayrault soutient que l'ère des lignes grande vitesse (LGV) ne répond plus à la réalité quotidienne des Français. " Une ligne TGV à 12 milliards d'euros, c'est le remplacement de tous les trains Corail de France sur une période de 35 ans", souligne encore le chef du gouvernement qui entend rapidement donner tous les éléments de langage aux préfets et aux présidents de régions pour bâtir les futurs contrats Etat-Régions. " Car qui mieux que les acteurs régionaux connaissent les priorités d'investissements".

Ce que contient le scénario 2 du rapport Duron

Les premières priorités : électrification et aménagement de Gisors/Serqueux (240 M€); traitement du noeud Paris-Saint-Lazare-Mantes (3000 à 3500 M€); traitement de la gare de Rouen (1200 M€); mise à grand gabarit de la Seine amont entre Bray et Nogent (230 M€); liaison A28/A13 dit contournement Est de Rouen (880 M€); aménagement du tronc commun RN154/RN12 Dreux-Nonancourt (150 M€)

Les secondes priorités : LN Paris-Normandie : poursuite du projet y compris besoins à plus long terme d'adaptation du noeud Paris-Saint-Lazare-Mantes


A lire aussi sur Paris-Normandie:

http://www.paris-normandie.fr/actu/investissements-davenir-jean-marc-ayrault-et-la-normandie

Investissements d'avenir : Jean-Marc Ayrault et la Normandie

 

Publié le 09/07/2013 à 18H47

 

 

Ce mardi 9 juillet, Jean-Marc Ayrault, s'est entretenu avec des journalistes de la presse quotidienne régionale, pour évoquer le plan du gouvernement baptisé "Investir pour la France". Au sujet de la Normandie, le premier ministre est revenu sur la nomination d'un délégué interministréiel au développement de la vallée de la Seine qui a précédé le choix du scénario 2 du rapport Duron « C'est le même état d'esprit. Quand l'Etat est appelé à financer, il regarde de près les investissements qui sont demandés. Une LGV (Ligne Grande Vitesse) en Normandie, c'est 12 milliards d'euros. Et vous savez ce que cela représente 12 milliards d'euros dans le ferroviaire ? Vous pouvez remplacer avec cette somme tous les trains Corail en France pour une durée de 35 ans. Il y a plein de territoires en France où si le train roule à 220 km/h, c'est très bien. Et les gens sont contents. »

Que contient le scénario 2 du rapport Duron ?

Les premières priorités : électrification et aménagement de Gisors/Serqueux (240 M€); traitement du noeud Paris-Saint-Lazare-Mantes (3000 à 3500 M€); traitement de la gare de Rouen (1200 M€); mise à grand gabarit de la Seine amont entre Bray et Nogent (230 M€); liaison A28/A13 dit contournement Est de Rouen (880 M€); aménagement du tronc commun RN154/RN12 Dreux-Nonancourt (150 M€)

Les secondes priorités : LN Paris-Normandie : poursuite du projet y compris besoins à plus long terme d'adaptation du noeud Paris-Saint-Lazare-Mantes