VOUS EN REVIEZ ?

IL L'A FAIT !!!

MERCI ALAIN DE LIBERER ENFIN L'AVENIR DE LA NORMANDIE !!!


 

On va faire sobre...

Tout d'abord le communiqué tombé cet après-midi vers 16h30:

 

démission Le Vern communiqué


Ensuite une revue de presse de l'événement:

Les réactions politiques

http://haute-normandie.france3.fr/2013/09/12/retrait-de-la-vie-politique-d-alain-vern-les-reactions-sur-les-reseaux-sociaux-317145.html

Tentative d'explication de la décision prise par notre satrape demi-régional préféré

http://haute-normandie.france3.fr/2013/09/12/alain-le-vern-quitte-la-vie-politique-le-decryptage-par-philippe-goude-317341.html

L'événement

http://haute-normandie.france3.fr/2013/09/12/alain-le-vern-demissionne-317099.html

L'intéressé s'explique au journal TV

http://haute-normandie.france3.fr/2013/09/12/sa-demisison-du-conseil-regional-et-son-retrait-de-la-vie-politique-alain-le-vern-s-explique-317427.html

La Normandie par l'épreuve ou le parcours politique d'Alain Le Vern

http://haute-normandie.france3.fr/2013/09/12/retour-sur-le-parcours-d-alain-le-vern-en-quelques-dates-cles-317199.html

Le Vern a démissionné. Et après?

http://haute-normandie.france3.fr/2013/09/12/demission-du-president-de-la-region-haute-normandie-que-va-t-il-se-passer-apres-317309.html


Enfin, notre commentaire:

1) Bon débarras!

2) Depuis 1998, avec Alain Le Vern c'était la Normandie par l'épreuve! Bon débarras donc...

3) Jamais deux sans trois. Depuis la fin de l'année 2012, pour la seconde fois !  Laurent Beauvais, partisan de la réunification, se retrouve à être le seul président de région en Normandie... Est-ce un signe?

4) Claude Taleb, le chef de file des écologistes à la caserne Jeanne d'Arc a fait une allusion sybiline en commentant le retrait d'Alain Le Vern, évoquant un "événement heureux" dans sa vie privée... Tant mieux pour lui et par conséquent tant mieux pour nous tous: la paternité tardive ça donne du sens si la vie n'en avait pas encore jusque-là. Dommage car faire l'unité normande c'était pourtant un magnifique projet collectif... Triste constat quand on se prétend "socialiste"!

5) En démissionnant sur un coup de tête, Alain Le Vern fuit ses responsabilités quant à son "bilan" à la tête d'un conseil régional normand depuis 15 ans. On aurait souhaité lui poser quelques questions... En voici quelques unes:

  •  Pourquoi n'avoir pas soutenu son confrère et camarade socialiste bas-normand dans la première phase de la bataille pour une vraie ligne à grande vitesse normande au printemps 2009?
  •  
  •  Pourquoi avoir voulu enterrer le rapport du cabinet d'audit INEUM EDATER paru en avril 2008 sur l'évaluation des effets d'une fusion normande? Cette étude était-elle trop favorable à la "réunification"?
  •  
  •  Pourquoi avoir voulu saboter l'organisation du 11ème centenaire de la naissance de la Normandie en 2011?
  •  
  • Pourquoi en juin dernier encore, avoir menacé les membres de la communauté universitaire normande qui souhaitent s'organiser à l'échelle d'une "grande région" que tout mesquin trouvera toujours trop grande?
  •  
  • Pourquoi avoir refusé en 2007 l'idée pourtant soutenu par son collègue bas-normand de mettre les léopards normands sur les nouvelles plaques d'immatriculation automobiles?
  •  
  • Pourquoi n'avoir pas voulu faire un cahier d'acteur commun aux deux conseils régionaux normands lors du débat sur la ligne à grande vitesse, malgré une promesse publique faite en septembre 2011 à Rouen?
  •  
  • Pourquoi avoir refusé la proposition bas-normande d'expérimenter ensemble la gestion des fonds européens?
  •  
  • Pourquoi avoir refusé de faire une réflexion prospective commune aux deux conseils régionaux sur l'avenir de la Normandie?
  •  
  • Pourquoi avoir refusé la création d'un groupe de travail d'élus régionaux commun aux deux régions normandes?

6) Alain Le Vern décide aussi de partir au moment où les incertitudes s'accumulent quant à l'avenir des barons cumulards de son acabit:

 On sait que la perspective d'une interdiction du cumul des mandats n'enchantait guère le sénateur multi-tâche qu'il était. De même, le fait que le gouvernement ne veuille pas renforcer les pouvoirs et les finances des conseils régionaux et semble choisir la métropolisation au détriment des autres collectivités territoriales (régions et départements) avait eu le don de l'agacer au point qu'il y a encore quelques jours, Alain Le Vern participait à une délégation de l'association des régions de France auprès du Premier ministre: or on sait que l'ARF est mécontente du tour que prend l'Acte III de la décentralisation.

Il est clair que si Laurent Fabius confirme sa volonté de faire à Rouen ce que Gérard Collomb est en passe de réaliser à Lyon (transfert des compétences du département à la métropole sur le territoire métropolitain;  fusion département- métropole), l'équilibre politique de la demi-région haut-normande, qui a toujours été fragile, serait définitivement menacé: l'accord 276 pourrait être remis en cause et, à la concurrence qui existe déjà entre Le Havre et Rouen ou au déséquilibre structurel qui existe entre la Seine-Maritime et l'Eure, pourrait s'ajouter une concurrence entre la métropole de Rouen et la Seine-Maritime ou le conseil régional, faute d'avoir clarifié et hiérarchisé les compétences des uns et des autres, faute d'avoir fait les réformes structurelles indispensables (fusion régionale normande;  régionalisation des départements; suppression des cantons et fusion des petites communes)

Enfin, les pratiques autocratiques et autistiques d'un instituteur finissant ont fini par dissiper la classe: la majorité régionale au CRHN est finalement totalement divisée. En claquant la porte définitivement, Le Vern délaisse son petit monde et place chacun devant ses responsabilités tout en évitant d'assumer les siennes !

7) C'est donc pour les partisans de tout bord de l'unité normande une divine surprise de voir levé de lui-même, le principal obstacle politique sur la voie de coopérations fusionnelles normandes: à court terme, Laurent Beauvais s'il s'en donne enfin l'envie et la volonté pourrait s'engouffrer dans la brêche en relançant la coopération structurelle normande et en se plaçant au devant du mouvement fusionnel qui anime la Normandie réelle au point que l'on pouvait craindre que les conseils régionaux soient marginalisés à terme si le blocage politique et idéologique sur l'évidence normande persistait plus longtemps.

Les dossiers sont urgents et importants:

- Financer un contrat de plan Etat-Normandie- Europe pour faire la LNPN

- Piloter l'Axe Seine pour relancer la première région maritime de France

- Accompagner la montée en puissance de la métropole rouennaise et accompagner le mouvement fusionnel normand: avec le départ définitif de Le Vern, du côté des universitaires normands et des chambres de commerce qui préparent leur fusion, on doit pousser un grand ouf! de soulagement...


Conclusion:

Le 29 septembre 2013 ce sera la Saint-Michel et la première édition de la "fête aux Normands" partout en Normandie.

Eh bien que cela soit aussi le "pot de départ" du sieur Le Vern...

Et Haro sur le baudet!

 

âne normand