En 1786 Louis XVI avait réservé pour la Normandie et Cherbourg son seul déplacement en dehors de la Cour de Versailles: c'était pour constater une innovation spectaculaire en son temps, à savoir le début de la construction de la grande digue du large du futur port de Cherbourg à partir d'immenses cônes de bois immergés et emplis de pierre...

Toile de jouy commémorative de la visite de Louis XVI à Cherbourg en 1786

François Hollande vient à son tour à Cherbourg car l'avenir se prépare toujours sur ou sous la mer... Il sera donc lundi 30 septembre à Cherbourg pour le lancement officiel d'une ferme expérimentale d'hydroliennes qui seront installées dans le Raz Blanchard.

L'Etoile de Normandie en profite donc pour rappeler une saine évidence: la Normandie est, de fait, la première région maritime de France tant par la longueur du linéaire de côtes de la baie du Mt St Michel au Tréport que par la diversité des activités économiques liées au littoral et à la mer...

 Il est donc grand temps de valoriser ce magnifique potentiel marin et maritime normand au lieu de continuer à chicaner chacun dans son coin, à se disperser ou pire, à refuser de coopérer entre nous tout en vendant notre savoir-faire à nos voisins ou en laissant filer la matière grise de la Normandie maritime en dehors de notre région. Car le danger est grand que ne se reproduise pour le secteur prometteur des énergies marines renouvelables le schéma ancien et périmé d'une division "fordiste" du travail:

Des Normands sur l'eau ou dans les ports les mains dans le cambouis pilotés et commandés par des ingénieurs formés en Ile de France ou en ... Bretagne !

 


 

hydroliennes Hollande


Des moulins au fond du Raz Blanchard pour faire de l'électricité, très bien... Mais quid des pêcheurs?

Fermes hydroliennes: les pêcheurs du Raz Blanchard sont inquiets

http://basse-normandie.france3.fr/2013/10/03/fermes-hydroliennes-les-pecheurs-du-raz-blanchard-sont-inquiets-330389.html

Le Président de la République a officialisé l'installation de l'hydrolien lundi à Cherbourg. Les pêcheurs ont obtenu que le raz de Barfleur soit épargné, ils craignent néanmoins de perdre le Raz Blanchard

  • Par Marc Sadouni
  • Publié le 03/10/2013 | 10:20, mis à jour le 03/10/2013 | 15:50
2 à 3 dizaines de bateaux pêchent dans le Raz Blanchard © France 3 Basse-Normandie
© France 3 Basse-Normandie 2 à 3 dizaines de bateaux pêchent dans le Raz Blanchard
Le raz est une zone de pêche dangereuse, mais riche en crustacés. A lui seul, il fait vivre de nombreuses familles, on estime que 2 à 3 dizaines de petits bateaux côtiers, de Carteret à Cherbourg, tirent leurs ressource du raz.

Ce qui explique le forcing de Daniel Lefèvre lundi dernier, lors de la visite de François Hollande. Les pêcheurs n'avaient pas été conviés à la table ronde, mais le président régional du comité des pêches s'est invité à la réunion:

"ça ne se fera pas sans nous!", nous a-t-il déclaré.


Tétanisés par les projets de fermes hydroliennes, les pêcheurs redoutent d'être évincés peu à peu de ces secteurs riches. D'autant plus que les Anglais des îles nourrissent eux aussi des projets dans ce domaine.
Aurigny, par exemple, veut installer des hydroliennes dont le courant serait acheminé par câbles vers la Hague, ce qui compliquerait encore le travail des bateaux.

Le reportage de Jérôme Ragueneau et Claude Leloche
Intervenants:
Daniel Lefèvre, président du comité des pêches de Basse-Normandie
Guy Mauger, pêcheu