On se souvient de ce slogan lancé par Michel Rocard lors d'un congrès du PSU à Saint-Brieuc en 1966: "il faut décoloniser la Province". C'était quatre ans après la fin de la Guerre d'Algérie mais nous sommes nombreux à penser ici que cet appel demeure d'actualité: la décentralisation commencée en 1972 et confirmée depuis 1982 n'est qu'une déconcentration de l'Etat central sur des territoires dont l'avenir est parasité par des enjeux politiciens puisque nos territoires, au lieu d'en être de véritables, ne sont que les circonscriptions d'une classe politique de plus en plus déconnectée des réalités sociales, économiques, culturelles ou idéologiques de notre pays.

Nous sommes partisans ici d'un régionalisme républicain et français: ce n'est pas un oxymore impossible, c'est la seule voie possible entre un jacobinisme centralisateur autoritaire qui ne veut pas se réformer lui-même et un régionalisme de la fuite en avant différentialiste de replis identitaire qui triomphe en Catalogne, en Flandres et qui commence à s'allumer dans certaines têtes brûlées corses, bretonnes ou basques...

C'est l'espace étroit entre un marteau et une enclume: les Jacobins exagèrent et font des caricatures pour se faire peur et faire peur et nous avons déjà dit ici que les régionalistes qui voudraient pratiquer en France des solutions à la catalane ou à la flamande étaient des "idiots utiles" du jacobinisme centralisateur qu'ils croient combattre !

D'où l'urgence de proposer des réflexions, des projets, des idées pour une vraie réforme territoriale en France permettant le passage de la fausse décentralisation vers une vraie régionalisation fondée sur le principe d'une péréquation républicaine et solidaire de territoires enfin reconnus en tant que tels ce qui suppose de vraies régions sur de vrais territoires.

Cette solution historique n'a jamais encore été vraiment expérimentée dans l'Histoire de France. Une seule tentative cependant au début de la Révolution durant les années 1790 - 1791. Ainsi notre régionalisme républicain porte un nom prestigieux dans l'histoire des idées politiques françaises:

 CAR ICI NOUS SOMMES NORMANDS et GIRONDINS !!!


Hommage à la caennaise, normande, républicaine et girondine...

Charlotte Corday d'Armont


Ainsi, pour réfléchir à l'histoire de centralisme jacobin français qui nous domine et aux solutions pour en sortir par une réforme intelligente, l'Union Démocratique Bretonne organise un séminaire d'études sur le centralisme français...

  • Le programme ci-après:

 

"Du centralisme autoritaire au fédéralisme solidaire"

La centralisation française, son histoire, ses effets,

comment en sortir?

 

 

Le samedi 23 novembre 2013

 

à Lorient

81 rue Amiral Courbet 56100 Lorient

 

  

Forum sur la centralisation, son histoire, ses effets

 

De 9h30 à 17h00

Entrée gratuite • 20 € pour le repas du midi

Prière de s'inscrire (avant le 16 nov.) par internet ou par téléphone au 02 96 61 48 63.

http://centralisation-francaise.fr

 

Le centralisme à la française a été instauré avec la monarchie absolue, renforcé par la Révolution et l'Empire, de manière si puissante et autoritaire qu'il a imprégné les esprits au point de le banaliser.


C'est ainsi qu'il est ressenti aujourd'hui comme une gouvernance naturelle en France, vécu comme allant de soi, très rarement remis en cause par les médias, par les institutions ou les élites. Cependant, si le système centralisé français se maintient, au-delà des intérêts bien compris, n'est-ce pas aussi un système qui a ses mérites, ou qui a fait ses preuves ?

La centralisation à la française se porte bien, dans une France qui va mal.

Récemment, par les différentes lois de décentralisation, la République, a tenté de tempérer ce centralisme parisien, pour redonner du dynamisme à la France et à ses territoires.

"L'effort multiséculaire de centralisation qui fut nécessaire ne s'impose plus aujourd'hui", général de Gaulle, discours de Lyon du 24 mars 1968.

"La France a eu besoin d'un pouvoir fort et centralisé pour se faire; elle a, aujourd'hui besoin d'un pouvoir décentralisé pour ne pas se défaire" François Mitterrand, 15 juillet 1981.

"La France asphyxiée par le centralisme a été libérée par une réforme apportant aux communes, aux départements et aux régions davantage de pouvoirs et de moyens en conférant aux Français une nouvelle citoyenneté faite d'une grande participation avec davantage de liberté et de responsabilité" Pierre Mauroy, 2 aout 1981.

La République centralisée : Liberté ? Égalité ? Fraternité ?

L'État a pris conscience qu'il ne pouvait pas tout faire ! Néanmoins la déconcentration qu'il a mise en oeuvre s'apparente plus à vouloir se défausser qu'à réellement transférer des compétences ou donner un nouveau souffle à la République. Malgré les expériences concluantes menées par les collectivités territoriales (trains, lycées...), pourquoi l'État rechigne-t-il toujours à faire confiance aux pouvoirs locaux ?

La décentralisation demeure un objectif, mais le centralisme à la française peut-il être dépassé ? Est-il soluble dans le projet européen ?

Programme de la journée 


Animation des débats par :

 

Liam FAUCHARD

 

- Dirigeant du Groupe de Recherches Prospectives FUTUROUEST

 


Ouverture des débats par :

 

Yann SYZ

 

Porte-parole adjoint de l'Union Démocratique Bretonne. Adjoint au maire de Lorient en charge de la santé

 

 

Fondements historiques et juridiques du centralisme en France

 

Yvon OLLIVIER

 

  

- Juriste, auteur d’un essai « La désunion française »

  

Structure du centralisme en France et son incapacité à produire du changement

 

François HULBERT

 

- Géographe, professeur émérite de l’Université de Metz et auteur de plusieurs ouvrages sur le centralisme français

 

La métropolisation à la française. Le fédéralisme solidaire

 

Anne-Marie Kervern

 

 

Adjointe au Maire de Brest - Conseillère communautaire de Brest métropole océane

 

La fausse égalité des territoires. Les ressources des Régions. Un exemple breton

 

Christian GUYONVARC’H

 

 

- Rapporteur général du budget du Conseil Régional de Bretagne

 

La réalité économique allemande, Comparatif France/Allemagne, le fédéralisme comme fondement de la dynamique économique

 

Guillaume DUVAL

 

- Rédacteur en Chef de la revue « Alternatives économiques » et auteur de plusieurs ouvrages, dont « Made in Germany… Le modèle allemand au-delà des mythes »

 

Une autre PAC est possible, agriculture régionale, agriculture Bretonne

 

Vincent PENNOBER

 

 

- Responsable de la Confédération Paysanne

 

État des lieux des débats parlementaires du projet de loi dit de décentralisation

Jean-Luc BLEUNVEN - Député Divers gauche du Finistère et Paul MOLAC - Député apparenté UDB, du Morbihan

   

 

Conclusion des débats par

Liam Fauchard puis Mona Bras - Porte-parole de l'Union Démocratique Bretonne. Conseillère régionale de Bretagne

 

Les actes des débats seront publiés