Avec la désignation d'un "corridor Atlantique" partant du port du Havre et reliant enfin la région parisienne via la vallée de la Seine soit vers l'Est (Metz - Mannheim) soit vers le Sud (Bordeaux -Lisbonne: axe "Plantagenêt"), la Commission européenne vient d'intégrer l'Axe Seine dans la nouvelle carte des transports de l'Union européenne.

http://www.bfmtv.com/economie/comprendre-futur-reseau-transports-europeen-626824.html

Neuf corridors européens (qui correspondent au code couleur) ont été sélectionnés afin de fortifier le "réseau central" européen qui se concentre sur l'ancien domaine "lotharingien" des ducs de Bourgogne, du Bénélux à l'Italie du Nord en passant par la vallée du Rhin.

L'enjeu de créer un corridor "atlantique" est de sortir la région parisienne, première région urbaine d'Europe par le PIB et le nombre d'habitants, de son isolement relatif et de faire en sorte qu'au lien classique et en voie de saturation Lille- Paris- Lyon -Marseille, on puisse ajouter une liaison alternative Ouest -Est (Le Havre / Metz) doublé d'une alternative périphérique vers l'Aquitaine, l'Espagne et le Portugal...  (Notons, cependant, une erreur curieuse sur la carte officielle: le lien si évident entre Paris et Lyon via le désert bourguignon... a été oublié).

Ce corridor atlantique n'est pas si périphérique que cela si l'on intègre le rôle de desserte d'un hinterland des ports atlantiques qui attendent d'être revitalisés par un cabotage maritime européen.

La Commission européenne de préciser dans son communiqué que: "la dimension maritime joue un rôle crucial sur ce corridor" et évoque l'existence de "lignes ferroviaires à grande vitesse et d'autres lignes conventionnelles parallèles" ainsi que "la Seine en tant que voie navigable"...

On notera que le projet de canal à grand gabarit Seine-Nord-Europe n'est pas évoqué...

L'objectif est que cette carte soit opérationnelle d'ici 2050 car le transport de marchandises devrait croître de 80% d'ici là et le transport des voyageurs de plus de 50%

Les besoins de financement pour aménager ces neuf corridors sont évalués à 250 milliards d'euros: la Commission européenne compte multiplier par trois les fonds consacrés aux transports pendant la période 2014 - 2020 pour les porter à 26 milliards d'euros: il s'agit d'établir les chaînons manquants, d'effacer les goulets d'étranglement, de développer les connexions multimodales et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Parmi ces goulets d'étranglement: la future métropole normande, Rouen... et l'achèvement du contournement routier de la région parisienne par l'Ouest entre Rouen et Orléans.