Nous avions déjà amplement relaté les craintes que nous pouvions avoir sur l'avenir du site havrais de la future Ecole Nationale Supérieure Maritime avec la perspective de voir filer les 300 étudiants en premier cycle vers le port de Marseille, ville particulièrement choyée par le Gouvernement, à la veille des prochaines élections municipales... Les élus se mobilisent pour Le Havre, notamment le député-maire Edouard Philippe mais aussi Nicolas Mayer-Rossignol, le successeur de Le Vern à la demi-région de Hot Normandy...

Le Havre Hydro OF

 

 

Alors que le port du Havre va bénéficier en 2014 de l'alliance dite du "Réseau P 3"  qui va lier les compagnies CMA-CGM, MSC et Maersk entre elles afin de rationnaliser les chargements et les mouvements de navires avec, pour conséquence, de créer des escales supplémentaires dans le port normand ( 5 des  8 services vers l'Asie du Sud-Est et l'Europe du Nord et création de 3 services entre Le Havre et l'Amérique du Nord: retour aux origines?), sur terre, rien ne va plus ! 

On craint le déclassement du Havre au niveau de la formation, de la stratégie et de la gouvernance...

Vieille histoire que celle de faire comprendre chez les bouzeux de Paris, ce que sont les réalités maritimes vécues au Havre, du fait d'y humer, depuis près de 500 ans, l'air vivifiant du large!

 

LOUIS XVI avait eu l'intelligence de soutenir l'idée d'une école navale pratique au Havre

qui déclencha l'une de ces querelles idiotes dont la France est coutumière...

http://www.editions-harmattan.fr/auteurs/article_pop.asp?no=14907&no_artiste=12191

Si Le Havre perd son premier cycle d'étudiants, on pourrait se consoler avec le Pôle International d'Enseignement (PIEM) et un centre de formation continue qui pourrait concerner 400 élèves d'ici ... 2020 ( Ah ! la patience légendaire des Normands...)

Le 30 septembre dernier le maire du Havre et le président de région avaient interpellé " de conserve" le Premier ministre, ancien député-maire d'une ville portuaire qui fut florissante...

Le 17 octobre dernier, plus efficace semble-t-il, le "Propeller Club du Havre" avait écrit à Frédéric Cuvillier le ministre des transports, ancien député-maire d'un grand port de pêche en lui rappelant que la nouvelle école navale du Havre s'inscrivait dans la "perspective d'une nouvelle dynamique émergente de l'axe Seine Le Havre- Rouen- Paris avec la création d'Haropa"  et les professionnels de dénoncer "le déclassement du Havre" tout en s'étonnant de "l'incohérence des investissements" dans les locaux d'une future école destinée à accueillir près de 1000 élèves alors qu'à Marseille on sera contraint de rénover et de construire de nouveaux bâtiments pour les 800 élèves supplémentaires d'ici 2020...

On attendra donc début décembre donc... 

A moins que du côté du Havre aussi, on ne soit tenté par les méthodes bretonnes !

(source: d'après fil-fax )