Les acteurs de l'économie normande sont, dans leur majorité, des artisans, des patrons et des salariés de petites et moyennes entreprises: ils font d'ordinaire pas beaucoup de bruit mais quand trop c'est trop, ils le disent et ils ont décidé de passer à l'action... On évitera les bonnets rouges ou d'enflammer des pneus pour détruire ou détériorer le bien public comme en Bretagne mais il y a eu et il y aura des mobilisations fortes partout en Normandie dans les jours prochains...

Plusieurs exemples:

Le 30 novembre prochain, les routiers normands vont bloquer Caen après avoir bloqué Rouen le 16 novembre dernier...

Les transporteurs veulent bloquer Caen le 30 novembre

http://www.ouest-france.fr/ecotaxe-les-transporteurs-veulent-bloquer-caen-le-30-novembre-1731884

Caen - 11h08

Les transporteurs restent mobilisés contre l'écotaxe. Leur syndicat appelle à une nouvelle manifestation régionale, samedi 30 novembre à Caen.

Les transporteurs sont toujours mobilisés contre l'écotaxe. Leur syndicat appelle à une nouvelle manifestation régionale, samedi 30 novembre à Caen.

Le choix de la ville ne doit rien au hasard : est visé Philippe Duron, député-maire PS, mais en sa qualité de président de l’AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport en France). « On veut une opération de force », prévient Emmanuel Jourdain, le président de l'OTRE (Organisation des transports routiers européens) de Normandie. « On vise le blocage ! »


 

Il y a deux jours, c'était les éleveurs laitiers du Pays de Bray qui organisaient le blocage d'une laiterie du groupe Danone pour obtenir un minimum de respect...

http://haute-normandie.france3.fr/2013/11/21/des-agriculteurs-bloquent-la-laitierie-danone-de-ferriere-en-bray-362071.html

Des agriculteurs ont bloqué la laiterie Danone de Ferrières-en-Bray

Ce blocage a fait suite à un appel de la FNSEA 76 et des Jeunes-Agriculteurs 76. Il a été levé à 16 heures 30.

  • Par Carole Belingard
  • Publié le 21/11/2013 | 10:53, mis à jour le 21/11/2013 | 17:59
Les agriculteurs ont décidé de bloquer la laiterie Danone de Ferrière-en-Bray. © France 3 Haute-Normandie / Marc Moiroud
© France 3 Haute-Normandie / Marc Moiroud Les agriculteurs ont décidé de bloquer la laiterie Danone de Ferrière-en-Bray.
Après la fin des quotas laitiers, des groupements de producteurs laitiers avaient obtenu la signature d'accords avec les industriels et la grande distribution. Ces accords prévoyaient des hausses de tarifs  à destination des agriculteurs, censés compenser la flambée des matières premières et des coûts de productions. Et selon les agriculteurs de Seine-Maritime, Danone ne joue pas le jeu jusqu'au bout puisque le groupe aurait décidé unilatéralement de ne pas verser pour le 4e trimestre 2013 un supplément, de 25 euros pou 1.000 litres, prévu dans les accords. Danone explique de son côté que ce supplément négocié ne fait pas partie des accords et que par ailleurs il s'agissait d'une avance récupérable en fin d'année.

A Cherbourg, ce sont les horticulteurs et les fleuristes qui se mobilisent contre le passage de la TVA à 20%:

http://basse-normandie.france3.fr/2013/11/22/cherbourg-les-horticulteurs-manifestent-contre-la-hausse-de-la-tva-362953.html

Cherbourg: les horticulteurs manifestent contre la hausse de la TVA

Un nouveau corps de métier a joint sa voix au concert de contestations face à la hausse de la TVA au 1er janvier prochain. Selon cette profession, 1500 entreprises seraient menacées de fermeture par cette mesure fiscale.

  • CM avec AFP
  • Publié le 22/11/2013 | 12:08
Une délégation d'horticulteurs ce vendredi mati devant la permanence de la députée PS Geneviève Gosselin-Fleury à Cherbourg
Une délégation d'horticulteurs ce vendredi matin devant la permanence de la députée PS Geneviève Gosselin-Fleury à Cherbourg
Après les centres équestres, l'hotellerie-restauration ou les artisans du bâtiment, c'est au tour des horticulteurs de donner de la voix pour protester contre la hausse de la TVA au 1er janvier prochain. Pour ce corps de métier, la taxe doit passer de 7 à 10% début 2014. Ce secteur d'activité représente 25.000 emplois directs dans la production et génère environ 160.000 emplois indirects dans la filière (fleuristes, jardineries, graineteries, paysagistes, etc...). Selon la Fédération nationale des producteurs de végétaux d'ornement (FNPHP), cette mesure fiscale pourrait entraîner la fermeture 1.500 entreprises de production et détruire 20.000 emplois dans la filière.

Ce vendredi matin, les horticulteurs manifestaient à Cherbourg. Ils se sont notamment donnés rendez-vous devant la permanence de la députée PS Geneviève Gosselin-Fleury, qui les a reçus. "Nous sommes un produit agricole, tous les produits agricoles ont une TVA à 5,5%", plaidait ce matin Philippe Reussard, horticulteur à Clinchamps-sur-Orne, "Pourquoi on est traité différemment ? Un arbre sort de la terre, une plante pousse avec de la terre. Elle est où la différence ? Il n'y en a pas. Nous sommes un produit agricole, on doit avoir une TVA agricole à 5,5%. Point." La profession prévoit d'autres actions. Une délégation devrait être reçue à Caen la semaine prochaine par le préfet de Région.

A Caen, alors que la Normandie occidentale s'apprête à accueillir les Jeux équestres mondiaux, les centre équestres manifestaient dimanche 17 novembre contre cette hausse de la TVA:

Près de 2 000 manifestants à Caen contre la hausse de la TVA dans les centres équestres

http://www.tendanceouest.com/actualite-63393-pres-de-2-000-manifestants-a-caen-contre-l.html


Publié le 17-11-2013 à 18:24:44 par T.V

 

Contre la hausse de la TVA dans les centres équestres au 1er janvier, quelques 2 000 personnes et 150 poneys dans les rues de Caen.

 

Au moins 2 000 personnes selon les organisateurs, 1 200 manifestants et 150 poneys selon un comptage de la police dans la manifestation à Caen cet après midi, contre la hausse de la TVA de 7 à 20 % dans les centres équestres dès le 1er janvier.

Des cavaliers amateurs, des professionnels de la filière, venus de l’Orne de la Manche et du Calvados.

La profession est très inquiète pour la pérénité des centres équestres, pour les salariés, et les animaux.

Certains élus (Bas) Normands socialistes (?) ont dû trouver que cette mesure faisait désordre à la veille d'organiser les Jeux Equestres Mondiaux en Normandie occidentale... Valérie Fourneyron l'ex-maire de Rouen qui est ministre de la Jeunesse et sports semble vouloir évoluer sur ce dossier:

Fourneyron préfère les chevaux aux footballeurs

Publié le 22/11/2013 à 19H42

Des milliers de cavaliers et de poneys, venus de toute la France, vont battre les pavés parisiens dimanche pour protester contre la hausse de la TVA de 7% à 20% , a indiqué vendredi à l'AFP Pascal Mulet-Querner, porte-parole du collectif équitation en péril.
A pied ou à poney, les militants partiront à 13H00 de la place d'Italie pour défiler jusqu'à la place de la Bastille et de la Nation.  
Cette manifestation nationale est soutenue par la Fédération Française d'Equitation (FFE), la Fédération Nationale du Cheval (FNC), le Groupement Hippique National (GHN), la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FNSEA) ainsi que tous les Comités régionaux d'équitation de France.
"La filière du cheval refuse catégoriquement la mise en place de toutes subventions, primes ou fonds + cheval+", a averti le dirigeant d'un centre équestre.
Selon lui, "cette augmentation va entraîner la fermeture de 2.000 centres équestres sur 7.000, la perte de 6.000 emplois directs et envoyer 80.000 chevaux à l'abattoir".
Serge Lecomte, président de la FFE,  "travaille à une solution juridique qu'il va proposer bientôt au gouvernement".  
De son côté, la ministre des Sports, Valérie Fourneyron a déclaré à l'AFP "que le gouvernement est prêt à activer tous les leviers pour garantir les perspectives de la filière".
"Il faut que l'on puisse réviser cette directive (NDLR: européenne) TVA et pouvoir emmener d'autres pays qui n'y sont pas favorables à ouvrir légalement un taux de TVA réduit pour les centres équestres", a-t-elle dit.  
"Il faut repartir sur une directive européenne révisée, mais cette renégociation n'est pas à court terme et dans cette période nous activons donc tous les leviers en concertation avec la filière pour que cet impact de la TVA soit limité", a-t-elle ajouté.
 

 


Dans l'Eure, à Broglie, des habitants qui ont en marre de se faire tondre comme des moutons par EDF ont décidé de se rassembler en collectif citoyen:

http://haute-normandie.france3.fr/2013/11/22/surfacturations-edf-des-abonnes-dans-l-eure-se-constituent-en-association-362843.html

Surfacturations EDF : des abonnés dans l'Eure se constituent en association

Dans le secteur de Broglie dans l'Eure, ils sont une douzaine à avoir vu leurs factures EDF exploser. Ils ont décidé de créer une association. Depuis des appels de toute la France affluent.

  • Par Carole Belingard
  • Publié le 22/11/2013 | 11:13, mis à jour le 22/11/2013 | 11:13
Ils se disent victimes de surfacturations de la part d'EDF. © France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie Ils se disent victimes de surfacturations de la part d'EDF.
Des factures qui s'élèvent jusqu'à 15.000 euros pour huit mois de consommation. Ces familles résidant dans l'Eure ont reçu à leurs domiciles des factures aux montants incompréhensibles. Accablés au départ, ces abonnés qui se disent victimes de surfacturation, ont décidé de se constituer en association. Car si au départ le PDG d'EDF s'était engagé à rembourser toutes les personnes, la réalité est bien différente des propos publiques de Henri Proglio. Les abonnés concernés ont en effet été contactés pour un étalement des paiements. EDF considère qu'il n'y a pas d'anomalies et que les relevés sont réels.

Crainte de coupures d'électricité

Mais pour les personnes concernées, ces montants sont incompréhensibles et surtout elles ne sont pas en mesure de régler de telles factures. Elles craignent aujourd'hui des coupures d'électricité. L'association "victimes d'EDF" a reçu une centaine d'appels venant de différentes régions de France. A chaque fois ces personnes se déclarent victimes de surfacturation.

Commentaire de Florestan:
La colère des citoyens -habitants de Normandie monte comme ailleurs en France. Reste que nous sommes seuls, pour l'instant, à parler de colère des "Normands"... ou de "colère normande".
Tout le problème est là:
La coagulation des revendications pour qu'elles soient pertinentes et entendues aura-t-elle lieu en Normandie?
C'est précisément la stratégie de l'OTRE , en tant que Fédération régionale du transport routier, qui s'est rassemblée à l'échelle normande pour être plus efficace et ainsi se faire entendre. Face à des institutions autistes qui sont tentées de jouer la carte du pourrissement des mécontentements, ou de pratiquer des manoeuvres dilatoires ou d'enfumage, il est impératif de ne pas rester isolé dans son coin car pour régner, tous les tyrans savent qu'il faut diviser...