Les évidences sont les réalités que l'on peine le plus à considérer: Prenons l'évidence normande... Une géo-histoire prestigieuse, un nom ayant une notoriété internationale sans équivalent pour une région française, le premier potentiel national d'économie maritime, le 3ème pour l'énergie et l'aéronautique, la façade maritime privilégiée de Paris si, à Paris, les pouvoirs français s'intéressaient, de façon un peu moins anecdotique ou épisodique, aux choses de la mer... Sans parler du rôle éminent d'interface que la Normandie, si ses dirigeants la connaissaient mieux, si ces derniers pouvaient cesser de la mépriser, s'ils voulaient enfin la piloter, pourrait jouer en France pour l'ouverture de notre pays vers le reste de l'Europe à commencer par les mondes anglo-saxons et nordiques.

 

De la brume de l'incertitude politique émerge une réalisation concrète et évidente: le pont de Normandie voulu et financé par la CCI du Havre en 1993...

Depuis 40 ANS (depuis la stérilisation décisionnelle engendrée par une division administrative enkystée dans une querelle politicienne vaine) la Normandie, ses villes, ses ports et son fleuve est devenue un "angle mort" au Nord-Ouest du gros village que pourrait, à terme, devenir la région parisienne si cette dernière s'enferme définitivement dans sa logique centraliste et jacobine qui ne vaut pas mieux que le "localisme" ou le "provincialisme" que certaines belles âmes parisiennes universalistes croient pouvoir dénoncer chez les militants régionalistes que nous sommes: Paris a tout à perdre d'une Normandie inexistante ou pantelante et désarticulée... 

En 2011 Jacques ATTALI rappelait, un peu maladroitement dans son livre sur l'Axe Seine ce que Michelet disait déjà superbement : la Normandie est bien "le visage de majesté" de la France offert au reste du Monde en aval de Paris.

Mais, comme ces messieurs peinent à voir certaines évidences, on rappelera ici, alors que le colloque "Axe Seine" pour sa 4ème édition depuis 2010 (après Le Havre, Rouen et Paris) franchit ENFIN ! la rive gauche de la Seine normande, que le collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie" avait manifesté en juin 2009 à la cité de l'Architecture de Paris en interpellant les visiteurs du pavillon consacré au projet d'Antoine Grumbach qui laissait la Normandie dans l'ombre de la Ville Lumière avec le slogan suivant:

"NON A L'AXE SEINE ! NON AU GRAND PARIS!

SI LE GRAND PARI EST CELUI D'AVALER LA SEINE AVAL SANS L'AVAL DES NORMANDS"


 

On s'en réjouira donc. Le colloque "Vallée de Seine" pose enfin ses valises à Caen, à l'université, histoire de rappeler que Caen est encore "l'Athènes normande" par son histoire universitaire mais surtout par l'importance internationale du plateau scientifique de recherche fondamental présent à Caen (Ganil, Cycéron, antenne régionale du CNRS, recherche médicale fondamentale sur le cerveau humain, etc...): voilà une autre évidence normande, que l'on ne voit vraiment pas. Celle des blouses blanches et de la matière grise. L'Axe Seine (disons désormais: "Paris-Seine-Normandie") ce n'est pas que Saclay il y a aussi et surtout Caen !

A lire sur Drakkar online:

http://www.drakkaronline.com/article148932.html

Le quatrième colloque “Vallée de la Seine“ organisé dans le prolongement de ceux qui s’étaient déroulés au Havre (4 mai 2010), à Rouen (23 mai 2011) et à Paris (22 novembre 2012), se tiendra à Caen le 13 décembre prochain sur le thème « Recherche & Innovation, un levier pour le développement de la Vallée de la Seine ».

Les précédents colloques avaient été organisés dans le fil du projet “Axe Seine“ initié par le précédent gouvernement en 2009 avec le projet de Grand Paris. La nouvelle majorité a repris le projet en l’amendant et nommé un délégué interministériel en charge du développement de la Vallée de la Seine.

Le processus se poursuit dans ses grandes lignes. La Région de Basse-Normandie, tenait particulièrement à l’organisation de ce colloque destiné à mettre en évidence le potentiel de recherche de la vallée de la Seine, dans les murs de la ville de Caen elle-même siège universitaire historique de la Normandie.

Les quatre agglomérations (Caen, Le Havre, Paris et Rouen) et les trois régions (Ile-de-France, Basse-Normandie, Haute-Normandie) constituent le socle du développement de la Vallée de la Seine qui sera doté d’un Contrat avec l’Etat.

JPG - 32 ko

Dans le champ de la recherche et de l’innovation, régions, métropoles et agglomérations n’ont pas le même poids, avec une Région-Capitale qui constitue le premier pôle de R&D au niveau européen. La seule évocation des principaux pôles de recherche illustre le déséquilibre du territoire “Vallée de la Seine“ entre le plateau de Saclay en Ile-de-France, le technopôle du Madrillet à Rouen – Saint-Etienne du Rouvray, le Plateau Nord à Caen, Le thème d’un des ateliers du colloque résume à lui seul l’ambition : « Structurer en réseau des pôles d’excellence scientifique et technologique dans une logique de cluster ».

Le quatrième colloque Vallée de la Seine se déroulera à l’université de Caen. Après la partie consacrée à la recherche et à l’innovation, une table-ronde sera conclura la journée sur « l’Etat d’avancement du Schéma Stratégique d’Aménagement et de Développement de la Vallée de la Seine ».

• Colloque thématique : Vallée de la Seine Recherche & Innovation, un levier pour le développement de la Vallée de la Seine »
. Caen le 13 décembre 2013 9h00 - 16h00. Université de Caen, Amphithéâtre Pierre Daure, Esplanade de la Paix, Campus 1, Caen. vallee-seine-caen-2013.com

Voir aussi le très intéressant résumé du dossier "Axe Seine" depuis ses origines en 2009 proposé en power point par l'AUCAME, l'agence d'urbanisme caennaise:
Nous partageons, dans les grandes lignes, leur point de vue 100% normand même si cette présentation a gommé toute aspérité polémique...
Le collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie" sera, bien entendu, représenté à ce colloque de Caen avec en tête les deux préoccupations suivantes que notre représentant, si la parole lui est donnée se chargera de porter:
1) La vallée de la Seine entre Le Havre et Paris veut se constituer en un hinterland portuaire performant (Gateway) qui compte en Europe (4ème rang) et dans le Monde.
Mais qui va gouverner ? Les ports ou l'hinterland ?
La règle d'ordre pratique observée partout veut que cela soit aux ports de piloter leur hinterland et non l'inverse. Les ports normands auront-ils les moyens et la volonté de s'organiser pour le pilotage et le contrôle d'un hinterland qui se compose de la 1ère région urbaine d'Europe (la région parisienne) ? 
La solution ne serait-elle pas de dépasser enfin la centralité parisienne pour oser un hinterland normand étendu beaucoup plus loin vers l'Est ou vers le Sud de l'Europe, à l'instar de ce que le seul port d'Anvers est capable de faire ( voir ici le billet sur les projets de corridors logistiques européens).
2) Il n'y a plus beaucoup d'argent dans les caisses de l'Etat central: le saupoudrage est aussi ruineux qu'inefficace. Comment va-t-on pouvoir financer les projets "Paris-Seine-Normandie" avec, à la fois, un Contrat inédit interrégional avec l'Etat et... deux Contrats de plan Etat-Région non cohérents pour deux régions administratives normandes qui persistent à s'ignorer...
On commence à s'apercevoir en haut lieu que la division normande est un luxe stupide: il coûte trop cher...
Le rôle du colloque de Caen sera justement d'identifier les potentiels et les projets à l'échelle territoriale pertinente pour que cela soit financé par le futur Contrat de Plan Interrégional Etat-Région (CPIER): il va falloir que les messieurs Jourdain de l'unité normande découvrent rapidement l'intérêt de coopérer pour le service d'un intérêt général commun: le CPIER doit être bouclé pour juillet 2014...

Ce colloque est ouvert à tous et toutes: il est important que les citoyens sensibles à la question régionale normande y soient présents. Vous pouvez vous inscrire sur le site dédié à l'événement. ICI: