Alors que les Normands colloquaient en rond sur leur avenir séquanien, le même jour, un Premier ministre était en Bretagne, les poches pleines de 2 milliards pour annoncer un "pacte d'avenir"... Impact d'avenir, devrait-on écrire concernant la Normandie qui peine à montrer le bout de son nez car les élus "normands" n'osent pas en défendre l'évidence ou l'identité. Justement, à propos de l'identité régionale si malmenée en cette France jacobine et "statocentrée" (Pierre Nora), notre Premier ministre ancien maire de Nantes, de passage à Rennes, a annoncé devant ses amis Bretons que la promesse de campagne de François Hollande de ratifier, enfin, la charte européenne des langues régionales sera prochainement à l'ordre du jour: en effet, à partir du 20 janvier 2014, la consultation parlementaire va débuter pour savoir si la majorité requise pour déclencher la procédure de révision constitutionnelle est disponible ou non (car il va bien falloir modifier le texte de l'article 2 qui proclame que la langue française est la seule langue de la République française une et indivisible)...

C'est pourquoi, il va falloir que nos amis défenseurs et promoteurs de langue normande se mobilisent en interpellant tous les députés et sénateurs des cinq départements normands en leur faisant parvenir une lettre leur expliquant, au cas où ils ne le sauraient pas encore, qu'une langue normande existe, bien vivante, au-delà d'un simple "patois" ou d'un simple français régional.

L'Etoile de Normandie se propose de diffuser le matériel nécessaire ainsi que les adresses des parlementaires. Mais la lettre il faudrait que  l'ensemble du mouvement culturel qui se consacre à la défense et à la valorisation de l'expression normande se rassemble pour l'écrire et la signer en commun: ce serait le premier et grand manifeste pour la défense de la langue normande à un moment qui pourrait s'annoncer décisif dans l'histoire linguistique française...

IL FAUT DONC AGIR MAINTENANT !

Pour tout savoir sur le futur projet de loi qui sera déposé le 22 janvier prochain, ce lien proposé par nos amis du Normanring:

http://www.facebook.com/l/mAQF6Yp7M/normanring.forum-actif.net/t3542-langues-regionales-une-proposition-de-loi-le-22-janvier%2329518

Et une tribune en langue normande proposée par notre ami Rémi PEZERIL sur le thème d'Internet, auberge espagnole accueillant toutes les langues minoritaires: la diversité linguistique et culturelle est autant menacée que la biodiversité par la normalisation du "globish"  dans le Monde ou du "franglish" en France...


 

Noute prêchi est brin bastaunt achteu.

    Ya pus mais que dauns l'aungllais que no-z-a des frines de noute loceis. Et byin seur ya byin pus de Chinoués qui counaissent "the chair, the fair,..." qu'i yen a de Normaunds qui s'assisent "sus lus quaire" (ou byin "tchair") ou byin qui s'enterassembllent "à la feire" !!

    Ya paé biâofaire de Normaunds qui sount dauns le cas d'écrire lus rapsâodâges (le rap ?! pouortaunt cha nous counaît mannyirement byin devaunt les villoués !) et co mens qui se démentent de t'aindyi à yen mette sus "fesses de bouc" (coume dit le gâs Théo)...

    Mais ya co quiques nachus coume nouos âotes, chaqueun dauns sen trige et sa countraée : country coume no dit en Chène achteu, rapport que l'aungllais va finin par avei le ga sus le chinoués même tcheu yeus d'aveu lus quenâle unique et lus graphie impossiblle à apprenre. Achteu ya le dico Magène / UPNCoutançais pouor écrire... 600 de vendus...

    Les Catalauns et byin d's euns dauns le Mounde (coume Geraint et ses amins à Jèrry) nous bâlent la bouone féchoun de genci du prêchi sus la Teile !

   Je vas tâchi de rémôqui men bllo, achteu que les déeus CD à Magène sount dauns la bouète. Mais ch'est coume dauns tout, i fâot pus de gens à nous aindyi pou les vende.

   Et pis byin seur no sait que les bézots d'achteu acatent pus mais guère de galettes, qu'o seient de s'râsin coume les syines à Fred à Chambéry dauns sa Crêperie normande (si yavait des médâles, no li dounerait !), ou qu'o seient petiotes et bllaunches pou la vouée et la meusique.

    La fllamme du loceis normaund vâovue. Aundré Smilly, yeun des pus counséquents de noute prêchi et des pus quoeurus vyint de passaer... Ch'est à ponne si ya-z-eu chin lènes dauns eun jouorna.

    Et no-z-entend que les bagoulards de Fraunceis sount co byin d's euns coume le tchuraé Grégouère en 89 (1789) a vouli escoffier les "patoués" eun mot qui no colle oû tchu co achteu. Mais pour eun coup ya la députée de Bayeux Isabelle Atard qui m'a envié eun mot d'écrit de sa man d'encouragements (rapport à Adelina, Caunchouns du Bessin de Joseph Mague / Donnié Bouordeleis).

   L'ouovrage maunque brin si no veurt s'y attelo touos par ensemblle !

Rémin

   Vo pouvaez oui men lichoin sus la Teile et des caunchouns à Magène itou d'aveu le trige à Fraunce Blleu Cotentin (le pus quemode ch'est de capuchi sus le trige magène.com et pis sus le lian qui se racache à ch'té petit poste à galène...) Et pis itou sus Fraunce Blleu ("Basse") Normaundie du 30 de déchembe oû 3 de jaunvyi à 15 h 40 et 18 h 40. Sammedi le quate, assembllaée normaunde és Amins du dounjoun à Bricbé à dyis heures et à médi galette és Roués !

   Le CD à la couaée à Magène : 13 € dépêch-ous vo l'éraez dauns treis semannes mais qu'i sera ichin !!! I part deman à Tourouvre tcheu SNA oû prinsseus ! Ya de la poume à le faire et eun bouon prinssuryi : le gâs Théo !!! Et pis eun reide bouon dessinous qui se noume Philippe Chanteloup (guettiz sus la Teile cha qu'i sait genci !).


http://www.ladepeche.fr/article/2013/12/15/1775701-plus-vers-charte-europeenne-langues-regionales.html

 

Un pas de plus vers la charte européenne des langues régionales

Publié le 15/12/2013 à 03:51, Mis à jour le 15/12/2013 à 06:58 | 89

Occitan, etc

Un pas de plus vers la charte européenne des langues régionales

Un pas de plus vers la charte européenne des langues régionales


«Le Premier Ministre a annoncé que la ratification de la Charte européenne des Langues Régionales ou minoritaires serait débattue très bientôt.Nous nous félicitons de cette initiative que nous demandons depuis des années», a déclaré, hier, David Grosclaude, le président du Partit Occitan.

En effet, Jean-Marc Ayrault, s’est engagé à hâter le processus législatif en vue de la ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, en souffrance depuis des années.

«Le moment me paraît (...) venu d’avoir ce débat au niveau du Parlement et de renouer le fil de ce processus initié il y a près de quinze ans», a déclaré le chef du gouvernement. En conséquence, «le gouvernement inscrira à l’ordre du jour prioritaire de l’Assemblée nationale la proposition de loi constitutionnelle déposée par la majorité avant-hier (mercredi)», a-t-il annoncé.

La ratification de la Charte européenne sur les langues régionales est réclamée depuis de nombreuses années par les soutiens de ces langues, notamment en Bretagne, en Alsace et en Corse. Datant de 1992 et signée par le gouvernement Jospin en 1999, cette convention n’a pas été ratifiée par la France, en raison de problèmes d’ordre constitutionnel et parce qu’elle heurte certaines sensibilités.

«J’appelle tous ceux qui y sont favorables à se retrouver pour la soutenir, au-delà des clivages partisans. Le moment est venu pour chacun de prendre ses responsabilités», a souligné M. Ayrault. «Depuis mai 2012, c’est en tout cas la volonté du chef de l’Etat de rechercher une majorité pour permettre de ratifier» cette Charte, a rappelé le Premier ministre.