Dans un billet précédent nous avions fait état que le vaisseau Fabius-Enterprise naviguait à vue depuis le 14 janvier dernier... Mais n'allons pas croire que le préfet de région Pierre- Henry MACCIONI soit meilleur pilote en Seine qu'un grand amiral en résidence sur le quai d'Orsay!

On sait que mener des navires de haute mer jusqu'au port de Rouen en leur faisant remonter sur plus de 120 km les méandres de la Seine, est un art difficile: on considère d'ailleurs, que piloter en Seine permet de savoir piloter dans tous les ports du Monde !

http://www.pilote-seine.fr/


Faisons donc le constat que depuis les annonces présidentielles du 14 janvier sur un "pacte de responsabilité" étendu à la solution de la question régionale, impacte les décideurs fabiusiens haut-normands dont le poisson pilote n'est autre que le préfet de région Pierre- Henry MACCIONI.

L'agenda institutionnel de l'avenir régional normand est lourd. Mais si l'on considère que le préalable d'une fusion normande permettrait de l'alléger en étant plus efficace et plus économe, on comprend que Maccioni, le poisson pilote de la Fabiusie nage en eau trouble:

Au Gouvernement, au ministère qui tient les cordons de la bourse, à la région Ile de France et, bien entendu, au plus au sommet de l'Etat, on pense qu'il serait judicieux qu'il n'y ait qu'une seule région normande plutôt que deux prenant l'eau dans l'Axe Seine...

Pierre-Henry MACCIONI: un préfet de région dans le brouillard...

De nombreux dossiers sont en attente sur le bureau de Môssieur le Préfet...

La négociation du nouveau CPER (Contrat de Plan Etat/ Région 2014 - 2020): ce contrat sera-t-il seulement "haut" normand? Ou sera-t-il enfin "normand"? Pour commencer la négociation, on verra après les municipales... On verra surtout après les Régionales de l'an prochain: c'est connu, l'eau de la Seine coule sous les ponts !

La préparation du CPIER (Contrat de Plan Interrégional de la Vallée de la Seine) avec deux présidents de région sur trois favorables à l'idée de fusion régionale normande (Laurent Beauvais pour la Basse-Normandie et Jean-Paul Huchon pour l'Ile de France...)

La fin des programmes européens 2007/2013 et le transfert des nouveaux programmes européens (fonds FEDER ?) à la région... Oui, mais laquelle? Laurent Beauvais, président de la Basse-Normandie a redit qu'il était prêt à expérimenter la gestion directe de ces fonds. Son collègue haut-normand, quand il n'a pas son ex au téléphone, serait d'accord aussi. Ce qui reviendrait à créer un volet commun normand aux deux CPER normands qui, eux-mêmes et de façon séparées, devront tenir compte du futur CPIER...

Oui, en effet, il y a de la brume sur l'axe Seine ! Qui a parlé de "choc de simplification" et de "pacte de responsabilité" ?

La préparation du financement du contournement Est de Rouen: avec des fonds FEDER européens qu'il faudra aller chercher avec les dents! Ce serait tellement plus simple s'il s'agissait de la 6ème région de France !

L'élaboration du Schéma directeur de la vallée de la Seine avec deux présidents de région sur trois favorables à l'idée d'unité normande sur les deux rives de ladite vallée (financièrement, on peut dire que la brume devient... brouillard !)

Le second appel d'offres éolien marin au large du Tréport : le préfet dira-t-il non comme pour le pôle métropolitain de l'Estuaire? Sur ce dernier point, le poisson-pilote fabiusien a confirmé récemment son niet à ce projet qui valorisait enfin l'Estuaire normand de la Seine...

Les saumons qui reviennent depuis quelque temps dans la Seine sont plus doués en navigation estuarienne que Môssieur le préfet!

La préparation et la tenue des Assises du Tourisme à Rouen le 4 février prochain: s'il s'agit d'assises "haut-normandes" elles risquent de n'être que des assises à moitié !

La Normandie du tourisme, ce n'est pas ce strapontin qui sera jugé très inconfortable par tous les professionnels du tourisme régional qui ont l'habitude de valoriser l'évidence normande, en sa totalité, à la suite du seul comité régional de tourisme que nous avons en Normandie...

A partir du 20 février, commence la période de réserve du préfet à cause des élections municipales: au brouillard s'ajoute la nuit tombée...

Attention au naufrage!

(d'après la chronique de Normandie n°346 20/01/14)