L'institut national de prévention et d'éducation à la santé (INPES) vient d'éditer la carte des régions de France de l'alcoolisme... On verra qu'il faut désormais mettre sérieusement de l'eau dans le vin de nos idées reçues ! Même si ce lissage des données présentées à une échelle régionale ne nous permet pas d'observer quelques "permanences culturelles" concernant l'alcoolisme, à l'échelle infra-régionale: le bocage normand, humide par ailleurs, est-il toujours le pays de la "goutte"?

http://www.heula.fr/boutique/index.php?id=682&l=12

 

Dans quelle région consomme-t-on le plus d’alcool ?

sur 4 février 2014 at 07:18

De Lille à Marseille et de Brest à Strasbourg, l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) détaille les habitudes de consommation d’alcool des Français région par région. L’étude réalisée sur 30 000 personnes de 15 à 75 ans, a été publiée en novembre dernier.

ASSEZ DE CLICHÉS, DES CHIFFRES !

Il y a quelques semaines, FranceLive.fr vous a proposé de découvrir quelle ville était la mieux pourvue en bars. C’est la ville de Rouen qui se distinguait avec un bar pour 1 404 habitants ! Cette fois, nous nous sommes intéressés au nombre de bars par région. Nous les avons comparés aux données de l’Inpes sur la consommation quotidienne d’alcool. Est-il plus difficile de résister à un petit verre lorsqu’on dispose d’un large choix de bistros ? La région de Rouen est en tout cas un des endroits où l’on consomme le moins d’alcool.

Montage FranceLive.fr - Chiffres Inpes de novembre 2013 et Pages Jaunes

Montage FranceLive.fr – Chiffres Inpes de novembre 2013 et Pages Jaunes

Cette carte démontre que le nombre de bars n’a pas de lien évident avec la consommation quotidienne d’alcool. La région parisienne est l’endroit le mieux pourvu en bars et où la consommation d’alcool quotidienne est l’une des plus basse. A l’inverse, la région Languedoc-Roussillon détient le record de consommation quotidienne (17% des personnes) alors que le nombre de bars n’y est pas particulièrement élevé. Enfin, la Franche-Comté dispose du plus petit nombre de bars mais a également une consommation réduite.

Une autre manière de comparer l’implantation des bars et la consommation d’alcool avec ce graphique tout aussi parlant:

http://www.francelive.fr/societe/ou-consomme-t-on-le-plus-dalcool/

Si les clichés ont la vie dure, l’étude de l’Inpes va à l’encontre de certaines idées reçues. Il n’y a pas plus de buveurs réguliers en Bretagne que dans les autres régions. L’Ile-de-France se distingue par des ivresses moins fréquentes (17%) et son faible niveau d’usage quotidien d’alcool (9%).

 

UNE BAISSE DE LA CONSOMMATION DANS TOUTE LA FRANCE

De manière générale, entre 2005 et 2010, la France a enregistré une baisse de la consommation régulière d’alcool, passant de 15 à 11%. Mais cette tendance générale cache quelques nouvelles habitudes : plus de la moitié des régions présentent des niveaux d’ivresse manifestement plus élevés qu’en 2005. Une hausse des alcoolisations ponctuelles (au moins 6 verres en une seule occasion) est également observée. Elle concerne 18% des gens, de manière assez uniforme dans tout le pays.

Mais il y a de fortes disparités entre les régions. Elles peuvent s’expliquer par la tradition locale mais aussi par le contexte socio-économique.