Alors que s'ouvre à nouveau le "Mondial de l'agriculture" porte de Versailles à Paris avec, une nouvelle fois, un stand "Normandie" qui s'annonce comme l'un des centres d'attraction du salon, un article de FR3 Haute-Normandie nous attire l'attention...

http://haute-normandie.france3.fr/2014/02/23/de-nombreux-eleveurs-renoncent-produire-du-lait-en-haute-normandie-420891.html

De nombreux éleveurs renoncent à produire du lait en Haute-Normandie

 

En Haute-Normandie, le nombre d’éleveurs laitiers est en baisse constante. Les départs à la retraite n’expliquent pas à eux seuls la désaffection pour cette activité agricole. La filière reste malgré tout relativement dynamique, puisque le volume de lait produit reste le même.

  • Par Jean-Luc Drouin
  • Publié le 23/02/2014 | 15:36, mis à jour le 23/02/2014 | 15:36
Beaucoup d'éleveurs laitiers renoncent à cette activité © France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie Beaucoup d'éleveurs laitiers renoncent à cette activité

 


Les éleveurs encore en activité qui renoncent à la production laitière, avancent diverses motivations. Mais la plus courante est que cette activité est fortement consommatrice de temps et impacte la vie de famille. Se lever très tôt pour traire les vaches, tous les jours de la semaine et 365 jours par an, ne fait plus rêver.

Un recentrage sur d’autres activités agricoles
Résultat, de nombreux exploitants agricoles décident d’arrêter de produire du lait pour se recentrer sur d’autres activités agricoles.
En 1983, la Haute-Normandie comptait encore 11.000 éleveurs laitiers. En 2011, ils n’étaient plus que 2.400.

Vidéo : Le reportage d’Emmanuelle Partouche et Jérôme Bègue, avec les interviews de :
. Sylvain Varin, exploitant agricole
. Fabrice Moulard, exploitant agricole
. Agnès Chollet, Centre régional interprofessionnel laitier de Haute-Normandie


Commentaire de Florestan:

Dans le dernier schéma stratégique concocté par le conseil régional de Haute-Normandie (horizon 2020) la filière laitière a complètement été négligée ou presque au seul profit des productions végétales notamment à destination industrielle (par ex: le lin...) En Basse Normandie, il en va tout autrement: la filière laitière et la préservation de la qualité alimentaire sont au coeur des préoccupations...
Alors osons donc cette remarque impertinente (tant pis...)

Doit-on déporter en Basse Normandie la population d'éleveurs laitiers encore présente en Haute Normandie et justifier enfin la spécialisation de deux régions normandes trop différentes pour être fusionnées?
On rappellera à ceux qui l'aurait oublié du côté de Rouen qu'il n'y a qu'une seule chambre régionale d'agriculture normande et qu'un seul "bassin laitier" normand!