C'est très important et cela souligne une fois de plus que dans les ministères, au Gouvernement, voire au plus haut sommet de l'Etat, quel que soit le locataire de l'Elysée, l'unité normande est d'une évidente nécessité !

Le 30 janvier dernier, Sylvia PINEL, ministre déléguée à l'Artisanat et au Commerce, a signé les deux arrêtés (forcément deux pour le moment...) approuvant le schéma directeur de la CCI de la région Haute-Normandie et approuvant celui de la CCI de la région Basse-Normandie: ce qui revient à dire que le gouvernement valide donc officiellement la nouvelle carte consulaire normande qui sera effective à partir du 1er janvier 2016

Les actuelles 12 CCI locales vont se transformer en cinq CCI territoriales autour de celle de l'Estuaire.

Contrairement à Bertrand Tierce qui commente cette information importante dans la dernière parution de sa "chronique de Normandie" (24 / 02/14 n°351) nous ne pensons pas que la CCI "Portes de Normandie" soit "un rapprochement artificiel et bizarre qui ne repose sur aucune tradition de coopération"... Bien au contraire ! Cette carte permet plusieurs réunifications normandes et opère un retour à la géo-histoire normande de long terme. Mais encore faut-il connaître l'histoire de la Normandie pour le savoir !

En effet, la CCI "Portes de Normandie" permet la réunification du "Pays d'Ouche", rappelle que l'Ouest eurois est un pays bas-normand depuis 1636 date de la création de l'intendance d'Alençon et qu'entre 1972 et 1982, les élus de l'Eure ont, dans leur grande majorité, refusé la création de la région Haute-Normandie en réclamant la "réunification" de la Normandie...

La CCI de l'Estuaire rappelle que le Pays d'Auge était autrefois un pays haut-normand (intendance de Rouen) et l'arrière pays rural du port du Havre.

Enfin, on regrettera que le projet de CCIT "Ouest-Normandie" n'aille pas jusqu'à son terme: le refus opiniâtre de l'actuel président de la CCI de Caen de fusionner avec la Manche et le Nord-Ouest de l'Orne comme le souhaitaient ses collègues de la Manche et de Flers-Argentan, interdit à Caen de retrouver son ancien espace géo-historique, celui de la généralité et intendance de Caen: Ouest-Normandie devait faire l'équilibre avec la CCI Seine-Mer-Normandie derrière laquelle se cache la métropole rouennaise...

Mais M. Collin ne sera pas éternellement président de CCI...

Cette future CCI régionale normande va pouvoir se hisser à la 6ème place française avec 100 000 entreprises ressortissantes et va devenir, de fait, le premier grand acteur institutionnel de l'avenir normand devant deux conseils régionaux toujours pusillanimes sur ce sujet essentiel: le divorce entre la sphère économique et la sphère politique risque de s'agrandir en Normandie au moment même où le gouvernement s'apprêterait à confier aux conseils régionaux le pilotage des chambres de commerce et d'industrie, parmi les nouvelles compétences qui leurs seraient octroyées en matière de développement économique !!!

Inutile de dire qu'André Marcon, le président des CCI de France a vivement réagi contre cette "OPA hostile qui conduirait à priver les entreprises de l'expertise et de la légitimité des élus des CCI"

Il va sans dire que placer une Normandie déjà réunifiée (les CCI) sous la tutelle d'une Normandie qui refuse sa réunification (les deux actuels conseils régionaux) serait d'un kafkaïen !!!

A moins de considérer que cette fuite en provenance du cabinet Lebranchu qui prépare la future loi réformant les régions et les départements ne soit destinée à faire pression sur les présidents de région directement concernés.

En clair: Laurent Fabius n'a pas intérêt à torpiller sournoisement le lancement de la CRCI Normandie d'ici janvier 2016 !

En tout cas, pour ne pas donner de mauvaises idées à un Fabius plus préoccupé en ce moment par l'unité de l'Ukraine que par celle de la Normandie, le futur siège de la CRCI Normandie passera tous les trois ans de Caen à Rouen puis de Rouen au Havre et enfin du Havre à Caen: quand les gyrovagues consulaires normands n'auront plus peur de Fabius peut-être qu'ils oseront poser leurs valises dans le port du Havre par exemple !

Saluons donc encore une fois la tenacité et le courage des deux hommes qui pilotent le GIC "CCI Normandie" préfiguration de la future CRCI normande:

Jean-Pierre Désormeaux (président de la CRCI de Haute-Normandie)

Jean-Claude Lechanoine (président de la CRCI de Basse-Normandie)

Jean-Pierre Désormeaux (président de la CRCI HN) et Jean-Claude Lechanoine (président de la CRCI BN): alors que les pronostics (inutiles) vont bon train pour savoir lequel de ces deux-là serait le patron de la 6ème puissance consulaire régionale, ils répondent avec sagesse: "Nous sommes complémentaires et nous sommes les accoucheurs de la future CCI" ... En matière d'accouchement, il n'y a donc pas que les sages-femmes !

Enfin du côté du monde politique c'est: "les chiens aboient, la caravane passe". Les deux compères de la future Normandie consulaire répondent avec sérénité: "A vrai dire, on se préoccupe peu du regard qu'on porte sur nous; nous faisons ce que nous croyons bon pour les entreprises et les territoires..."

Voilà Fabius prévenu...

Qu'apportera aux 100 000 entreprises normandes d'être enfin soutenues par la 6ème CCI régionale française?

1) La création d'un puissant réseau normand avec des moyens financiers et des personnels, une cohérence territoriale entre la CRCI et les cinq CCIT avec un premier effet: la diffusion en mars prochain du magazine "Normandinamik" tiré à 110 000 exemplaires "pour valoriser et promouvoir le tissu économique local en donnant la parole aux créateurs de richesse et aux producteurs d'excellence" affirme Florence Dubosc qui sera en charge de cette publication essentielle pour qu'enfin les forces vives normandes puissent se connaître elles-mêmes ! Il s'agit bel et bien d'une stratégie d'intelligence territoriale, d'une reconquête de la Normandie par les Normands: on espère que le projet de marque identitaire normande, flingué par Alain Le Vern, va pouvoir enfin voir le jour...

2) La création d'un lobby économique normand pour porter l'intérêt national de la Vallée de la Seine

3) La défense et la promotion de la Normandie, un nom prestigieux et célèbre dans le Monde entier

4) Une gestion plus rigoureuse, efficace et solidaire des ressources disponibles...

Bref! la création d'une seule CCI en Normandie sera le laboratoire qui permettra d'expérimenter toute la pertinence d'une "réunification" normande...

 

La réunification de la Normandie pour les Nuls ?

 

(sources: Chronique de Normandie n°351- 24/02/14 et Filfax Normandie n°4730- 27/02/14)