En 1790, les députés constituants ont fait un remarquable travail de géographie en réussissant le "département" des anciennes provinces d'Ancien Régime pour aboutir à l'actuelle carte des quelques 90 départements de la France métropolitaine, par la sage conciliation d'un principe géo-historique (suivre autant que faire ce peut les frontières des anciennes provinces, pays, diocèses et intendances ou généralités) et d'un principe rationnel (taille maximale et minimale et la journée à cheval).

Cette trame doit être la base d'une véritable refondation régionale de la république française puisqu'elle a transmis jusqu'à nous la mémoire territoriale de notre pays.

http://www9.georgetown.edu/faculty/spielmag/docs/france/territoire.htm

Carte remarquable qui vous fera, bien entendu, penser à notre projet de découpage de la France en 15 vraies régions...

Cependant, dans certains cas, le découpage départemental de 1790 a été contraint de s'éloigner du principe géo-historique: soit parce que les frontières héritées de l'Ancien Régime ne coincidaient pas et avaient crée, de fait, des territoires marginaux ou soit parce que pour de mauvaises raisons de rivalités micro-locales ancestrales entre villes, telle ville ne voulait plus être dans le même territoire que telle autre...

Cette remarque peut s'appliquer sur une partie de l'actuelle frontière Sud et Est de la Normandie pieusement conservée dans le Nouveau Régime institutionnel par les députés Normands de la Constituante de 1790 dans l'actuel découpage en cinq départements qui permit, faut-il le rappeler, une première réunification normande par la suppression des territoires des intendances d'une monarchie absolue et administrative d'Ancien Régime qui était à l'origine des appelations de Haute et de Basse Normandie, déjà honnies par les Normands (pour des raisons fiscales...)

En effet, sur les flancs Sud et Est de l'ancienne Normandie, la frontière de l'ancien duché ou gouvernement de Normandie ne correspondait pas aux frontières des diocèses de l'ancienne province apostolique de Normandie dont le primat est (de nouveau depuis 2004) l'archevêque de Rouen et la frontière Sud de l'ancienne intendance et généralité d'Alençon créée en 1636 après la révolte fiscale des Va-Nu-Pieds, correspondait encore moins aux autres frontières normandes:

Pris dans cet écheveau, un très vieux pays presqu'aussi vieux que la Normandie elle-même, le PERCHE, un ancien comté autrefois rattaché au MAINE tout en ayant gardé son propre droit coutumier et qui aurait pu être conservé dans un département spécifique en 1790: hélas pour le Perche, il n'en fut rien... Les Percherons étaient trop divisés entre eux !

Carte de l'ancien duché de Normandie au moment de son annexion à la France en 1204: le Perche n'est pas dans la duchée...

Carte des sept diocèses de l'ancienne province apostolique de Rouen: le diocèse de Séez couvrait déjà la partie Ouest du Perche qui sera placée dans le futur département de l'Orne. A noter aussi qu'une partie du bocage normand (Domfrontais et Houlme) dépendait du diocèse du Mans et que le Vexin français ou le Pays de Bray dans sa totalité dépendaient du diocèse de Rouen.

Carte des trois anciennes intendances et généralités de Normandie:

Caen, Alençon (Basse-Normandie) et Rouen (Haute Normandie)

Le territoire de l'ancienne intendance d'Alençon couvrait la plus grande part du Perche (sauf le Perche Gouët) ainsi que toute la partie Ouest du futur département de l'Eure (Pays d'Ouche)

Carte à comparer avec l'actuelle Normandie contemporaine à cinq départements...

File:1771 Bonne Map of Normandy, France - Geographicus - Normandie-bonne-1771.jpg

Très belle carte du XVIIIe siècle montrant les provinces (gouvernements) de Normandie et du Maine et Perche (au Nord - Est de l'actuel département de la Sarthe)


 

Alors où est donc passé le PERCHE?

Et de quel "PERCHE" parle-t-on ? Grand Perche ? Perche ou Perche Gouët ?

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Perche_%28province%29

Le territoire historique de l'ancien comté du Perche

(Grand Perche et Perche Gouët au Sud):

aujourd'hui écartelé entre ...

Quatre régions administratives: Basse et Haute Normandie (Mortagne et Verneuil S/Avre); le Centre (Nogent le Rotrou: capitale historique du Perche) et les Pays de la Loire (Montmirail)

Cinq départements: Orne, Eure, Eure et Loir, Loir et Cher et Sarthe... Ecartelé entre Caen, Alençon, Chartres, Orléans, Le Mans...

Mais unifié dans sa relation de tourisme vert... tourné vers Paris !

La création en 1998 d'un Parc Naturel du Perche a permis de revivifier l'identité percheronne:

l'association des Amis du Perche fondée en 1947 joue un rôle très actif en maintenant une identité culturelle percheronne. Elle fut à l'origine de la création du parc naturel...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amis_du_Perche

File:Parc naturel régional du Perche.svg

Cependant, à petite échelle, le Perche est devenu ce que la Normandie pourrait, hélas, devenir si elle n'assure pas davantage son unité régionale: une magnifique réserve d'Indiens, un peu secrète, un peu discrète pour de riches amateurs parisiens.

Nogent le Rotrou charmante capitale du Perche qui s'étend au pied du donjon de son château. Précisons que Nogent le Rotrou a refusé en 1790 d'être dans le même département que sa rivale Mortagne au Perche: faute de se mettre d'accord pour créer un département percheron, la seconde choisira l'Orne et donc la Normandie tandis que la première choisira l'Eure et Loir comme pour prolonger tranquillement son déclin. Précisons enfin que Nogent le Rotrou est la ville natale de Laurent Beauvais, l'actuel président de la région Basse-Normandie et qui milite pour la réunification normande...

Alors l'avenir du Perche ? S'il pouvait dépendre que de deux régions au lieu de quatre (la Normandie à l'Ouest et au Nord) et le Val de Loire à l'Est et au Sud) ça facilitera le travail des Percherons:

Le Parc Naturel du Perche pourrait, à terme, couvrir le territoire historique de l'ancien Perche et le Perche renaître comme interface entre la Normandie et le Sud: une relation plus riche que celle qui lie le Perche presqu'exclusivement à la seule région parisienne.

Mais pour qu'il en soit autrement, il faut que l'écartèlement du Perche et des Percherons cesse au plus vite !