Laurent BEAUVAIS, seul président de région que nous ayons véritablement en Normandie a présidé la séance plénière ordinaire du conseil régional de Basse Normandie dont l'ordre du jour était, une fois de plus, largement consacré au sujet de la Réunification de la Normandie. Le journaliste de FR3 Basse-Normandie nous assure goguenard que les élus vont enfin "plancher" sur le sujet!

Eh bien qu'ils commencent par ouvrir toutes les grandes armoires normandes du conseil régional et ils découvriront que rapports, avis et études s'accumulent sur le sujet depuis 1972 à commencer par le fameux rapport des cabinets d'audit INEUM et EDATER paru en 2008 et qui affirmait clairement qu'il y avait plus d'avantages que d'inconvénients à ne faire qu'un seul conseil régional en Normandie !

A donc été annoncé hier à l'abbaye aux Dames à Caen qu'un grand débat public sur le projet normand aurait lieu en septembre prochain avec consultation privilégiée de nos amis du collectif des 15 géographes universitaires normands et des citoyens de la société civile: nous serons donc directement concernés ! Le CESER de Basse Normandie va être saisi, une nouvelle fois, du sujet et il serait judicieux que les deux CESER normands fassent paraître un avis commun sur cette question commune à tous les Normands !

Inutile de dire qu'on attend aujourd'hui ce que le conseil régional de la Hot Normandy présidé par le rossignol que vous savez a l'attention de faire: l'hémicycle de la caserne Jeanne d'Arc rouennaise est confortable, superbe, avec vue imprenable sur la cathédrale alors que celui de l'abbaye aux dames caennaise ressemble à l'intérieur d'un oeuf KINDER... Mais c'est bien dans l'oeuf de Pâques caennais et bas-normand que se trouve la bonne suprise: voilà au moins un hémicycle régional normand qui sert à quelque chose !


 http://basse-normandie.france3.fr/2014/04/24/reunifier-la-normandie-au-conseil-regional-les-elus-planchent-deja-dessus-465601.html

Réunifier la Normandie ? Au Conseil régional, les élus planchent déjà dessus

La feuille de route a été donnée par Manuel Valls dès son arrivée à Matignon : en 2017, il y aura deux fois moins de régions en France. Alors en Basse-Normandie, on commence à travailler. 

  • LQ
  • Publié le 24/04/2014 | 18:45, mis à jour le 24/04/2014 | 18:45
assemblée plénière du Conseil régional, 24 avril 2014 © France 3 Basse-Normandie
© France 3 Basse-Normandie assemblée plénière du Conseil régional, 24 avril 2014
Les Conseils régionaux sont en première ligne de cette réforme annoncée. Alors, mieux vaut anticiper qu'être contraint de faire les choses dans l'urgence.
Réunis en assemblée plénière ce jeudi, les élus de Basse-Normandie ont discuté du dossier dès l'ouverture de la séance. Le président socialiste Laurent Beauvais a mis la réforme territoriale sur la table, d'entrée de jeu, dans son intervention d’introduction. 
«Par la volonté du Gouvernement, nous avons aujourd’hui une occasion unique de passer enfin de la parole aux actes !", a déclaré Laurent Beauvais. "A nous de participer activement et efficacement à la création d’une nouvelle entité régionale. Si le processus et le calendrier restent à définir, son échelle est pour moi, naturellement et simplement, la Normandie. Une Normandie née dans la concertation, suffisamment puissante pour développer une stratégie de développement ambitieuse et porter ses projets dans de nouvelles coopérations inter-régionales et principalement avec l’Ile de France. Dès aujourd’hui, nous devons nous y préparer en lançant des études et des concertations pour être prêts à faire des choix éclairés, dans l’intérêt des Bas-Normands, avec les Bas-Normands et en pleine responsabilité. »

Un groupe de réflexion et des réunions de concertation pour tous les Bas-normands (SIC et RE-SIC !!!!)

Dans ce cadre, le Président de l’assemblée régionale bas-normande a souhaité que, dès à présent, la Basse-Normandie se prépare à cette réorganisation, au travers de 4 actions, détaillées dans un communiqué de presse :
- Saisir le CESER sur le bilan des coopérations interrégionales, avec la Haute-Normandie, la Bretagne, le Centre, les Pays de Loire et l’Ile de France,  et sur la mise en perspective des enjeux stratégiques d’une fusion avec la Haute-Normandie
- Solliciter le groupe de réflexion des 15 Géographes Normands qui depuis plusieurs années travaillent et réfléchissent sur les « réalités normandes »
- Evaluer les conséquences concrètes d’une fusion sur les différents dispositifs d’aides aux citoyens (en matière ferroviaire, cartes jeunes, aide à la rénovation et l’isolation des logements...), sur la fiscalité, la gestion des fonds européens, le régime indemnitaire des fonctionnaires territoriaux…
- Organiser, dès la mi-septembre, des réunions de concertation dans les principaux bassins de vie de la région, avec les Bas-Normands, qu’ils soient acteurs économiques et sociaux, associatifs, élus locaux et départementaux, parlementaires ou simples citoyens, tous ont leur mot à dire !

L’enjeu de ce dispositif : "faire naître une Normandie forte, dans le consensus et construite sur un projet de développement, qui défende les intérêts des Bas-Normands", conclut le communiqué.

Voir le reportage de Laurent Marvyle et Charles Bézard (ITW : Laurent Beauvais, Président du conseil régional de basse-normandie, PS; Philippe Augier, conseiller régional UDI et Joël Bruneau, conseiller régional UMP)

Lire aussi l'article paru dans Ouest-France édition caennaise ce 25 avril 2014:

img011


 

Commentaire de Florestan:

Joël Bruneau, le nouveau maire UMP de Caen ne serait-il pas en train de nous chanter la même chanson désagréable qu'un certain... rossignol?