Le débat sur l'idée régionale est dans la brume, mais le débat sur la disparition des départements se déroule dans un brouillard encore plus épais...

Concernant les régions, on peut craindre que certains haut-fonctionnaires jacobins du Gouvernement profitent de la réforme territoriale pour noyer définitivement l'idée de région dans de grands euro-machins technos avec la complicité des néo-féodaux de la décentralisation qui ne veulent pas perdre leurs places: que l'on pense à Auxiette et son "rêve" de région "Grand Ouest" pour ne pas voir resurgir la vraie Bretagne ou à notre "Bébé Fabius" haut-normand qui se résigne encore moins à l'évidence de la vraie Normandie.

Or, s'il est possible de "départir" quinze ensembles régionaux cohérents de part la géo-histoire et le potentiel économique, pour créer un découpage de la France métropolitaine en quinze régions harmonieuses, on le doit à l'admirable carte départementale française que l'on devrait classer au titre du patrimoine immatériel.

A n'en pas douter, le département, en tant que territoire est l'un de nos "lieux de mémoire" de l'Histoire de France au sens voulu par l'historien Pierre Nora.

Alors pourquoi des Gribouilles technophiles sans culture générale autre celle véhiculée par les applications de leurs smartphones, veulent-ils s'en prendre, désormais, aux départements après avoir ruiné l'idée de région en France?

Va-t-on enfin pouvoir élever le débat sur l'avenir territorial de la France en convoquant enfin des géographes et des historiens et non pas seulement ces experts comptables du "cost killing" à la mode ?

Serait-ce donc le dernier avatar de cette sous culture "d'entreprise" qui aurait envahi toute la matière grise disponible au plus haut sommet de l'Etat? Ou y a-t-il encore des honnêtes gens cultivés dans les palais de la République?

Une France métropolitaine "départie" en quinze vraies régions assises sur de vraies territoires: c'est possible en respectant la trame départementale qui renferme la mémoire territoriale du pays. Mais encore faudrait il le savoir !!!

Une fois de plus, on confond tout:

Concernant les régions, on confond région et coopération inter-régionale (ex: fusion débile entre Normandie et Picardie)

Concernant les départements, on confond le territoire départemental qui doit demeurer (sous réserve de quelques modifications notamment pour recréer un département de Seine pour le Grand Paris ou pour créer un département pays basque ou un département unique de Savoie) et l'institution départementale qui doit être réformée:

Nous proposons la réforme départementale suivante:

1° Suppression du canton remplacé par l'intercommunalité rurale et urbaine

2° La fusion des plus petites communes rurales

3° La transformation du conseil général en conseil départemental des intercommunalités

4° Le positionnement du département sur des compétences exclusives concernant la proximité

5° Recentrer le rôle des préfets départementaux sur la sécurité civile


Lire ci-après les doutes d'Alain Lambert, président du conseil général de l'Orne: nous les partageons !

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/reforme-territoriale-alain-lambert-critique-le-chiffrage-des-economies-de-vallini_1536934.html

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

Par , publié le 09/05/2014 à 18:25, mis à jour à 22:30

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini veut économiser jusqu'à 25 milliards d'euros grâce aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons. Un objectif qui semble hors d'atteinte à Alain Lambert, auteur d'un rapport sur la réforme de l'Etat. 

Imprimer

15

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

 

Alain Lambert (DVD) et Martin Malvy (PS), rendait le 16 avril dernier leur rapport sur les finances publiques à François Hollande.

 

REUTERS/Yoan Valat/Pool

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini estime dans Le Figaro que la suppression des départements et la fusion des régions permettra à l'Etat d'économiser de 12 à 25 milliards d'euros grâce "aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons". La réaction d'Alain Lambert, ancien ministre du budget et auteur d'un rapport sur le redressement des finances publiques, axé sur le "millefeuille territorial". 

12 à 25 milliards en réformant les collectivités, cela vous semble-t-il faisable?

Je ne sais pas à quel réforme André Vallini fait allusion. Si l'on ne compte que les économies sur le fonctionnement des collectivités locales, on est loin de ces sommes. Si l'on réforme les politiques menées par les départements et les régions, au nom de l'Etat, on peut peut-être y arriver. 

Dans votre rapport sur une réforme globale de l'Etat, vous évaluez les économies possibles à 10 milliards d'euros. Comment expliquez-vous ce décalage?

Effectivement, je ne crois pas que les sommes citées par André Vallini soient atteignables simplement avec des économies d'échelle et des suppressions de doublons dans les collectivités. Si on s'attaquait, par exemple, à gestion du RSA par les départements, il y aurait de véritables économies à faire. C'est un peu gratuit de mettre en avant de tels chiffres sans expliquer comment on va y arriver. 

Vous êtes président du conseil général de l'Orne. Que pensez-vous de la suppression des départements?

Je peux le comprendre dans le cas de l'Ile-de-France. Mais il est impossible de supprimer un département rural peu dense, dans lequel les intercommunalités rassemblent à peine 3000 habitants. Surtout si l'on constitue en parallèle de super-régions: cela crée un problème de représentativité des territoires. Qui va représenter ces espaces? Le préfet? 

De toutes manières, la suppression des conseils généraux me semble être une aventure constitutionnellement improbable. Les départements sont inscrits dans la constitution. La gauche va-t-elle revenir sur la décentralisation qu'elle a elle-même initiée? Je suis prêt à parier que les départements seront toujours là en 2016. 


En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/reforme-territoriale-alain-lambert-critique-le-chiffrage-des-economies-de-vallini_1536934.html#mJ9wiPXPjxDEArFX.99

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

Par , publié le 09/05/2014 à 18:25, mis à jour à 22:30

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini veut économiser jusqu'à 25 milliards d'euros grâce aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons. Un objectif qui semble hors d'atteinte à Alain Lambert, auteur d'un rapport sur la réforme de l'Etat. 

Imprimer

15

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

 

Alain Lambert (DVD) et Martin Malvy (PS), rendait le 16 avril dernier leur rapport sur les finances publiques à François Hollande.

 

REUTERS/Yoan Valat/Pool

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini estime dans Le Figaro que la suppression des départements et la fusion des régions permettra à l'Etat d'économiser de 12 à 25 milliards d'euros grâce "aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons". La réaction d'Alain Lambert, ancien ministre du budget et auteur d'un rapport sur le redressement des finances publiques, axé sur le "millefeuille territorial". 

12 à 25 milliards en réformant les collectivités, cela vous semble-t-il faisable?

Je ne sais pas à quel réforme André Vallini fait allusion. Si l'on ne compte que les économies sur le fonctionnement des collectivités locales, on est loin de ces sommes. Si l'on réforme les politiques menées par les départements et les régions, au nom de l'Etat, on peut peut-être y arriver. 

Dans votre rapport sur une réforme globale de l'Etat, vous évaluez les économies possibles à 10 milliards d'euros. Comment expliquez-vous ce décalage?

Effectivement, je ne crois pas que les sommes citées par André Vallini soient atteignables simplement avec des économies d'échelle et des suppressions de doublons dans les collectivités. Si on s'attaquait, par exemple, à gestion du RSA par les départements, il y aurait de véritables économies à faire. C'est un peu gratuit de mettre en avant de tels chiffres sans expliquer comment on va y arriver. 

Vous êtes président du conseil général de l'Orne. Que pensez-vous de la suppression des départements?

Je peux le comprendre dans le cas de l'Ile-de-France. Mais il est impossible de supprimer un département rural peu dense, dans lequel les intercommunalités rassemblent à peine 3000 habitants. Surtout si l'on constitue en parallèle de super-régions: cela crée un problème de représentativité des territoires. Qui va représenter ces espaces? Le préfet? 

De toutes manières, la suppression des conseils généraux me semble être une aventure constitutionnellement improbable. Les départements sont inscrits dans la constitution. La gauche va-t-elle revenir sur la décentralisation qu'elle a elle-même initiée? Je suis prêt à parier que les départements seront toujours là en 2016. 


En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/reforme-territoriale-alain-lambert-critique-le-chiffrage-des-economies-de-vallini_1536934.html#l4ZeZp5WpLx6zfF6.99

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

Par , publié le 09/05/2014 à 18:25, mis à jour à 22:30

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini veut économiser jusqu'à 25 milliards d'euros grâce aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons. Un objectif qui semble hors d'atteinte à Alain Lambert, auteur d'un rapport sur la réforme de l'Etat. 

Imprimer

15

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

 

Alain Lambert (DVD) et Martin Malvy (PS), rendait le 16 avril dernier leur rapport sur les finances publiques à François Hollande.

 

REUTERS/Yoan Valat/Pool

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini estime dans Le Figaro que la suppression des départements et la fusion des régions permettra à l'Etat d'économiser de 12 à 25 milliards d'euros grâce "aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons". La réaction d'Alain Lambert, ancien ministre du budget et auteur d'un rapport sur le redressement des finances publiques, axé sur le "millefeuille territorial". 

12 à 25 milliards en réformant les collectivités, cela vous semble-t-il faisable?

Je ne sais pas à quel réforme André Vallini fait allusion. Si l'on ne compte que les économies sur le fonctionnement des collectivités locales, on est loin de ces sommes. Si l'on réforme les politiques menées par les départements et les régions, au nom de l'Etat, on peut peut-être y arriver. 

Dans votre rapport sur une réforme globale de l'Etat, vous évaluez les économies possibles à 10 milliards d'euros. Comment expliquez-vous ce décalage?

Effectivement, je ne crois pas que les sommes citées par André Vallini soient atteignables simplement avec des économies d'échelle et des suppressions de doublons dans les collectivités. Si on s'attaquait, par exemple, à gestion du RSA par les départements, il y aurait de véritables économies à faire. C'est un peu gratuit de mettre en avant de tels chiffres sans expliquer comment on va y arriver. 

Vous êtes président du conseil général de l'Orne. Que pensez-vous de la suppression des départements?

Je peux le comprendre dans le cas de l'Ile-de-France. Mais il est impossible de supprimer un département rural peu dense, dans lequel les intercommunalités rassemblent à peine 3000 habitants. Surtout si l'on constitue en parallèle de super-régions: cela crée un problème de représentativité des territoires. Qui va représenter ces espaces? Le préfet? 

De toutes manières, la suppression des conseils généraux me semble être une aventure constitutionnellement improbable. Les départements sont inscrits dans la constitution. La gauche va-t-elle revenir sur la décentralisation qu'elle a elle-même initiée? Je suis prêt à parier que les départements seront toujours là en 2016. 


En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/reforme-territoriale-alain-lambert-critique-le-chiffrage-des-economies-de-vallini_1536934.html#mJ9wiPXPjxDEArFX.99

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

Par , publié le 09/05/2014 à 18:25, mis à jour à 22:30

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini veut économiser jusqu'à 25 milliards d'euros grâce aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons. Un objectif qui semble hors d'atteinte à Alain Lambert, auteur d'un rapport sur la réforme de l'Etat. 

Imprimer

15

Réforme territoriale: Alain Lambert critique le chiffrage des économies de Vallini

 

Alain Lambert (DVD) et Martin Malvy (PS), rendait le 16 avril dernier leur rapport sur les finances publiques à François Hollande.

 

REUTERS/Yoan Valat/Pool

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale André Vallini estime dans Le Figaro que la suppression des départements et la fusion des régions permettra à l'Etat d'économiser de 12 à 25 milliards d'euros grâce "aux économies d'échelle et aux suppressions de doublons". La réaction d'Alain Lambert, ancien ministre du budget et auteur d'un rapport sur le redressement des finances publiques, axé sur le "millefeuille territorial". 

12 à 25 milliards en réformant les collectivités, cela vous semble-t-il faisable?

Je ne sais pas à quel réforme André Vallini fait allusion. Si l'on ne compte que les économies sur le fonctionnement des collectivités locales, on est loin de ces sommes. Si l'on réforme les politiques menées par les départements et les régions, au nom de l'Etat, on peut peut-être y arriver. 

Dans votre rapport sur une réforme globale de l'Etat, vous évaluez les économies possibles à 10 milliards d'euros. Comment expliquez-vous ce décalage?

Effectivement, je ne crois pas que les sommes citées par André Vallini soient atteignables simplement avec des économies d'échelle et des suppressions de doublons dans les collectivités. Si on s'attaquait, par exemple, à gestion du RSA par les départements, il y aurait de véritables économies à faire. C'est un peu gratuit de mettre en avant de tels chiffres sans expliquer comment on va y arriver. 

Vous êtes président du conseil général de l'Orne. Que pensez-vous de la suppression des départements?

Je peux le comprendre dans le cas de l'Ile-de-France. Mais il est impossible de supprimer un département rural peu dense, dans lequel les intercommunalités rassemblent à peine 3000 habitants. Surtout si l'on constitue en parallèle de super-régions: cela crée un problème de représentativité des territoires. Qui va représenter ces espaces? Le préfet? 

De toutes manières, la suppression des conseils généraux me semble être une aventure constitutionnellement improbable. Les départements sont inscrits dans la constitution. La gauche va-t-elle revenir sur la décentralisation qu'elle a elle-même initiée? Je suis prêt à parier que les départements seront toujours là en 2016. 


En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/reforme-territoriale-alain-lambert-critique-le-chiffrage-des-economies-de-vallini_1536934.html#mJ9wiPXPjxDEArFX.99