La Normandie pourrait, de loin, se hisser à la première place française pour la production des énergies dont nous aurons besoin pour l'indispensable transition énergétique que nous impose le changement climatique...

Comme on le sait, avec le Cotentin (Flamanville) et le Pays de Caux (Paluel et Penly) notre région dotée des nombreux réacteurs nucléaires que les autres régions ne voulaient pas (la Bretagne),  s'apprête, avec l'EPR de Flamanville le réacteur nucléaire le plus puissant du monde, à accroître sa production électrique... 

Le département de la Manche, avec l'EPR d'une part et le futur développement des Energies Marines Renouvelables d'autre part, (Eoliennes en mer et hydroliennes sous-marines), sera, à terme, en état de surproduction électrique même en augmentant la part qui ira en Bretagne via la nouvelle ligne THT qui défigure déjà le bocage normand et en dépit du branchement de toutes les îles anglo-normandes au réseau de la Normandie continentale française...

http://www.entreprises.ouest-france.fr/node/142321

L'électricité de Jersey viendra, désormais de Normandie, depuis Pirou...

Que faire alors de ce trop d'électricité? 

Jean-François LEGRAND sénateur UMP et président du conseil général de la Manche a donc eu l'idée d'utiliser cette électricité pour fabriquer de l'hydrogène par electrolyse.

Cet hydrogène injecté dans les chaufferies fonctionnant au gaz naturel permettra de réduire la consommation. Si l'on maîtrise la capture du CO2 déjà réalisée à titre expérimental sur le port du Havre, on pourrait le combiner avec l'hydrogène pour faire du méthane 100% normand et réduire ainsi notre dépendance vis-à-vis du gaz naturel importé de Russie...

Une usine à gaz ! Pourraient railler les détracteurs de M. Legrand... Alors que demain tracteurs et camions rouleront au gaz !

C'est donc maintenant qu'il faut réfléchir à établir en Normandie, une filière industrielle nouvelle: la production d'hydrogène par électrolyse, car se profile à moyen terme la révolution technologique de la pile à combustible à base d'hydrogène dont les recherches avancent à grand pas notamment en Allemagne.

Il y a quelques mois, J.F. Legrand s'est rendu chez Siemens et a visité avec une délégation du Cotentin, d'autres opérateurs allemands qui travaillent à la mise au point de la pile à hydrogène.

Prochainement, sera crée à Cherbourg un consortium sur l'électrolyse de l'hydrogène animé par des industriels et des chercheurs: on y retrouve, notamment, la société Energie Hydro Data 2000 dirigée par Claude Heller, patron d'Air Liquide et natif de Saint-Lô.

En marge d'un déplacement aux USA pour préparer le 70ème anniversaire du Débarquement, J.F. Legrand est allé visiter le port de Houston où une unité de fabrication d'hydrogène va être installée pour 'alimenter en carburant les 3000 camions du port. Au printemps dernier, les dirigeants d'EHD 2000 avaient rencontré les autorités portuaires de Houston...

Dès 2015, quarante véhicules du parc automobile du conseil général de la Manche vont rouler à l'hydrogène.

Dans cette perspective, un colloque organisé au cinéma de Saint-Lô sur le thème de la "société idéale en 2050" avait invité le prévisionniste et économiste américain Jérémie Rifkin: quelles seront les énergies de substitution du pétrole? Telle était la problématique de ce colloque retransmis en différé pour les étudiants de la faculté de sciences de l'université de Caen.

Toujours dans la même idée de préparer l'avenir dès maintenant, on peut souligner la réussite du salon "Thétis" de Cherbourg sur les Energies Marines Renouvelables qui s'est déroulé en avril dernier dans la grande halle de l'ancienne gare maritime, en présence des deux présidents de région normands...

http://www.thetis-emr.com/

Mais reste encore quelques inconnues à surmonter pour que le rêve d'un hydrogène normand puisse se constituer: et ce ne sont pas les incertitudes techniques  ou scientifiques qui sont les plus redoutables...

En effet, la question de fond est de savoir si l'économie mondialisée et financiarisée dans laquelle nous sommes obligés de vivre peut encore (et c'est un vrai paradoxe) se permettre le risque de la création de filières technologiques et industrielles nouvelles? Quand on  pense à ce qui risque d'arriver à ALSTOM et à sa filière énergie en cas de rachat par l'américain Général Electric, on est en droit de répondre par la négative...

D'où la nécessité absolu d'un puissant accompagnement financier des autorités publiques pour faire émerger une technologie nouvelle et une filière industrielle nouvelle au service de l'intérêt général de nos territoires car le "marché" ne sait plus faire ça...  

Raison de plus d'avoir en Normandie, un seul conseil régional puissant et efficace pour faire advenir un futur dont l'avenir doit se construire dès maintenant... ça tombe bien ! Jean-François Legrand est pour la réunification normande sans pour autant avoir la formation d'ingénieur d'un NMR WINDOWS 8 qui continue de s'y opposer !