Le 6 juin 2014 à 9h00 François HOLLANDE, président de la République Française présidera sur l'esplanade du Mémorial de Caen une cérémonie d'hommage aux quelques 20000 victimes civiles normandes de l'été 1944: une stèle sera dévoilée à cette occasion.

Enfin ! Il serait temps ! On pourrait évoquer l'inutile bombardement du Havre en septembre 1944 ou encore les bombardements dès le mois d'avril 1944 sur Rouen.


La Normandie plus riche province française en patrimoine architectural et artistique après Paris a été littéralement massacrée pour nous épargner les souffrances d'une longue bataille de France ou pour épargner à Paris le sort qui fut réservé à Varsovie.

La Normandie et ses populations a subi un "urbicide" (la formule est du maire de Sarajevo ville qui a subi le siège des Serbes pendant la guerre de Yougoslavie dans les années 1990).

Un "urbicide" comme aujourd'hui en Syrie, relève du crime de guerre: la juste fin ne s'embarrasse pas des moyens et on sait que le bilan strictement militaire en terme de stratégie des tapis de bombes sur les villes normandes est plutôt mitigé.

Des historiens notamment anglais dénoncent aujourd'hui l'erreur, pour ne pas dire plus, du bombardement du Havre.


Oui, en effet, il serait temps de rendre hommage à l'héroïsme des populations normandes qui firent, malgré tout, un bon accueil à ceux qui leur envoyèrent des bombes sur le coin de la gueule pour les libérer: pensons à cette remarque de la normande Annie Girardot: "le Débarquement ? Vous me demandez si j'ai vu le Débarquement ? Mais je me le suis pris sur le coin de la gueule !"

A la tristesse et à l'émotion de commémorer une tragédie collective universelle et individuelle (nous avons tous nos histoires familiales marquées par l'Histoire avec une grande hache comme disait Pérec) je crains d'avoir à ajouter la colère:

Alors que cette reconnaissance nationale et internationale de la Normandie sera faite en juin prochain sur les plages du Débarquement, le même François Hollande s'apprête à diluer la Normandie dans une future région euro-machin Nord qui irait du Mont St Michel à Lille et à la frontière belge dans le cadre de la prochaine réforme territoriale:

Après la commémoration des victimes civiles normandes de 1944 la commémoration de la mort de l'idée de région normande en 2014?


 

http://basse-normandie.france3.fr/2014/05/24/debarquement-le-prix-de-la-liberte-paye-par-la-population-civile-en-normandie-482567.html

Débarquement : le prix de la liberté payé par la population normande

Le 6 juin, au Mémorial de Caen, le président de la République entamera la journée de commémoration du D-Day par une cérémonie nationale d'hommage aux victimes civiles du débarquement et de la bataille de Normandie.
Une question reste posée : les civils ont-ils été les grands oubliés de l'histoire ?

  • Par Erick Haas
  • Publié le 24/05/2014 | 07:35, mis à jour le 24/05/2014 | 16:24
Saint-Lo (Manche) détruite à plus de 90% lors des bombardements alliés de 1944 © Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA Saint-Lo (Manche) détruite à plus de 90% lors des bombardements alliés de 1944

Le déroulement de la cérémonie d'hommage national 

Vendredi 6 juin, de 9h à 10h, François Hollande rendra hommage aux fusillés de la prison de Caen, à la Résistance et aux victimes civiles de la bataille de Normandie, lors d’une cérémonie nationale française devant la façade du Mémorial de Caen.
Après le temps de recueillement et l’inauguration d’un lieu de mémoire dédié à la souffrance et au sacrifice de la population normande, le Président de la République prononcera un discours.

En 2012, pour sa première participation aux cérémonies du débarquement, le président de la république avait annoncé qu'il souhaitait associer plus étroitement les populations normandes aux commémorations.
2014-05-23_15h08_50.png


Plus de 20 000 victimes civiles en Normandie

Durant 3 mois, le débarquement puis la bataille de Normandie ont coûté la vie à près de 98 000 soldats alliés et allemands. Un chiffre effarant et sur lequel les commémorations successives se sont attardées, mais qui ne doit pas masquer le prix payé par les populations civiles, victimes "collatérales" d'un conflit qui alors, a embrasé la planète entière.

Le 6 juin, 3 000 civils ont péri soit un nombre équivalent à celui des soldats alliés qui ont perdu la vie lors du "jour le plus long". Des normands principalement victimes des bombardements préparatoires aux opérations aéroportées et navales ; des bombardements qui, pour certains d'entre eux, ne constituaient ni plus ni moins que des actions de diversion pour masquer les lieux précis de l'invasion jusqu'à l'ultime instant. Mais pour ceux qui ont eu à les subir, la question restera à tout jamais posée de savoir s'ils étaient réellement nécessaires.

Ensuite, durant les 3 mois et demi qu'a duré la bataille de Normandie, les populations civiles ont continué à supporter les effets des multiples bombardements des points stratégiques définis par les alliés, mais pas seulement. Au sol, les combats d'artillerie contre les divisions de panzers allemands montées au front ainsi que les mitraillages aériens des convois de réfugiés fuyant les zones de combat, ont occasionnés des milliers de victimes, en Basse comme en Haute Normandie. Enfin, le prix payé par les 650 résistants et les otages bas-normands fusillés en représailles aux multiples opérations de sabotage perpétrées avant et après le débarquement, doit être inclus dans ce bilan tout comme, après la fin des hostilités, ces hommes et femmes victimes des mines et autres engins explosifs qui n'avaient pas encore été neutralisées.
2014-05-23_15h42_35.png

 

Des villes soufflées sur l'échiquier de l'histoire

Caen, Saint-Lô, Avranches, Falaise, Coutance et tant d'autres villes et villages normands ont été parfois détruits à plus de 90%. L'importance des dégâts occasionnés sur des sites civils a jusqu'à peu encore été uniquement justifiée par l'imprécision des bombardements à haute altitude, une technique nouvelle que les aviateurs alliés ne maîtrisaient pas encore en 1944.
1944 - Caen après un bombardement
1944 - Caen après un bombardement

Certes les gares, les triages, les concentrations de troupes allemandes visés se situaient dans ou à proximité des villes. Leur destruction était nécessaire, mais obéissait aussi à une autre logique moins avouable : écraser l'ennemi sous un tapis de bombe
tract_1.jpg
pour permettre une avancée rapide des forces terrestres ...et ce, quelles qu'en soient les effets sur les populations civiles vivant à proximité.
Les alliés étaient conscients des '"autres" conséquences de leurs bombardements; ils les précédaient généralement par des lâchers de tracts incitant la population à quitter les lieux... Ce que celle-ci ne faisait d'ailleurs pas toujours, par crainte des pillards, entre autres ...

Autre cas de figure : la bataille dite de "la poche de Falaise" , opération militaire stratégique pour les alliés puisqu'il s'agissait pour eux de couper toute possibilité de retraite aux forces allemandes encore en état de combattre. Les bombardements des colonnes allemandes puis les combats d'artillerie et de chars ont été particulièrement intenses. Pour les populations civiles et notamment pour les milliers de réfugiés qui se trouvaient alors à Falaise et dans les environs, la ville est également devenue un piège mortel.
Aspects des rues dans la ville de Falaise - Août 1944 © CR Basse – Normandie
© CR Basse – Normandie Aspects des rues dans la ville de Falaise - Août 1944

70 ans après, le temps a fait son oeuvre. L'Histoire, celle que l'on écrit avec un grand H, est à présent prête à accepter une lecture moins flatteuse que celle qui a prévalue des années durant. Pour être cultivé, le devoir de mémoire doit pouvoir se baser sur la vérité des faits, même s'ils n'ont pas toujours été à la hauteur de l'événement.

 


 

A lire aussi:

http://www.ouest-france.fr/70e-d-day-le-congres-us-soutient-lappel-au-classement-des-plages-2561932

70e D-Day. Le Congrès US soutient l'appel au classement des plages

 

Le Congrès a adopté une résolution honorant l'héroïsme des soldats lors du Débarquement et soutenant le classement des plages de Normandie au patrimoine mondial de l'humanité.

Le Sénat mercredi puis la Chambre des représentants jeudi ont approuvé une résolution reconnaissant « le travail de la France et des habitants de Normandie pour préserver, pour les prochaines générations, le patrimoine mondial exceptionnel que représentent les plages de Normandie et les matériels coulés du débarquement, en les inscrivant sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco ».

La France a voté un texte similaire

Le Congrès exprime « sa gratitude et sa reconnaissance aux membres des forces armées américaines ayant participé aux opérations du Jour J » et « remercie les jeunes de Normandie et des Etats-Unis pour leur implication » dans les célébrations du 70e anniversaire du Débarquement.

Un appel similaire à celui voté en France par l'Assemblée nationale. Le texte français rendait hommage « aux membres des forces armées alliées, notamment américaines, et aux forces françaises ».


Commentaire de Florestan:

Les deux chambres du Congrès américain vient de voter à l'unanimité un voeu demandant le classement des plages normandes du DDay sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO... La démarche est forte elle vient après celle des députés de l'Assemblée Nationale.

C'est une magnifique reconnaissance internationale pour la Normandie.

Sauf qu'il faudra convaincre la FNSEA du Calvados de mettre moins d'engrais dans les champs pour éviter les algues vertes sur lesdites plages et demander aussi aux industriels de l'éolien de mettre une soixantaine d'éoliennes marines un peu plus au large desdites plages: l'unanimité de tout un Congrès américain pourra-t-elle impressionner ces superpuissances? L'UNESCO commence en avoir assez d'être prise, notamment en France, pour une simple agence de marketing territorial qui ne prêterait à aucune conséquence...