Dans la presse, on pouvait découvrir ce jour, la carte de l'écotaxe, nouvelle formule, concoctée par Ségolène Royal qui s'était emportée, non sans raison contre "l'écologie punitive". Reste que la formule retenue est réduite au minimum et elle risque de mécontenter tout le monde puisque les régions qui auront le privilège d'avoir les nouvelles routes payantes, pourront protester sur le thème du "deux poids deux mesures" à l'instar des Bonnets Rouges bretons à l'automne dernier qui ne voulaient pour eux-mêmes ni poids ni mesure !

Le gouvernement a donc voulu utiliser un critère strictement objectif, à savoir taxer les axes de nationales ou voies rapides non concédées qui seraient les plus utilisées par le trafic de camions en transit: on retiendra que le trafic local ou régional ne sera pas taxé de même que le déplacement du matériel agricole ou les circuits de collecte laitière: les Bretons devraient donc se calmer (s'ils sont raisonnables...) . Cependant, sur ces axes dits de "transit" la taxe s'appliquerait dès 3,5 tonnes...

Malgré ces précautions plus conformes à l'intérêt général que le précédent projet, on restera étonné par la répartition géographique des axes routiers ainsi taxés: la moitié Sud de la France est mystérieusement épargnée, l'axe logistique majeur Lille-Paris- Lyon- Marseille, parce qu'il est en majorité privatisé par des sociétés d'autoroutes qui se goinfrent de leurs péages n'est pas concerné... En revanche, toutes les sorties autoroutières ou routières soit vers l'Ouest (Caen-Nantes) soit vers le Sud (Rouen -Chartres) ou vers l'Est (Paris -Nancy- Metz) des grands ports normands sont taxés !

Une fois de plus, la réflexion en matière de géographie logistique et d'hinterland portuaire n'existe pas: ou alors il faudra affecter 80% des quelques 350 millions annuels que l'on espère lever avec cette taxe pour financer la Ligne Nouvelle Paris Normandie et faire en sorte que 80% du tonnage débarqué au Havre ne dépendent pas que du fret routier... (pour mémoire: le port Anvers c'est 60% du tonnage débarqué qui est éclaté sur l'hinterland par voie navigable et par voie ferrée)

nouvelle écotaxe