"Un optimiste trouvera une opportunité dans chaque difficulté. Un pessimiste cherchera une difficulté dans chaque opportunité."

Winston Churchill

Cette magnifique maxime d'un grand homme d'Etat aujourd'hui admiré de tous pourra s'appliquer au cas, certes plus mesquin, du maire de Honfleur DVD (attention ! problème de décodeur...) Michel LAMARRE qui ne sait pas les larguer, justement, pour naviguer au delà du bassin du Vieux Port transformé en carte postale flottante pour touristes!

Ce Capitaine "Lamarre" attaché à son fauteuil de "Maire" comme l'un de ces vieux raffiots à la peine définitivement colmatés à la vase de leur "souille" quel que soit le niveau de la marée, est en train de devenir le naufrageur de la prestigieuse identité maritime de la ville de Honfleur dont les marins ont pourtant fendu les embruns de toutes les mers du Monde tant pour aller chercher la morue de Terre Neuve que pour commercer avec l'Amérique ou le Nord.

Michel Lamarre donne la fâcheuse impression qu'il n'est jamais sorti en mer, ne serait-ce que pour aller "outre l'eau" au Havre !

Le maire de Honfleur a moins de courage que cette brave Félicité, fermière du Pays d'Auge qui dans le magnifique roman de Flaubert, fit la route de Honfleur à pied depuis Pont L'Evêque pour voir l'embarquement de son amoureux, sur le "bateau du Havre"... Elle, au moins, n'avait pas une peur bleue des monstres seino-marins ! Cette peur du Havre est tout simplement ridicule !

En effet, autrefois et il n'y avait pas si longtemps, il y avait à Honfleur le départ quotidien "du bateau du Havre" que l'on pourrait rétablir pour des échanges touristiques fructueux entre Le Havre, Trouville et Honfleur. Mais les pires obstacles ne sont pas en mer où l'air vivifiant stimule l'intelligence...

Il n'y a plus  autant de vrais bateaux qui sortent du port de Honfleur dont la partie active appartient en outre au port autonome de... Rouen. La peur du port du Havre est donc franchement inepte ! 

La peur condamne à rester sur le quai et à refuser l'embarquement. La peur enferme dans les préjugés, les clichés, la peur des autres à commencer par les voisins les plus évidents ! On se souvient des propos scandaleux par leur mépris et par leur bêtise satisfaite de certains élus de la rive augeronne de l'estuaire de la Seine lors de l'inauguration du Pont de Normandie en 1995: la crainte de voir nos belles plages envahies par des hordes de "Bolcheviks" venus du Havre avait été évoquée...

Franchement, il faut cesser d'insulter toutes nos braves bêtes à cornes ou à longues oreilles qui paissent sereinement dans nos bocages ! Elles sont toutes infiniment plus intelligentes que ces humains portant costumes et cravates avec parfois une écharpe tricolore...

Alors, oui, nous sommes profondément en colère contre l'attitude irrationnelle sinon infantile du maire de Honfleur qui fait ainsi son mandat de trop ! Le hourvari survenu il y a quelques jours lors de la dernière séance du conseil municipal de Honfleur sur le thème du pôle métropolitain démontre que notre colère est partagée. On aimerait balancer à l'intéressé une bordée d'injures dignes du capitaine Haddock:

On se contentera de dire qu'en refusant avec tant d'opiniâtreté l'évidence du pôle métropolitain de l'Estuaire alors que la Normandie s'apprête à se réunifier autour de la vallée de la Seine, Michel Lamarre n'est, finalement, qu'un "idiot utile" d'un certain... Laurent Fabius !

On ajoutera pour finir, puisque nous sommes dans la patrie d'Alphonse Allais, que le maire de Honfleur est en train d'inventer un nouveau paradoxe aussi drôlatique que ridicule que le célèbre humoriste honfleurais, n'aurait pas lui-même osé:

L'histoire du maire d'une ville portuaire qui ne sait pas nager et qui a peur du grand large !

 

Le_havre_2000


 

Ndlr: inutile de remplacer "Ameline" par "Lamarre", le résultat demeure le même... Dix ans plus tard ! Consternant...

Lire dans Ouest-France:

http://www.ouest-france.fr/pole-metropolitain-cauterman-inquiet-2724020

Pôle métropolitain : A. Cauterman inquiet

Le maire de la Rivière-Saint-Sauveur s'inquiète des propos tenus lors du dernier conseil municipal de Honfleur.

Trois questions à...

La prise de position du conseil municipal de Honfleur du 10 juillet, sur le projet de Pôle métropolitain, vous inquiète ?

J'ai lu dans la presse des propos excessifs : « C'est vendre son âme au diable », « Si on fait ça, on se fait racheter par le Havre. » Le maire de Honfleur ne peut pas être insensible à de tels débordements de la part de sa majorité alors que l'heure est à la réforme territoriale. Notre intercommunalité doit prendre sa place dans le débat de la construction du Pôle métropolitain.

Ces réticences ne sont-elles pas légitimes ?

Le débat sur le projet de Pôle métropolitain ne peut se réduire à un débat d'arrière-garde en se retranchant derrière la crainte de ne plus maîtriser son destin. Il faut prendre le temps d'expliquer aux élus puis aux habitants la finalité de ce projet d'intercommunalité dont le périmètre d'exercice est celui de l'estuaire de la Seine défini par le Comité des élus de l'Estuaire, dès 1998, où siégeait Michel Lamarre jusqu'à sa dissolution !

Quels avantages pourrait tirer le pays de Honfleur à intégrer le Pôle métropolitain ?

La vocation du pôle est de mettre en exergue la complémentarité des territoires. Nous pourrions mutualiser les moyens sur des projets structurants destinés à promouvoir l'estuaire : tourisme, mobilité, écologie industrielle, santé.

Par ailleurs, nous ne pouvons pas prendre le risque de nous isoler !


 

Lire aussi:

http://www.ouest-france.fr/le-pole-metropolitain-agite-le-conseil-municipal-2701071

Jeudi soir, le conseil s'est prolongé tard dans la soirée à cause de quelques polémiques : la participation au Pôle métropolitain de l'estuaire et le classement en quartiers prioritaires des Marronniers et du Canteloup.

Une salve de huées dans la salle du conseil. En cause ? Alain Duval, conseiller de l'opposition issu de la liste « Honfleur 2014, un vrai projet pour tous » menée par Christophe Perrault, a réussi à remettre sur le tapis le projet du Pôle métropolitain de l'estuaire.

Ce projet a pour vocation de rassembler les intercommunalités de l'estuaire de la Seine, mais il est catégoriquement refusé par la municipalité. En marge du conseil, Alain Duval rapporte un communiqué de Philippe Augier, le maire de Deauville, qui explique qu'Honfleur a été tenue à l'écart du festival Terre d'eaux car elle refuse de faire partie de ce pôle métropolitain en création.

Un pôle métropolitain inégalitaire

« Je suis ouvert à un tel projet, mais à condition qu'il intègre aussi les villes de Caen et de Rouen, en plus du Havre, rétorque Michel Lamarre. Moi, je suis originaire de Honfleur, je suis préoccupé par ma ville et par le bien-être de ses habitants. » Il refuse de confier les rênes de la commune à une entité qui n'aurait pas le même attachement à son territoire.

« Je ne suis pas opposé à entretenir des liens avec le Havre, c'est moi-même qui ai demandé la baisse de 25 % des tarifs du pont de Normandie pour favoriser les communications entre nos villes ». Mais il craint que ce projet ne soit trop fortement dominé par cette ville. « C'est vendre son âme au diable ! » lance un conseiller municipal de la majorité. « Si on fait ça, on se fait racheter par le Havre ». Pourtant, ce refus de participer constitue un risque.

Hors conseil, d'autres élus de l'intercommunalité font savoir qu'ils regrettent cette décision de Michel Lamarre. Arnold Cauterman, de la Rivière-Saint-Sauveur, parle à ce propos du risque de faire de Honfleur « un village gaulois ». En parallèle de cette discussion, une autre problématique territoriale est évoquée : la réunification de la Normandie. « Il faudra bien passer par là pour faire des économies de fonctionnement », défend Alain Astresse, tête de la liste d'opposition « Tous pour Honfleur ». Mais la pilule est difficile à avaler pour la municipalité, qui semble décidément très attachée à sa terre et à son identité.