L'Etat n'a plus un sou vaillant et les têtes pensantes du ministère de l'Economie et des Finances cherchent les gaspillages dans tous les recoins: à défaut de chercher dans le labyrinthe de Bercy, l'Inspection Générale des Finances a commis un gros rapport qui s'en prend à certaines professions réglementées (par exemple, les pharmaciens, les notaires, les taxis etc...) mais avant cela, c'était le réseau consulaire qui était déjà dans le colimateur des crânes d'oeufs du seul grand ministère d'Etat qui compte (dans tous les sens du mot !): suite au rapport au vitriol commis par Jean-Jack Queyranne (ndlr: président PS de la région Rhône-Alpes) qui pointait en 2012 des coûts de fonctionnement des CCI et des rémunérations de présidents de chambre disproportionnés par rapport aux services réellement rendus aux entreprises cotisantes, le rapport de l'IGF préconise de réduire drastiquement le budget alloué par l'Etat au réseau consulaire et de pousser les CCI à se regrouper et à fusionner.

C'est précisément avec un certain courage ce que les deux CCI régionales normandes ont commencé de faire depuis plus de trois ans avant que Bercy n'en donne l'injonction à tous: c'est pourquoi lorsque Arnaud Montebourg annonce qu'il pourrait s'appuyer sur les recommandations du fameux rapport de l'IGF, cela suscite une certaine colère d'autant plus légitime chez les CCI les plus conscientes et les plus volontaires pour se réformer et fusionner...

cci_grogne

 


 

Commentaire de Florestan:

On comprend le coup de gueule venant de la part de Jean-Claude Lechanoine qui a fait preuve d'un certain courage et d'une haute dose de bonne volonté avec son collègue haut-normand pour imposer la fusion normande.

Cependant, s'il y a, en haut-lieu, de sérieuses inquiétudes sur la dérive financière des CCI, c'est qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Aussi nous nous permettrons de nous interroger sur les véritables raisons pour lesquelles l'actuel président de la CCI de Caen refuse de fusionner avec les CCI de la Manche et de l'Orne (Flers -Argentan) pour former la grande CCI "Ouest-Normandie" qui était, à l'origine, prévue dans la cartographie d'une future CCI régionale normande unifiée...